3.5K Partages

Tandis que le coronavirus SARS-CoV-2 continue de se propager, les scientifiques travaillent activement à la conception d’un vaccin et d’un traitement. Il y a de cela plusieurs semaines, une équipe chinoise, puis une équipe française dirigée par le professeur Didier Raoult, ont affirmé que l’hydroxychloroquine (HCQ) était un traitement efficace contre l’infection virale. Le président Donald Trump s’est alors saisi de ces déclarations pour promouvoir ce « traitement révolutionnaire ». Cependant, au fil des dernières semaines, de nombreux biais méthodologiques ont été mis en évidence dans les études chinoises et de Raoult, tandis que plusieurs contre-études ont montré que l’HCQ était au mieux inefficace et, au pire, dangereuse. Une étude gouvernementale, qui doit toutefois être prise avec précaution, a récemment conforté cela.

Le président Trump a été interrogé mardi à propos de ses précédentes déclarations officielles concernant l’hydroxychloroquine (HCQ) comme traitement contre le coronavirus SARS-CoV-2 après qu’une étude financée par le gouvernement a montré qu’il n’améliorait pas l’état d’anciens combattants infectés et était associé à plus de décès. Le président a fini par botter en touche.

« Je ne connais pas le rapport officiel. De toute évidence, il y a eu de très bons rapports scientifiques et peut-être que celui-ci n’en est pas un — mais nous allons l’examiner », a-t-il déclaré lors du briefing quotidien du groupe de travail sur le coronavirus. La recherche, qui n’a pas encore été évaluée par des pairs mais qui a été soutenue par les National Institutes of Health et l’Université de Virginie, est la dernière étude en date montrant que l’hydroxychloroquine n’est peut-être pas la solution miracle que Trump présente depuis des semaines.

Hydroxychloroquine et coronavirus SARS-CoV-2 : un risque de mortalité accru

« Dans cette étude, nous n’avons trouvé aucune preuve que l’utilisation de l’hydroxychloroquine, avec ou sans azithromycine, réduisait le risque de mise sous respiration artificielle chez les patients hospitalisés », écrivent les auteurs. En fait, l’analyse des données de 368 patients dans les hôpitaux vétérans a révélé que 28% de ceux qui ont été traités avec sont décédés, contre 11% qui ont reçu le traitement standard sans le médicament. Et 22% des patients qui ont reçu de l’hydroxychloroquine avec l’antibiotique azithromycine sont décédés.

resultats hcq

Tableau récapitulant les résultats obtenus par les chercheurs. Crédits : Joseph Magagnoli et al. 2020

« Plus précisément, l’utilisation d’hydroxychloroquine avec ou sans co-administration d’azithromycine n’a réduit ni la mortalité ni le besoin de ventilation mécanique chez les patients hospitalisés. Au contraire, l’utilisation d’hydroxychloroquine seule était associée à un risque accru de mortalité par rapport aux soins standards », indiquent les chercheurs.

Deux autres petites études, une en France et une en Chine, ont également révélé que l’hydroxychloroquine n’était pas meilleure que les thérapies standards. Les auteurs de l’analyse déclarent que leur étude limitée montre comment les données des essais cliniques sont désespérément nécessaires avant que l’hydroxychloroquine puisse être considérée comme une arme utile, ou non, dans la lutte contre le COVID-19. En clair, ils suggèrent que les soignants fassent preuve d’une extrême prudence avant de l’essayer.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Une étude préliminaire statistiquement limitée

Pour le moment, les auteurs précisent que le lien entre HCQ et mortalité accrue n’est pas clair, mais ils ont noté qu’une étude brésilienne sur l’analogue de la chloroquine avait été interrompue parce que certains patients avaient développé des problèmes cardiaques. L’équipe reconnaît que les patients qui recevaient de l’hydroxychlroquine étaient probablement parmi les plus gravement malades, mais même en tenant compte de cela, le taux de mortalité était démesuré.

Cependant, ces résultats doivent être pris avec précaution. En effet, la majorité des patients traités par l’HCQ présentaient des pathologies sous-jacentes comme le diabète, des antécédents de maladies cardiovasculaires, et étaient des fumeurs fréquents. En outre, l’étude n’a porté que sur des hommes, dont l’âge moyen était de 65 ans et en majorité afro-américains (une population particulièrement touchée par l’épidémie aux États-Unis).

Bien que les auteurs aient précisé avoir corrigé la plupart de ces biais statistiques en renouvelant leur échantillon clinique, ces résultats, bien qu’intéressants, doivent être considérés à l’aune de ces paramètres de sélection. En l’état, ils peuvent difficilement être appliqués à une population entière.

Sur le même sujet : Tout ce qu’il faut savoir sur la chloroquine et la promesse derrière ce traitement expérimental

Hydroxychloroquine : les conséquences délétères des effets d’annonce

Le commissaire de la FDA, Stephen Hahn, a déclaré lors de la réunion d’information de mardi que bien qu’il y ait 30 essais cliniques en cours, les résultats ne sont pas attendus avant le début de l’été. Il a précisé que l’étude sur les anciens combattants était trop petite et préliminaire pour « nous aider à prendre une décision d’un point de vue réglementaire ». Il a toutefois ajouté que les résultats de l’étude doivent être pris en compte par les médecins lorsqu’ils décident de prescrire de l’hydroxychloroquine à un patient infecté.

Au moment où Trump vantait les mérites de l’HCQ, le gouvernement fédéral a acheté des millions de doses. L’effet secondaire de cette ruée : les Américains qui utilisent le médicament pour traiter des maladies comme le lupus font face à des pénuries. L’intérêt pour l’hydroxychloroquine a culminé à la mi-mars lorsqu’elle a commencé à recueillir des mentions de célébrités comme Elon Musk, qui a tweeté que « cela pourrait valoir la peine d’être considéré » à la suite de premières recherches chinoises sur le médicament.

Le chercheur français Didier Raoult a aidé à propulser l’antipaludéen sur la scène internationale avec une étude sur la chloroquine et l’azithromycine. Raoult a affirmé que les deux ont produit des résultats spectaculaires et prometteurs chez les patients infectés. Mais l’étude de Raoult a fait l’objet de critiques intenses concernant ses nombreux biais — et la Société internationale de chimiothérapie antimicrobienne, qui a publié l’article, s’est rétractée et a publié plus tard une déclaration disant qu’elle ne répondait pas aux normes attendues de la société.

Sources : mediRxiv

hcq trump

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3.5K Partages
3.5K Partages
Partager via
Copier le lien