4.9K Partages

La capsule Crew Dragon a atterri dans l’océan Atlantique au large de la côte de la Floride aujourd’hui (8 mars) à 13h45 GMT (14h45 heure française), clôturant une mission historique à destination de la Station spatiale internationale (ISS). Le retour couronné de succès du vaisseau de SpaceX pourrait accélérer la mise en place des premières missions habitées d’ici quelques mois.

Il n’y avait pas d’astronautes à bord de ce vol, il n’y avait que le mannequin factice Ripley, nommé d’après le personnage principal du film Alien. Mais le succès du vol d’essai, connu sous le nom de Demo-1, contribue à ouvrir la voie à une mission habitée du vaisseau de SpaceX, peut-être dès cet été. Cela constituera une étape importante. En effet, les États-Unis n’effectuent plus de lancement depuis 2011 suite à l’arrêt du programme de la navette spatiale.

« Cinquante ans après que les humains eurent atterri sur la Lune pour la première fois, les États-Unis ont continué de réaliser de nouveaux exploits dans l’exploration spatiale grâce au travail de notre partenaire commercial SpaceX et de tous les contrôleurs de vol dévoués et talentueux de la NASA et de notre réseau international » a déclaré Anne McClain, astronaute de la NASA, lorsque Crew Dragon s’est détachée du laboratoire en orbite plus tôt dans la journée.

Vidéo de la rentrée atmosphérique réussie de la capsule Crew Dragon :

« C’est une nouvelle ère pour les vols spatiaux habités » affirme Jim Bridenstine, administrateur de la NASA. Les responsables de la NASA ont déclaré que le retour du Crew Dragon reprenait un peu l’histoire d’Apollo : cela s’est produit presque 50 ans jour pour jour après le retour de la navette spatiale Apollo 9 sur Terre dans la même région, le 13 mars 1969.

Sur le même sujet : SpaceX effectue avec succès la première phase de sa mission d’essai de la capsule Crew Dragon

Demo-1 : une preuve de concept réussie pour un futur vaisseau autonome

La NASA dépend actuellement des fusées et du vaisseau spatial Soyouz russes pour le transport de ses astronautes à destination et en provenance de l’ISS. Et ce service est extrêmement coûteux. Chaque siège du Soyouz, composé de trois personnes, se vend actuellement à environ 80 millions de dollars.

Ainsi, en 2014, la NASA a signé des contrats d’équipage commercial avec SpaceX et Boeing — d’une valeur de 2.6 et 4.2 milliards de dollars, respectivement — pour favoriser le développement de vaisseaux spatiaux américains. Comme SpaceX, Boeing construit une capsule appelée CST-100 Starliner.

Toutes les étapes clés de la rentrée, en images :

À l’époque de la signature des contrats, les responsables de la NASA avaient déclaré espérer que ces vaisseaux spatiaux privés seraient opérationnels d’ici la fin de 2017. Ce n’est toujours pas le cas. Mais les deux entreprises s’en rapprochent maintenant, comme le montre Demo-1.

La mission a débuté samedi matin 2 mars par un décollage au sommet d’une fusée SpaceX Falcon 9, depuis le Kennedy Space Center en Floride. Crew Dragon portait Ripley et environ 200 kilogrammes de fournitures pour l’équipage de l’ISS.

Vidéo récapitulant le lancement de la capsule Crew Dragon et son arrimage à l’ISS :

Également à bord se trouvait l’adorable peluche « Little Earth » Celestial Buddies en guise d’indicateur zéro g. Ce jouet restera à bord de la station — il sera récupéré par le premier équipage d’astronautes de SpaceX plus tard cette année — mais Crew Dragon est revenu avec environ 150 kg de résultats d’expérimentations et d’autres équipements terrestres.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

L’objectif principal de Demo-1 était de tester les nombreux systèmes de la capsule en vol, afin de s’assurer que Crew Dragon était prêt à transporter des astronautes. Et le vaisseau spatial privé semble avoir atteint tous ses objectifs.

Une première mission inhabitée couronnée de succès

Crew Dragon s’est amarré de manière autonome à l’ISS dimanche matin (3 mars), puis est resté attaché au laboratoire en orbite pendant cinq jours. La capsule s’est décrochée aujourd’hui à 07h32 GMT, a survécu à la descente dans l’atmosphère terrestre, a déployé ses parachutes et s’est écrasée dans les vagues de l’Atlantique, à environ 370 km au large de la côte de la Floride.

crew dragon falcon 9

Lancement de la fusée Falcon 9 de SpaceX, embarquant la capsule Crew Dragon Demo-1, le 2 mars 2019. Crédits : SpaceX

Crew Dragon est basé sur le robot cargo Dragon de SpaceX, qui effectue des missions de réapprovisionnement vers l’ISS sous contrat distinct de la NASA depuis 2012. Mais les deux capsules sont très différentes, a déclaré le fondateur et PDG de SpaceX, Elon Musk. « Dragon 2, ou Crew Dragon, est une refonte fondamentale » a déclaré Musk lors d’une conférence de presse tenue après le lancement, samedi.

Par exemple, Crew Dragon a des sièges, des fenêtres, un système de survie, des commandes à écran tactile, des propulseurs d’évacuation d’urgence et d’autres accessoires liés à l’astronaute qui manquent dans la version cargo. Crew Dragon se connecte également directement et de façon autonome à l’ISS, alors que son cousin aîné doit être capturé par l’énorme bras robotique du laboratoire en orbite.

Dans cette interview, l’administrateur de la NASA Jim Bridenstine donne ses impressions sur le succès de la mission Demo-1 :

En outre, la capsule d’équipage a un système de parachute et une forme de coque d’appui différents, qui n’ont pas fait leurs preuves au cours d’une mission orbitale. Donc, un retour réussi sur Terre aujourd’hui était loin d’être garanti. Les mois à venir seront remplis de grandes étapes pour SpaceX et Boeing, si tout se passe comme prévu.

Des missions habitées à court terme

La prochaine étape de SpaceX est un test du système d’évacuation d’urgence de Crew Dragon, conçu pour mettre la capsule en sécurité si un problème grave se produisait pendant le lancement. Ce vol non préparé, qui est actuellement prévu pour juin, utilisera la même capsule que celle qui vient de revenir sur Terre.

Après cela, peut-être dès juillet, viendra Demo-2, la première mission habitée de Crew Dragon. Bob Behnken et Doug Hurley, de la NASA, effectueront ce vol d’essai expérimental à destination et au retour de l’ISS. Des missions opérationnelles sous contrat, chacune devant transporter quatre astronautes, commenceront quelques mois après.

Pendant ce temps, la première mission d’essai de Starliner sur l’ISS pourrait être lancée dès le mois prochain. Le test d’évacuation d’urgence de la capsule Boeing et son premier vol de démonstration avec équipage vers le laboratoire en orbite n’auront pas lieu avant les mois de mai et d’août, respectivement. « Ce ne sera pas long avant que nos collègues astronautes soient à bord des véhicules Crew Dragon et Boeing Starliner. Et nous sommes impatients » conclut McClain.

Source : NASA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4.9K Partages
4.9K Partages
Partager via
Copier le lien