10 Partages

Le laboratoire de biotech canadien Medicago, dont Mitsubishi Tanabe Pharma et Philip Morris sont les actionnaires, a annoncé au début du mois avoir développé un « candidat-vaccin » contre le coronavirus grâce à des molécules issues de plantes de la famille du tabac. Les premiers essais sur les humains devraient débuter sous peu pour un vaccin potentiellement disponible dès l’automne 2021.

Soutenu par le gouvernement canadien, le laboratoire Medicago a-t-il un temps d’avance pour commercialiser le premier vaccin contre le coronavirus ? S’il est encore trop tôt pour le dire, la start-up québécoise est clairement dans la course. La clé : l’utilisation de particules pseudo-virales (VLP) développées sur des plantes cousines du tabac, qui permettent de gagner du temps par rapport au développement de vaccins traditionnels.

Des particules pseudo-virales qui ont en outre l’avantage d’imiter et non de dupliquer un virus, et donc d’être inactives et de ne présenter aucun danger d’infection, ce qui en fait une des pistes privilégiées pour la mise au point des vaccins du futur… mais aussi ceux d‘aujourd’hui. Medicago travaille notamment sur une plante, Nicotiana Benthamiana, proche cousine du tabac, sur les feuilles desquelles les scientifiques font croître les fameuses VLP.

Dans un communiqué, les équipes de Medicago ont expliqué être parvenues à dupliquer le virus SRAS-CoV-2 (responsable de la pandémie de Covid-19) « en seulement vingt jours » après avoir reçu sa séquence génétique. Le laboratoire s’apprête à lancer des tests précliniques « pour évaluer l’innocuité et l’efficacité » de son vaccin, puis des essais cliniques au début de l’été, avant une potentielle commercialisation à l’automne 2021.

Sur le même sujet : Coronavirus : Selon l’OMS, au moins 70 vaccins seraient déjà en développement 

Medicago est soutenue par le gouvernement du Canada, le gouvernement provincial du Québec et les autorités sanitaires locales. Le gouvernement canadien a d’ailleurs accepté que les travaux d’agrandissement des laboratoires de la start-up, qui doivent permettre d’accroître sa capacité de production, reprennent malgré le confinement imposé dans tout le pays.

La pandémie de coronavirus, apparue dans la ville de Wuhan (Chine) en fin d’année dernière, a d’ores et déjà touché plus de 3 millions de personnes, fait plus de 200’000 morts à travers le monde et provoqué un tsunami économique et sanitaire sans précédent avec plus de 4,5 milliards de personnes confinées à l’échelle planétaire. Le monde entier attend le développement et la commercialisation d’un vaccin sûr et efficace pour lutter contre la maladie.

institut recherche vaccin coronavirus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

10 Partages
Partager via
Copier le lien