2.3K Partages

Une étude pédiatrique complète examine la charge virale, la réponse immunitaire et l’hyperinflammation provoquée par la maladie COVID-19 chez les enfants. Les résultats de cette étude mettent en lumière le fait que les enfants sont des propagateurs silencieux du coronavirus SARS-CoV-2.

Dans l’étude la plus complète à ce jour menée sur des patients enfants et souffrant de la maladie COVID-19, les chercheurs du Massachusetts General Hospital (MGH) et du Mass General Hospital for Children (MGHfC) fournissent des données critiques montrant que ces derniers jouent un rôle plus important dans la propagation communautaire de la COVID-19 qu’on ne le pensait jusqu’ici.

En effet, dans une étude portant sur 192 patients âgés de 0 à 22 ans, 49 enfants ont été testés positifs au SARS-CoV-2 et 18 autres avaient une maladie tardive liée à la COVID-19. Il a été démontré que les enfants infectés avaient un taux de virus dans les voies respiratoires significativement plus élevé que les adultes hospitalisés dans les unités de soins intensifs pour le traitement de la maladie COVID-19.

« J’ai été surpris par les niveaux élevés de virus que nous avons trouvés chez les enfants de tous âges, en particulier au cours des deux premiers jours de l’infection », a déclaré Lael Yonker, directeur du MGH Kystic Fibrosis Center et auteur principal de l’étude. « Je ne m’attendais pas à ce que la charge virale soit aussi élevée. Vous pensez à un hôpital et à toutes les précautions prises pour traiter les adultes gravement malades, mais les charges virales de ces patients hospitalisés sont nettement inférieures à celles d’un ‘enfant en bonne santé’, qui se promène tranquillement avec une charge virale de SARS-CoV-2 élevée ».

En effet, il faut savoir que la transmissibilité ou le risque de contagion est plus grand avec une charge virale élevée. Et même lorsque les enfants présentent des symptômes typiques de la maladie COVID-19, comme la fièvre, de la toux sèche ou encore de la fatigue, ces derniers se chevauchent souvent avec des maladies infantiles courantes, comme la grippe et le rhume. « Cela rend compliqué un diagnostic précis de COVID-19 », a expliqué Yonker.

De plus, parallèlement à la charge virale, les chercheurs ont examiné l’expression du récepteur viral et de la réponse des anticorps chez les enfants en bonne santé, les enfants atteints d’une infection aiguë par le SARS-CoV-2 et un plus petit nombre d’enfants atteints du syndrome inflammatoire multisystémique (MIS-C).

Les résultats des prélèvements dans le nez et la gorge, et les échantillons de sang du biorépertoire COVID-19 pédiatrique du MGHfC, ont des implications pour la réouverture des écoles, des garderies et d’autres lieux à forte densité d’enfants, ainsi qu’une interaction étroite avec les enseignants et les membres du personnel. « Les enfants ne sont pas à l’abri de cette infection et leurs symptômes ne sont pas en corrélation avec l’exposition et l’infection », déclare Alessio Fasano, directeur du Centre de recherche en immunologie et biologie des muqueuses à l’HGM et auteur principal de l’étude.

« Au cours de cette pandémie COVID-19, nous avons principalement dépisté des sujets symptomatiques, nous sommes donc parvenus à la conclusion erronée que la grande majorité des personnes infectées sont des adultes. Cependant, nos résultats montrent que les enfants ne sont pas protégés contre ce virus. Nous ne devons pas négliger les enfants en tant que propagateurs potentiels de ce virus », a expliqué Fasano.

Les chercheurs notent que bien que les enfants atteints de COVID-19 ne soient pas aussi susceptibles de devenir aussi gravement malades que les adultes, en tant que porteurs asymptomatiques ou porteurs de peu de symptômes fréquentant l’école, ils peuvent propager l’infection et introduire le virus chez eux.

