475 Partages

Avec maintenant plus d’un millier de décès et plus de 30 pays touchés, l’épidémie à coronavirus 2019-nCoV continue de se disperser à travers le monde, obligeant les virologues à travailler toujours plus rapidement pour endiguer la propagation. L’Imperial College de Londres a récemment annoncé avoir commencé les tests d’un vaccin expérimental sur la souris. Ils espèrent parvenir à développer un vaccin applicable à l’Homme d’ici la fin de l’année.

Une équipe d’immunologistes britanniques a commencé l’expérimentation animale d’un vaccin contre le nouveau coronavirus 2019-nCoV, qui a déjà tué plus de 1200 personnes et s’est propagé dans le monde entier, avec plus de 50’000 cas confirmés. Les chercheurs de l’Imperial College de Londres ont déclaré que leur objectif ultime était d’avoir un moyen efficace et sûr de stopper la propagation de la souche virale d’ici la fin de l’année.

« Pour le moment, nous venons d’injecter le vaccin que nous avons généré à partir de bactéries chez la souris. Nous espérons qu’au cours des prochaines semaines, nous serons en mesure de déterminer la réponse que nous pouvons voir chez ces souris, dans leur sang, c’est-à-dire leur réponse en termes anticorps contre le coronavirus », explique le chercheur Paul McKay.

Vers un vaccin effectif disponible à la fin de l’année ?

Les virologues du monde entier se battent pour trouver un moyen d’éliminer la nouvelle souche 2019-nCoV. Cette souche est majoritairement identique à celle du SRAS, pour laquelle des vaccins expérimentaux avaient été développés, mais aucun n’avait aboutit. Pour le moment, l’Imperial College n’a pas connaissance d’autres tests effectués sur la souris, même si des sources (non confirmées) ont suggéré que l’université de Shanghai menait les mêmes essais.

2019 ncov

Le coronavirus 2019-nCoV observé au microscope électronique. Crédits : CDC Chine

La Grande-Bretagne a enregistré huit cas de virus et a été contrainte de fermer deux succursales d’un centre médical dans la ville de Brighton, au sud-est, où au moins deux membres du personnel ont été testés positifs. Mais l’élaboration d’un vaccin est un processus laborieux qui implique généralement des années d’expérimentation animale et d’essais cliniques sur l’Homme. Les autorités doivent ensuite s’assurer que le vaccin est à la fois suffisamment sûr et efficace pour être produit en masse.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

L’Imperial College London espère que la recherche sur le coronavirus du SRAS il y a près de deux décennies puisse accélérer les choses. « Nous espérons être les premiers à tester rapidement ce vaccin dans des essais cliniques humains. Une fois l’essai de phase I terminé — ce qui peut prendre quelques mois — il peut être immédiatement lancé un essai d’efficacité chez l’Homme, qui prendra également quelques mois. Donc, peut-être qu’à la fin de cette année, il y aura un vaccin testé et viable » indique McKay.

Vaccin contre le coronavirus 2019-nCoV : une collaboration internationale

Une grande partie de la recherche mondiale actuelle sur la nouvelle souche est financée par la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI). Le groupe a été formé lors du Forum économique mondial de 2017 à Davos pour aider les sociétés pharmaceutiques et les universités à unir leurs forces pour éliminer les maladies dangereuses et évitables.

Sur le même sujet : Le coronavirus 2019-nCoV est similaire à 80% au SRAS, ce qui pourrait permettre de mieux le combattre

L’Imperial College London ne travaille avec aucune des équipes actuelles en partenariat avec le CEPI et a donc besoin de ses propres sources de financement. Ses chercheurs espèrent qu’une expérimentation animale réussie pourra aider à sécuriser les investissements, qui permettront aux essais cliniques de démarrer entre juin et août.

McKay déclare qu’il serait injuste de dire que les diverses universités et entreprises sont en concurrence pour devenir les premières à développer un vaccin. « Il y a eu tellement de partage croisé avec toutes ces informations – je veux dire les Chinois, dès que le génome a été séquencé, l’ont partagé librement avec tout le monde. Donc, voir un côté compétitif à cela n’est probablement pas exact. Je dirais plutôt que c’est une course collaborative ».

Sources : Imperial College

vaccin coronavirus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

475 Partages
475 Partages
Partager via
Copier le lien