496 Partages

Un laboratoire de la faculté de médecine de l’UNC School of Medicine a produit des images frappantes de la forme infectieuse du coronavirus SARS-CoV-2, observée dans des cultures de cellules respiratoires épithéliales infectées. Les images ont été publiées dans le New England Journal of Medicine.

Camille Ehre, professeure adjointe de pédiatrie, membre de l’UNC Marsico Lung Institute et de l’UNC Children’s Research Institute, a capturé ces images pour illustrer l’intensité de l’infection des voies respiratoires par le SARS-CoV-2. Le travail a permis d’obtenir des images très détaillées et faciles à comprendre.

Son laboratoire a mené cette recherche en collaboration avec les laboratoires de Ralph Baric, professeur distingué d’épidémiologie à l’école de santé publique Gillings de l’UNC, et de Richard Boucher, professeur distingué de médecine et directeur du Marsico Lung Institute de l’école de médecine de l’UNC.

Un nombre incroyablement élevé de virions

Pour produire les images, les chercheurs ont inoculé le virus SARS-CoV-2 dans des cellules épithéliales bronchiques humaines, qui ont ensuite été examinées 96 heures plus tard au moyen d’un microscope électronique à balayage.

Les images, recolorisées par Cameron Morrison, étudiant en médecine à l’UNC, montrent des cellules ciliées infectées avec des brins de mucus (vert) attachés aux extrémités des cils (bleu). Les cils sont des structures ressemblant à des poils à la surface des cellules épithéliales des voies respiratoires, qui transportent le mucus (et les virus piégés) hors du poumon.

structure densite virions sars-cov-2

Cette image à fort grossissement montre la structure et la densité des virions (rouge) du SARS-CoV-2, produits par l’épithélium des voies respiratoires humaines. Les virions sont la forme infectieuse complète du virus libéré sur les surfaces respiratoires par les cellules hôtes infectées. Crédits : Ehre Lab, UNC School of Medicine

Sur le même sujet : Voici comment les scientifiques savent que le SARS-CoV-2 n’a pas été conçu en laboratoire

Cette recherche en imagerie permet d’illustrer le nombre incroyablement élevé de virions produits et libérés par cellule à l’intérieur du système respiratoire humain. L’importante charge virale est une source de propagation de l’infection à de multiples organes d’une personne infectée, et est probablement à l’origine de la fréquence élevée de transmission de la COVID-19 à d’autres personnes. Ces images plaident fortement en faveur de l’utilisation de masques par les personnes infectées et non infectées afin de limiter la transmission du virus.

Source : New England Journal of Medicine

sars cov 2 coronavirus covid-19

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

496 Partages
496 Partages
Partager via
Copier le lien