Et c’est forcément une préoccupation particulière pour les familles de certains groupes socio-économiques, qui ont été plus durement touchés par la pandémie, et les familles multigénérationnelles avec des personnes âgées vulnérables dans le même ménage. Dans l’étude du MGHfC, 51% des enfants atteints d’une infection aiguë par le SARS-CoV-2 provenaient de communautés à faible revenu, contre 2% de communautés à revenu élevé.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Dans une autre découverte décisive de l’étude, les chercheurs contestent l’hypothèse actuelle selon laquelle, comme les enfants ont un nombre plus faible de récepteurs immunitaires pour le SARS-CoV2, cela les rend moins susceptibles d’être infectés ou gravement malades. En effet, les données du groupe montrent que bien que les enfants plus jeunes aient des quantités inférieurs de récepteurs du virus que les enfants plus âgés et les adultes, cela n’est pas corrélé à une diminution de la charge virale. Selon les auteurs, cette découverte suggère que les enfants peuvent porter une charge virale élevée, ce qui signifie qu’ils sont plus contagieux, quelle que soit leur susceptibilité à développer une infection.

Les chercheurs ont également étudié la réponse immunitaire dans le MIS-C, une infection systémique multi-organes qui peut se développer chez les enfants atteints de COVID-19 plusieurs semaines après l’infection : les complications de la réponse immunitaire accélérée observée dans le MIS-C peuvent inclure des problèmes cardiaques cruciales, avec un choc et une insuffisance cardiaque aiguë. « Il s’agit d’une complication grave en raison de la réponse immunitaire à l’infection COVID-19, et le nombre de ces patients est en augmentation. Et, comme chez les adultes avec ces complications systémiques très graves, le cœur semble être l’organe favori ciblé par la réponse immunitaire post-COVID-19 », a expliqué Fasano, qui est également professeur de pédiatrie à la Harvard Medical School (HMS).

Sur le même thème : Le COVID-19 pourrait toucher bien plus d’enfants que prévu

Selon les chercheurs, il est essentiel de comprendre le MIS-C et les réponses immunitaires post-infectieuses des patients COVID-19 encore enfants pour développer les prochaines étapes des stratégies de traitement et de prévention de la maladie. « Les premières informations sur le dysfonctionnement immunitaire dans le MIS-C devraient inciter à la prudence lors de l’élaboration de stratégies vaccinales », note Yonker.

En tant que pédiatres du MGHfC, Yonker et Fasano répondent constamment aux questions des parents sur le retour en toute sécurité de leurs enfants à l’école et à la garderie : ils conviennent que la question la plus critique est de savoir quelles mesures les écoles mettront en œuvre « pour assurer la sécurité des enfants, des enseignants et du personnel ».

Les recommandations de leur étude, qui comprend 30 co-auteurs des MGHfC, MGH, HMS, Massachusetts Institute of Technology, Brigham and Women’s Hospital et Harvard T.H. Chan School of Public Health, stipulent la chose suivante : ne vous fiez pas à la température corporelle ou à la surveillance des symptômes pour identifier l’infection par le SARS-CoV-2 dans le cadre scolaire.

Les chercheurs mettent de ce fait l’accent sur les mesures de contrôle des infections, y compris la distanciation sociale, l’utilisation universelle du masque (le cas échéant), les protocoles efficaces de lavage des mains et une combinaison d’apprentissage à distance et en personne. Ils considèrent également que le dépistage systématique et continu de tous les élèves pour l’infection par le SARS-CoV-2 avec la communication des résultats en temps opportun est un élément impératif d’une politique de retour à l’école sans danger.

« Cette étude fournit des faits indispensables aux décideurs pour prendre les meilleures décisions possibles pour les écoles, les garderies et les autres institutions qui servent les enfants », dit Fasano. « Les enfants sont une source possible de propagation de ce virus, et cela devrait être pris en compte dans les étapes de planification de la réouverture des écoles », a-t-il ajouté.

Fasano craint par ailleurs qu’un retour précipité à l’école sans une planification appropriée ne puisse entraîner une augmentation des cas d’infections de la maladie COVID-19 : « Si les écoles devaient rouvrir complètement sans les précautions nécessaires, il est probable que les enfants joueront un rôle plus important dans cette pandémie », concluent les auteurs.

Source : Journal of Pediatrics

cornavirus covid-19 sars-cov-2 pandemie enfants

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2.3K Partages
2.3K Partages
Partager via
Copier le lien