Des scientifiques ont réussi à identifier une réaction en chaîne expliquant pourquoi nos propres corps peuvent se retourner contre des cellules saines, transformant potentiellement la manière dont nous comprenons les maladies auto-immunes ainsi que la façon dont nous les traitons.

La réaction en chaîne en question, découverte en 2017 après quatre années de recherche effectuées sur des souris, a été décrite comme un « train fou », où une erreur conduit le corps à développer une manière très efficace de s’attaquer à lui-même.

L’étude s’est concentrée sur les cellules B (ou lymphocytes B), qui sont des globules blancs particuliers, faisant partie des lymphocytes : ils fabriquent les immunoglobulines appelées anticorps, attaquant les antigènes indésirables (ou des substances étrangères). Mais les scientifiques ont découvert un véritable « interrupteur » dans les cellules B de souris qui déformait ce comportement et provoquait des attaques auto-immunes.

« Une fois que la tolérance de son corps pour ses propres tissus est perdue, la réaction en chaîne est comme un train fou. La réponse immunitaire contre les protéines de votre propre corps, ou à des antigènes, ressemble exactement à la réponse à un pathogène étranger », explique l’un des membres de l’équipe, Michael Carroll, du Boston Children’s Hospital et de la Harvard Medical School (HMS).

Ces cellules B pourraient à leur tour expliquer le phénomène biologique connu sous le nom d’ « epitope spreading » que l’on pourrait traduire par « extension d’épitopes », où nos corps commencent à traquer différents antigènes qui ne devraient pas être sur la « liste d’éléments à détruire » du système immunitaire. Cette extension d’épitopes a longtemps été observée en laboratoire mais les scientifiques ne savaient pas exactement de quelle manière cela se produisait, ni pourquoi les maladies auto-immunes évoluaient au fil du temps pour cibler de plus en plus d’organes et de tissus sains dans le corps.

Dans le cas de cette étude, la recherche a porté sur un modèle murin de la maladie auto-immune lupique. « Le lupus est connu comme « le grand imitateur » car cette maladie peut avoir de nombreuses présentations cliniques différentes, ressemblant à d’autres pathologies communes », a déclaré l’un des chercheurs, Søren Degn du Boston Children’s Hospital et de l’Aarhus University, au Danemark. « C’est une maladie pouvant atteindre de multiples organes, avec une pléthore de cibles antigéniques potentielles, de tissus affectés et de « joueurs immunitaires » impliqués », a-t-il ajouté.

En imagerie, l’équipe a utilisé ce qu’on appelle la technique des « confettis », où des protéines marquées afin d’être fluorescentes sont utilisés pour suivre les différentes cellules B à travers le corps. Lorsque les cellules B détectent un corps étranger (ou quelque chose de sain qui lui semble être un corps étranger), elles se mettent en action, en groupes. Ces véritables centres d’action sont la raison pour laquelle les ganglions lymphatiques enflent lors d’un rhume, par exemple. Des répliques de cellules B s’affrontent dans ces centres, afin que le corps puisse déterminer quel anticorps est le plus approprié pour combattre la menace et, dans le cas de cette étude, cela signifiait qu’une couleur de protéine l’emportait sur les autres.

cellule b lymphocyte système immunitaire maladie auto immune

La technique dite des confettis, permet de montrer différents anticorps (de différentes couleurs). Crédits : Carroll Lab

Le problème survient lorsque le corps identifie incorrectement une protéine normale comme une menace. Lorsque cela se produit, le processus de sélection des cellules B produit ce que l’on appelle des autoanticorps qui s’avèrent très efficaces pour nuire à notre propre corps.  « Au fil du temps, les cellules B qui produisent initialement les auto-anticorps « gagnants » commencent à recruter d’autres cellules B pour produire des autoanticorps supplémentaires – tout comme les ondulations qui se propagent lorsqu’un seul caillou tombe dans l’eau », a déclaré Degn.

Bien que cela n’ait été observé que chez les souris jusqu’à présent, les chercheurs souhaitent maintenant utiliser le modèle des confettis pour étudier la façon dont la production de cellules B d’auto-anticorps est régulée et s’accélère. Si les scientifiques trouvent un moyen de « bloquer » l’activité de certaines cellules, cela pourrait mettre fin au cercle vicieux que génèrent les maladies auto-immunes. En effet, cela bloquerait la mémoire à court terme du système immunitaire, mais malheureusement, ce type de traitement est encore loin d’être au point.

Il s’agit tout de même d’une étape importante et prometteuse qui nous permet d’aller vers une meilleure compréhension de ce véritable train biologique qui file à toute allure, et qui est si difficile à arrêter. « Cette découverte a été une telle surprise. Elle ne nous dit pas seulement que les cellules B auto réactives sont en concurrence dans les centres germinaux pour concevoir un auto-anticorps, mais elle nous permet aussi de voir que la réponse immunitaire s’élargit pour attaquer d’autres tissus dans le corps, conduisant à une extension épitopique très rapide », a déclaré Carroll.

Sources : Cell, Boston Children’s Hospital

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share
Share

Ce site utilise des cookies

La publicité étant notre principale source de revenu (sans elle, nous n'existerions pas), nous utilisons des cookies afin de l'adapter. Ces derniers nous permettent également de faire des analyses statistiques (données anonymes) dans le but d'améliorer notre site. Les cookies sont également utiles à conserver vos préférences si vous êtes logués. Ainsi, nous pouvons vous garantir une meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez nos modalités relatives aux cookies.