3.9K Partages

Selon une étude récente, le café, la drogue “récréative” la plus répandue au monde, affecte notre métabolisme de manière bien plus profonde que nous le pensions auparavant.

Les résultats de cette nouvelle étude décrivent un certain nombre d’effets ayant un impact sur plusieurs systèmes corporels importants, suggérant que notre consommation quotidienne de café pourrait avoir une large gamme (et complexe) d’avantages et de risques pour notre santé.

Il existe de très nombreuses études sur le café. Certaines prouvant que ce dernier est bon pour la santé et vous aide à vivre plus longtemps, et d’autres qui soulignent le fait qu’il puisse représenter un danger potentiel, voire un risque de cancer. Mais entre tous ces gros titres sur le café, la vérité est toujours plus compliquée qu’il n’y paraît. Et cette étude de 2018 nous montre pourquoi : en réalité, il s’avère que les composés présents dans notre tasse quotidienne de café modifient plus de métabolites de notre sang que ce que nous pensions jusqu’à maintenant.

L’enquête en question a impliqué que 47 buveurs de café renoncent à cette habitude pendant un mois, avant de consommer la boisson à nouveau, à hauteur de quatre tasses par jour, et ce pendant les 30 jours suivants. Suite à cela, ils ont augmenté leur consommation de café à huit tasses par jour. Durant ce temps, les chercheurs ont prélevé des échantillons de sang pour analyser les changements de la biochimie résultant de la consommation d’aliments et de boissons.

Le profil résultant a révélé que 115 métabolites étaient affectés par la consommation de café. Un total de 82 de ces produits chimiques étaient déjà connus et pouvaient être cartographiés pour 33 voies métaboliques, dont certaines ont démontré des relations complètement nouvelles.

À l’heure actuelle, les conséquences exactes de ces changements n’ont pas été explorées, mais il est évident que nous devrions nous y intéresser : « Il s’agit de voies totalement nouvelles par lesquelles le café pourrait affecter la santé », a déclaré l’auteur principal de l’étude, Marilyn Cornelis, de la Feinberg School of Medicine de la Northwestern University. « Maintenant, nous voulons approfondir et étudier comment ces changements affectent le corps », a-t-elle ajouté.

Selon la nouvelle recherche, boire par exemple huit tasses de café par jour a un effet qui fait chuter l’efficacité de neurotransmetteurs imités par le cannabis. En d’autres termes, tandis que le cannabis augmente le système endocannabinoïde de notre corps, un élément du café semble perturber les neurotransmetteurs dudit système, l’amenant ainsi à la vitesse inférieure.

En effet, notre corps a tendance à diminuer sa production d’endocannabinoïdes en période de stress, ce qui incite les chercheurs à s’interroger sur la relation entre le café et la manière dont notre corps s’adapte au changement. « L’augmentation de la consommation de café au cours des deux mois de l’essai pourrait avoir créé suffisamment de stress pour déclencher une diminution des métabolites dans ce système », a déclaré Cornelis. « Cela pourrait être une réaction du corps pour essayer de ramener les niveaux de stress à leur équilibre », a-t-elle ajouté.

Vous aimerez  également : Un nombre important d’espèces sauvages de café pourraient disparaître

Bien entendu, ce n’est pas tout ce que fait le système endocannabinoïde. Ce dernier joue un rôle important dans la cognition, le sommeil et l’appétit. Une autre voie métabolique qui mérite une étude plus approfondie est celle qui est chargée de contrôler nos stéroïdes. En effet, les stéroïdes recouvrent une variété de messagers chimiques qui traversent notre sang, contrôlant tout : de la croissance aux caractéristiques sexuelles.

De plus, les chercheurs ont également découvert que la consommation de café augmentait avec la métabolisation des métabolites associés à l’excrétion de stéroïdes, suggérant un lien entre la boisson et l’élimination des composés stéroïdiens de notre corps. À l’heure actuelle, les chercheurs ne savent pas encore exactement quels composants du café sont responsables de ce type de changement.

Ces résultats pourraient donc expliquer en partie pourquoi le café semble avoir de nombreux avantages pour la santé, comme par exemple aider à la gestion du poids ou encore réduire le risque de diabète de type 2.

« On pense souvent que cela est dû à la capacité de la caféine à stimuler le métabolisme des graisses ou aux effets régulateurs du glucose des polyphénols (produits chimiques dérivés des plantes). Nos nouvelles découvertes liant le café aux endocannabinoïdes offrent des explications alternatives dignes d’être approfondies », a déclaré Cornelis.

Étant donné la popularité du café à travers le monde, il reste surprenant qu’à l’heure actuelle, nous en savions finalement si peu sur les bénéfices et les dangers de cette boisson. Nous ne pouvons donc qu’espérer que d’autres études comme celle-ci seront menées à l’avenir, et nous permettront d’en apprendre davantage sur les impacts du café sur la santé humaine.

Source : Journal of Medicine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3.9K Partages
3.9K Partages
Partager via