Des chercheurs ont découvert, pour la toute première fois, des cellules souches tendineuses. Ces cellules indifférenciées pourraient bien nous aider à révolutionner la manière dont nous traitons les blessures aux tendons, tout en évitant la chirurgie.

Suite à une blessure, l’accumulation de tissu cicatriciel fait que la récupération d’une coiffe des rotateurs endommagée, d’un genou du sauteur (lésion du tendon rotulien), ainsi que d’autres blessures des tendons devient un processus pénible et difficile, qui peut également (souvent) mener à des ruptures secondaires des tendons.

« Les tendons sont des tissus conjonctifs qui lient nos muscles à nos os. Ils améliorent notre stabilité et facilitent le transfert de force qui nous permet de nous déplacer. Mais ils sont également particulièrement sensibles aux blessures », a expliqué Fan.

Malheureusement, une fois que les tendons sont blessés, ils se rétablissent rarement complètement, ce qui peut limiter la mobilité et nécessiter une gestion de la douleur à long terme, voire même une chirurgie. Pourquoi ? À cause des cicatrices fibreuses, qui perturbent la structure tissulaire du tendon.

C’est en travaillant avec Tyler Harvey et Sara Flamenco de l’université Carnegie-Mellon (États-Unis), que Fan a révélé tous les types de cellules présentes dans le tendon rotulien, situées sous la rotule, y compris les cellules souches du tendon (auparavant non définies).

« Comme les blessures au tendon ne guérissent complètement que rarement, on pensait que les cellules souches du tendon pourraient en réalité ne pas exister », a déclaré l’auteur principal, Harvey. « De nombreux chercheurs les ont cherchés, en vain, mais notre travail les a définis pour la toute première fois », a-t-il ajouté.

Il faut savoir que les cellules souches sont des cellules dites « vierges » (ou indifférenciées), associées à presque tous les types de tissus. Elles ne sont donc pas encore (ou pas entièrement) “programmées” pour remplir une fonction spécifique. Ces cellules peuvent également s’auto-renouveler, créant un véritable pool à partir duquel différents types de cellules nouvellement différenciées peuvent se former, dans le but de soutenir la fonction d’un tissu spécifique.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Par exemple, des cellules souches musculaires peuvent se différencier en cellules musculaires. Mais jusqu’à présent, les cellules souches du tendon restaient inconnues.

Vous aimerez également : Un gel injectable permettant de régénérer les muscles, la peau, et le tissu adipeux

Mais aujourd’hui, les recherches de l’équipe ont pu démontrer que les cellules du tissu cicatriciel (fibreux) et les cellules souches du tendon ont une origine similaire : en effet, elles proviennent du même endroit, soit des cellules protectrices qui entourent les tendons. De plus, ces cellules souches de tendons font partie d’un système dit compétitif, comportant des précurseurs des cicatrices fibreuses, ce qui explique pourquoi la cicatrisation des tendons est si compliquée.

L’équipe de recherche a démontré que les cellules souches des tendons et les cellules souches des tissus cicatriciels sont stimulées par une protéine connue sous le nom de facteur de croissance plaquette-dérivé. Lorsque les cellules souches des tendons sont modifiées, de sorte qu’elles ne répondent pas à ce facteur de croissance, seul le tissu cicatriciel (et aucune nouvelle cellule tendineuse) ne se forment après une blessure. Un tel comportement pourrait être reproduit dans le but d’améliorer la guérison des tissus tendineux.

« Les cellules souches tendineuses existent, mais elles doivent supplanter les précurseurs des tissus cicatriciels afin d’empêcher la formation de cicatrices fibreuses et difficiles. Trouver un moyen thérapeutique de bloquer les cellules cicatricielles et d’améliorer les cellules souches des tendons pourrait changer la donne en matière de traitement des lésions des tendons », a expliqué Fan.

Source : Nature Cell Biology

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.