Si dans plusieurs pays les cas d’infection ont diminué et que les mesures de confinement ont été levées, les autorités sanitaires du monde entier continuent, à juste titre, d’imposer le respect des mesures de distanciation sociale initialement mises en place. Cependant, la distance d’un mètre entre les personnes et le lavage des mains sont clairement insuffisants pour lutter contre la propagation du virus. En effet, une étude récente signée par plus de 200 chercheurs multidisciplinaires met en lumière l’importance capitale de combattre la transmission aéroportée des gouttelettes émises par les personnes infectées, qui dans certains cas peuvent parcourir plus de 10 mètres de distance dans l’air. 

Un appel lancé par 239 scientifiques du monde entier pour atténuer la transmission par voie aérienne du COVID-19 adressé aux autorités sanitaires internationales a été publié dans la revue Clinical Infectious Diseases. Les 239 signataires de 32 pays proviennent de nombreux domaines différents de la science et de l’ingénierie, y compris la virologie, la physique des aérosols, la dynamique des flux, l’exposition et l’épidémiologie, la médecine et l’ingénierie du bâtiment.

Les microgouttelettes : un vecteur important de transmission du coronavirus

Dirigée par Lidia Morawska, experte en qualité de l’air et en santé de renommée internationale, l’étude rappelle qu’une personne infectée exhale des gouttelettes de virus aéroportées lorsqu’elle respire et parle, qui peuvent voyager plus loin que l’exigence actuelle de 1.5 m de distance sociale.

« Des études menées par les signataires et d’autres scientifiques ont démontré au-delà de tout doute raisonnable que les virus sont exhalés dans des microgouttelettes suffisamment petites pour rester en l’air et présentent un risque d’exposition au-delà de 1 à 2 m par une personne infectée. Aux vitesses typiques de l’air intérieur, une gouttelette de 5 microns parcourra des dizaines de mètres, une distance beaucoup plus grande que l’échelle d’une pièce typique tout en s’installant à une hauteur moyenne de 1,5 m au-dessus du sol », explique Morawska.

« L’expertise dans de nombreux domaines de la science et de l’ingénierie nous permet de comprendre les caractéristiques et les mécanismes derrière la génération de microgouttelettes respiratoires, comment les virus survivent dans ces microgouttelettes et comment les modèles de flux d’air transportent ces dernières dans les bâtiments ».

Des mesures simples et peu coûteuses pour lutter contre la transmission aéroportée

Les mesures qui doivent être prises pour atténuer la transmission aéroportée sont les suivantes :

Cliquez ici pour supprimer les publicités.
  • Fournir une ventilation suffisante et efficace (fournir de l’air extérieur propre, minimiser la recirculation de l’air), en particulier dans les bâtiments publics, les environnements de travail, les écoles, les hôpitaux et les maisons de retraite.
  • Compléter la ventilation générale avec des contrôles des infections aéroportées telles que les gaz d’échappement locaux, la filtration de l’air à haute efficacité et les lampes ultraviolettes germicides.
  • Éviter le surpeuplement, en particulier dans les transports publics et les bâtiments publics.

Sur le même sujet : Comment la dynamique des fluides peut-elle nous aider à lutter contre le coronavirus ?

aeration virus

Des mesures aussi simples qu’ouvrir les portes et fenêtres permettent de faire circuler l’air et diminuer le taux de particules virales en suspension dans une pièce. Crédits : Lidia Morawska et al. 2020

« Ces mesures sont pratiques et peuvent être facilement mises en œuvre, et beaucoup ne sont pas coûteuses. Par exemple, des étapes simples telles que l’ouverture des portes et des fenêtres peuvent augmenter considérablement les débits d’air dans de nombreux bâtiments. De nombreuses autorités sanitaires se concentrent actuellement sur le lavage des mains, maintenant la distance sociale et les précautions contre les gouttelettes. Le lavage des mains et la distanciation sociale sont appropriés, mais ils sont insuffisants pour assurer une protection contre les microgouttelettes respiratoires porteuses de virus libérées dans l’air par les personnes infectées », ajoute Morawska.

« Par exemple, une étude récente a analysé les données et les enregistrements vidéo dans un restaurant, où trois groupes distincts de convives ont contracté le COVID-19, et n’a observé aucune preuve de contact direct ou indirect entre les trois groupes, mais a modélisé la façon dont la transmission s’est produite par voie aérienne. Nous craignons que les gens pensent qu’ils sont entièrement protégés en suivant les recommandations actuelles, mais en fait, des précautions aéroportées supplémentaires sont nécessaires pour réduire davantage la propagation du virus ».

Sources : Clinical Infectious Diseases

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.