Cancer : un nouveau vaccin à ARNm élimine les tumeurs et prévient les récidives chez la souris

cancer vaccins arn tumeurs recidives
| Pixabay
⇧ [VIDÉO]   Vous pourriez aussi aimer ce contenu partenaire (après la pub)

Si la recherche de vaccins anticancéreux bénéficie d’un élan d’intérêt ces dernières années, elle peine à en mettre au point. En utilisant des nanoparticules lipidiques ciblées contre le système lymphatique, des chercheurs de la Tufts School of Engineering estiment avoir mis au point un vaccin anticancéreux à ARNm efficace. Ce dernier a éliminé complètement la tumeur chez 40% des souris testées, tout en prévenant leur récidive.

D’un côté, les vaccins à ARN messager (ARNm) actuellement utilisés dans des essais cliniques ont été signalés comme pouvant induire des effets secondaires au niveau du foie, qui pourraient être causés par l’expression indésirable d’antigènes dans cet organe. Si ces antigènes peuvent encore induire une réponse immunitaire, il subsiste un risque d’inflammation et de lésions hépatiques.

D’un autre côté, « les vaccins contre le cancer ont toujours constitué un défi, car les antigènes tumoraux n’ont pas toujours l’air aussi ‘étrangers’ que les antigènes des virus et des bactéries, et les tumeurs peuvent inhiber activement la réponse immunitaire », a déclaré dans un communiqué Jinjin Chen, chercheur postdoctoral à l’université Tufts et co-auteur de l’étude. « Ce vaccin contre le cancer suscite une réponse beaucoup plus forte et est capable de transporter l’ARNm de petits et grands antigènes ».

En effet, le vaccin à ARNm présenté dans l’étude cible de manière spécifique le système lymphatique, où les lymphocytes B et T et les autres cellules du système immunitaire sont « entraînées » à lutter contre l’infection. C’est dans le système lymphatique que l’immunité contre un antigène cancéreux (dans le cas du cancer) est acquise.

À LIRE AUSSI :
Tous les types de cancers sont en hausse à travers le monde, chez les moins de 50 ans

Administration de nanoparticules lipidiques et ciblage du système lymphatique

Comme les vaccins contre la COVID-19 de Pfizer et Moderna, ce potentiel vaccin contre le cancer délivre également de l’ARNm dans de minuscules bulles lipidiques (molécules de graisse) appelées « nanoparticules lipidiques ». Ces dernières fusionnent ensuite avec les cellules de l’organisme en atteignant le système lymphatique, ce qui leur permet de déchiffrer l’ARNm et de produire des antigènes viraux — petits fragments du virus — qui activent le système immunitaire.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

« Ce que nous faisons maintenant, c’est développer la prochaine génération de vaccins à ARNm en utilisant la technologie d’administration des nanoparticules lipidiques, avec la capacité de cibler des organes et des tissus spécifiques », a déclaré Qiaobing Xu, professeur d’ingénierie biomédicale et co-auteur de l’étude. Le ciblage est réalisé en modifiant la structure chimique des lipides qui composent les bulles (et d’autres additifs) jusqu’à ce qu’elles puissent se diriger vers l’organe d’intérêt. Pour cette étude, ils ont trouvé des nanoparticules lipidiques qui se concentrent dans les ganglions lymphatiques (trois fois sur quatre environ) après avoir été injectées par voie sous-cutanée à des souris.

40% des sujets en rémission complète, sans récidive

« L’administration ciblée du vaccin à ARNm suscite des réponses robustes des lymphocytes T CD8+, présentant d’excellents effets protecteurs et thérapeutiques sur le mélanome considéré », rapportent les auteurs. Les souris atteintes d’un mélanome métastatique qui ont été traitées avec le vaccin ciblant la lymphe ont ainsi présenté une inhibition significative des tumeurs et une rémission complète dans 40% des cas. Il n’y avait pas de récidive à long terme lorsque le vaccin a été associé à un autre traitement visant à empêcher les cellules cancéreuses de supprimer la réponse immunitaire.

À LIRE AUSSI :
Alzheimer : un risque augmenté de 50 à 80% après une infection au SARS-CoV-2 pour les personnes âgées

En outre, toutes les souris en rémission complète ont empêché la formation de nouvelles tumeurs lorsqu’on leur a injecté ultérieurement des cellules tumorales métastatiques, ce qui montre que le vaccin anticancéreux a permis de créer une excellente mémoire immunitaire.

Source : Proceedings of the National Academy of Sciences

Laisser un commentaire
vaccins arnm comment fonctionnent-ils Vaccins à ARNm : comment fonctionnent-ils ? En quoi sont-ils innovants ?

En savoir plus

Cliquez pour accéder à d'autres articles sur ce sujet.
vaccins arnm comment fonctionnent-ils Vaccins à ARNm : comment fonctionnent-ils ? En quoi sont-ils innovants ?

En savoir plus