2K Partages

Les Illuminatis et les reptiliens contrôlent les plus hautes sphères des gouvernements, la NASA cache volontairement les preuves de la Terre plate, l’armée américaine mène des expériences sur des extraterrestres dans la Zone 51, le coronavirus SARS-CoV-2 s’est échappé d’un laboratoire de Wuhan, la 5G permet la propagation de maladies… Toutes ces théories ont un point commun : ce sont des théories du complot. Mais comment émergent-elles ? Comment leur cadre narratif est-il construit ? Et comment diffèrent-elles des véritables conspirations ? Récemment, à l’aide de l’intelligence artificielle, une équipe de chercheurs américains a apporté quelques éclaircissements sur la dynamique des théories du complot. 

Une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l’UCLA offre une nouvelle façon de comprendre comment les théories du complot sans fondement émergent en ligne. La recherche, qui combine une intelligence artificielle sophistiquée et une connaissance approfondie de la façon dont le folklore est structuré, explique comment des faits non liés et de fausses informations peuvent se connecter dans un cadre narratif qui s’effondrerait rapidement si certains de ces éléments étaient retirés du mélange.

Les auteurs ont illustré la différence entre les éléments narratifs d’une théorie du complot démystifiée et ceux qui sont apparus lorsque les journalistes ont couvert un événement réel dans les médias. Leur approche pourrait aider à faire la lumière sur comment et pourquoi d’autres théories du complot, y compris celles autour du COVID-19, se sont propagées, même en l’absence de faits.

L’étude, publiée dans la revue PLOS ONE, a analysé la propagation des nouvelles sur le scandale du « Bridgegate » en 2013 dans le New Jersey — une véritable conspiration — et la propagation de la désinformation sur le mythe « Pizzagate » de 2016, une théorie conspirationniste qui voulait qu’une pizzeria de Washington DC fût le centre d’un réseau de trafic sexuel d’enfants qui impliquait d’éminents responsables du Parti démocrate, dont Hillary Clinton.

Intelligence artificielle : elle permet d’analyser en détail la cohérence d’un scénario

Les chercheurs ont utilisé le machine learning (apprentissage automatique), une forme d’intelligence artificielle, pour analyser les informations diffusées en ligne sur l’histoire du Pizzagate. L’IA peut automatiquement révéler toutes les personnes, les lieux, les choses et les organisations dans une histoire diffusée en ligne, que l’histoire soit vraie ou fabriquée, et identifier comment ils sont liés les uns aux autres.

analyse scenario

Exemple de reconstruction du cadre narratif de l’histoire du Pizzagate par l’IA. L’algorithme est capable de reconstituer le cadre narratif à partir de tous les éléments (personnes, relations, lieux, etc.) contextuels disponibles en ligne. Crédits : Timothy R. Tangherlini et al. 2020

Dans les deux cas — que ce soit pour une théorie du complot ou une histoire réelle —, le cadre narratif est établi par les relations entre tous les éléments du scénario. Et, il s’avère que les théories du complot ont tendance à se former autour de certains éléments qui agissent comme l’adhésif qui maintient les faits et les personnages ensemble.

Ces dernières années, les chercheurs ont fait de grands progrès dans le développement d’outils d’intelligence artificielle qui peuvent analyser des portions de texte et identifier les pièces de ces puzzles. Alors que l’IA apprend à identifier les modèles, les identités et les interactions qui sont intégrés dans les mots et les phrases, les récits commencent à avoir un sens. S’appuyant sur l’énorme quantité de données disponibles sur les réseaux sociaux et grâce à l’amélioration de la technologie, les systèmes sont de plus en plus capables d’apprendre à « lire » des récits, presque comme s’ils étaient humains.

