Une nouvelle étude menée sur des autopsies effectuées sur des patients décédés de la COVID-19, causée par le nouveau coronavirus (SARS-CoV-2), a révélé que la maladie provoquait la formation de caillots sanguins dans « presque tous les organes » du corps. Les autopsies effectuées sur les personnes décédées aident les médecins à comprendre comment la maladie affecte le corps.

Des études effectuées sur des autopsies de patients atteints de COVID-19 ont démontré que des caillots sanguins, dus à la maladie, sont présents non seulement dans les poumons, mais également dans « presque tous les organes », a déclaré Amy Rapkiewicz, une pathologiste de l’Université de New York et présidente du département de pathologie du NYU Langone Medical Center. Cette dernière a également qualifié de « dramatiques » les nouvelles découvertes, que son équipe a publiées le mois dernier dans le EClinicalMedicine du Lancet Journal.

Lorsque le virus a été découvert pour la première fois, les médecins pensaient que la COVID-19 était une maladie respiratoire similaire à la pneumonie virale, mais ils ont depuis appris que le virus pouvait (notamment) provoquer des caillots sanguins. Ceux-ci peuvent à leur tour entraîner des problèmes plus graves tels que des accidents vasculaires cérébraux, de l’insuffisance rénale, une inflammation cardiaque et des complications du système immunitaire.

lion masque new york library

New York, le 11 juillet 2020 : le lion de la New York Public Library portant un masque. Crédits : John Lamparski/Getty Images

À noter que des caillots sanguins excessifs peuvent se former dans les gros vaisseaux sanguins, ainsi que dans les poumons, le cœur, le cerveau et la peau. Cependant, cette nouvelle étude met en lumière le fait que ces caillots peuvent également affecter les petits vaisseaux sanguins. « C’est une découverte dramatique, car même si nous nous y attendions en ce qui concerne les poumons, nous en avons également trouvé dans presque tous les organes que nous avons examinés au cours de notre étude d’autopsie », a déclaré Rapkiewicz.

Sur le même thème : Des lésions cérébrales et symptômes neurologiques associés à COVID-19

L’étude des autopsies a également démontré l’apparition remarquable de grandes cellules de moelle osseuse appelées mégacaryocytes (il s’agit littéralement d’une cellule géante, d’environ 50 à 100 µm de diamètre). À savoir que ces cellules « ne circulent généralement pas à l’extérieur des os et des poumons », a déclaré Rapkiewicz. « Nous les avons trouvées dans le cœur et les reins, le foie et d’autres organes. Dans le cœur, notamment, les mégacaryocytes produisent les plaquettes, intimement impliquées dans la coagulation du sang », a ajouté Rapkiewicz.

Quant à la suite, les chercheurs souhaitent poursuivre leurs recherches afin de déterminer le lien entre les grandes cellules de la moelle osseuse et la coagulation des petits vaisseaux sanguins. Selon Rapkiewicz, l’une des « opportunités, s’il y en a une », est que les pathologistes ont la possibilité d’examiner les organes des nombreuses victimes de COVID-19, et d’enquêter sur ces processus pathologiques en cours. Rapkiewicz a également noté que cette opportunité n’était pas vraiment disponible avec le H1N1 ou l’épidémie de SRAS de 2003.

Source : EClinicalMedicine/The Lancet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.