1.4K Partages

Pour lutter contre la pandémie de COVID-19, les masques se sont vite avérés être des moyens de lutte efficaces. Désormais obligatoires dans les endroits clos dans la plupart des pays du monde, ils permettent d’atténuer la propagation du virus en réduisant considérablement l’éjection de gouttelettes lors de la toux. Lorsqu’une personne ne possède pas de masque, il lui est conseillé de porter sa main, son coude ou un mouchoir à sa bouche lorsqu’elle éternue ou tousse. Cependant, des chercheurs ont récemment montré que ces méthodes sont loin de montrer une efficacité similaire entre elles.

Padmanabha Prasanna Simha, de l’Organisation indienne de recherche spatiale et Prasanna Simha Mohan Rao de l’Institut Sri Jayadeva des sciences et de la recherche cardiovasculaires, ont visualisé expérimentalement les flux d’écoulement de la toux dans divers scénarios de couverture buccale. L’étude a été publiée dans la revue Physics of Fluids.

« Si une personne peut réduire l’étendue de la contamination de l’environnement en atténuant la propagation, c’est une bien meilleure situation pour d’autres personnes en bonne santé qui pourraient entrer dans des lieux avec de telles zones contaminées », indique Simha.

Masques N95 : ils sont les plus efficaces pour réduire la propagation des gouttelettes

La densité et la température sont étroitement liées et les éternuements ont tendance à être plus chauds que leur environnement. Exploitant cette connexion, Simha et Rao ont utilisé une technique appelée imagerie schlieren, qui visualise les changements de densité, pour capturer des images de toux volontaires de cinq sujets de test.

En suivant le mouvement de ces jets de toux sur des images successives, l’équipe a estimé la vitesse et la propagation des gouttelettes expulsées. Sans surprises, ils ont trouvé que les masques N95 étaient les plus efficaces pour réduire la propagation horizontale de la toux.

Les masques N95 réduisent la vitesse initiale d’une toux jusqu’à un facteur de 10 et limitent sa propagation entre 0.1 et 0.25 mètre. Les gouttelettes de toux non couverte, en revanche, peuvent parcourir jusqu’à 3 mètres, mais même un simple masque jetable peut ramener cette valeur à 0,5 mètre.

Un masque, même le plus simple, vaut mieux que pas de masque du tout

« Même si un masque ne filtre pas toutes les particules, si nous pouvons empêcher les nuages ​​de ces particules de se déplacer loin, c’est mieux que de ne rien faire. Dans les situations où des masques sophistiqués ne sont pas disponibles, il vaut mieux n’importe quel masque que pas de masque du tout pour le grand public pour ralentir la propagation de l’infection », explique Simha.

images toux

Visualisation de l’éjection de gouttelettes pour différentes méthodes de couverture buccale. Crédits : Padmanabha Prasanna Simha

Sur le même sujet : Coronavirus ; les particules virales en suspension dans l’air peuvent parcourir plus de 10 mètres

Utiliser le coude pour couvrir une toux est généralement considéré comme une bonne alternative au masque, ce qui est contradictoire avec ce que l’équipe a trouvé. À moins d’être couvert par une manche, un bras nu ne peut pas former le joint approprié contre le nez nécessaire pour obstruer la circulation de l’air. Les gouttelettes peuvent alors fuir par n’importe quelle ouverture et se propager dans de nombreuses directions.

Simha et Rao espèrent que leurs conclusions mettront fin à l’argument selon lequel les masques en tissu ordinaires sont inefficaces, mais ils soulignent que les masques doivent continuer à être utilisés en conjonction avec la distanciation sociale. « Une distanciation adéquate est quelque chose qui ne doit pas être ignoré, car les masques ne sont pas infaillibles », conclut Simha.

Sources : Physics of Fluids

toux masque

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1.4K Partages
1.4K Partages
Partager via
Copier le lien