Théories du complot : elles ont tendance à s’effondrer facilement

Les représentations visuelles de ces cadres d’histoire ont montré aux chercheurs comment les faux récits de la théorie du complot sont maintenus ensemble par des fils qui relient plusieurs personnages, lieux et choses. Mais ils ont constaté que même si un seul de ces fils était coupé, les autres éléments ne pouvaient souvent pas former une histoire cohérente sans lui. Si vous supprimez l’un des personnages ou des éléments de l’histoire d’une théorie du complot, les liens entre les autres éléments de l’histoire s’effondrent.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Les histoires autour de conspirations réelles — parce qu’elles sont vraies — ont tendance à se maintenir même si un élément donné de l’histoire est retiré du cadre. Prenons l’exemple du Bridgegate, dans lequel les responsables du New Jersey ont fermé plusieurs voies du pont George Washington pour des raisons politiques. Même si un certain nombre de fils avaient été supprimés de la couverture médiatique du scandale, l’histoire se serait maintenue : tous les personnages impliqués avaient plusieurs points de connexion en raison de leurs rôles dans la politique du New Jersey.

wikileaks graphe

Visualisation tridimensionnelle du cadre narratif du Pizzagate reconstruit par l’IA. En haut, les relations générées par Wikileaks sont incluses ; et en bas elles ne le sont pas. On voit que sans l’inclusion de Wikileaks, le scénario complotiste est incohérent. Crédits : Timothy R. Tangherlini et al. 2020

Sur le même sujet : Mission Apollo 11 : premier pas sur la Lune et théories du complot

Pour analyser le Pizzagate, dans lequel la théorie du complot est née d’une interprétation créative des courriels piratés publiés en 2016 par Wikileaks, les chercheurs ont analysé près de 18’000 messages d’avril 2016 à février 2018 à partir de forums de discussion sur les sites Reddit et Voat. Les données générées par l’analyse de l’IA ont permis aux chercheurs de produire une représentation graphique des récits, avec des couches pour les sous-parcelles principales de chaque histoire, et des lignes reliant les personnes, les lieux et les institutions clés à l’intérieur et entre ces couches.

« Lorsque nous avons examiné les couches et la structure du récit du Pizzagate, nous avons constaté que si vous supprimez Wikileaks comme l’un des éléments de l’histoire, le reste des connexions ne tient pas. Dans cette conspiration, le piratage de courriels de Wikileaks et la façon dont les théoriciens ont interprété de manière créative le contenu de ce qui était dans les courriels sont la seule colle qui maintient la conspiration stable », explique Timothy Tangherlini.

L’émergence rapide des théories du complot

Une autre différence qui est apparue entre les récits réels et faux concerne le temps nécessaire à leur construction. Les structures narratives autour des théories du complot ont tendance à se construire et à se stabiliser rapidement, tandis que les cadres narratifs autour des conspirations réelles peuvent prendre des années à émerger. Par exemple, le cadre narratif du Pizzagate s’est stabilisé un mois après la révélation de Wikileaks, et il est resté relativement cohérent au cours des trois années suivantes.

Tangherlini indique qu’il est de plus en plus important de comprendre comment les théories du complot abondent, en partie parce que des histoires comme Pizzagate ont inspiré certains à prendre des mesures qui mettent en danger d’autres personnes. Les récits de menaces trouvés dans les théories du complot peuvent impliquer ou présenter des stratégies qui encouragent les gens à prendre des mesures dans le monde réel. Par exemple, Edgar Welch est allé à cette pizzeria de Washington avec une arme à feu à la recherche de grottes supposées cachant des victimes de trafic sexuel.

Les chercheurs de l’UCLA ont également écrit un autre article examinant les cadres narratifs entourant les théories du complot liées au COVID-19. Dans cette étude, qui a été publiée sur un forum open source, ils suivent comment les théories du complot sont superposées aux théories du complot précédemment diffusées telles que celles sur le danger perçu des vaccins et, dans d’autres cas, comment la pandémie a permis la naissance de nouvelles conspirations, comme l’idée que les réseaux cellulaires 5G propagent le coronavirus.

Sources : PLOS ONE

theories complot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cliquez pour accéder à d'autres articles sur ce sujet.
2K Partages
2K Partages
Partager via
Copier le lien