Décollage réussi pour trois astronautes chinois vers la station spatiale Tiangong

decollage reussi pour astronautes chinois station spatiale tiangong
| CCTV

Des spectateurs situés dans le désert de Gobi, près du centre de lancement de Jiuquan, ont pu assister à un véritable événement : le retour des missions habitées chinoises depuis 2016. En effet, une fusée Long March-2F a décollé aujourd’hui, emportant trois astronautes chinois à son bord vers le site de construction orbital de la station spatiale Tiangong-3. Les astronautes y resteront amarrés trois mois afin d’y mener d’importants tests techniques.

Une fusée chinoise a décollé aujourd’hui d’une rampe de lancement dans le désert de Gobi, envoyant trois astronautes en mission historique vers une station spatiale en orbite que la Chine est en train de construire. Du feu et d’énormes nuages ​​de poussière étaient visibles au loin lorsque la fusée Long March-2F transportant la capsule Shenzhou-12 s’est éloignée du Centre de lancement de satellites de Jiuquan, alors que la course spatiale de la Chine avec les États-Unis et la Russie continue de s’accélérer.

C’était la première fois en cinq ans que la Chine envoyait des humains dans l’espace. Shenzhou-12, ou Vaisseau divin, est l’une des 11 missions prévues pour achever la construction de la station spatiale chinoise Tiangong de 70 tonnes, qui devrait être opérationnelle d’ici l’année prochaine. Les astronautes resteront amarrés à la section principale Tianhe de la station pendant trois mois — la mission en équipage la plus longue de la Chine à ce jour — pour effectuer des sorties dans l’espace, des travaux de maintenance et des tests critiques des systèmes de survie et d’autres systèmes.

À LIRE AUSSI :
Pour la première fois, des physiciens ont combiné un semi-conducteur et un supraconducteur

Vidéo montrant le décollage de l’équipage :

« Je pense que dans un proche avenir, lorsque la station spatiale chinoise sera terminée, nous verrons des astronautes chinois et étrangers entreprendre des missions conjointes. Explorer le vaste Univers, développer des activités spatiales et construire une puissante nation spatiale est notre rêve spatial », déclare le directeur adjoint de l’Agence spatiale chinoise, Ji Qiming.

L’avancée fulgurante de la Chine dans le domaine spatial

La Chine a longtemps maintenu hors de la Station spatiale internationale, un projet lancé il y a 20 ans qui a servi d’expression ultime de la réconciliation post-guerre froide entre la Russie et les États-Unis. Les inquiétudes américaines concernant le secret du programme spatial chinois et ses liens avec son armée en étaient en grande partie responsables.

Mais l’ISS vieillissante qui a accueilli des astronautes des États-Unis, de la Russie et d’un certain nombre d’autres pays devrait être mise hors service après 2024. Alors que les relations américano-russes se détériorent, Moscou a laissé entendre qu’elle pourrait se retirer de la coopération avec l’ISS en 2025, ce qui signifie que la Chine pourrait être le seul pays avec une station spatiale fonctionnelle. Roscosmos, l’agence spatiale russe, a également signé en mars un accord avec l’Administration spatiale nationale chinoise pour construire une base sur ou autour de la Lune, qu’ils appelleront la Station lunaire scientifique internationale.

« Toutes les premières que les États-Unis et l’URSS ont faites pendant la guerre froide, la Chine ne fait que les cocher. Maintenant, ils en sont au point où ils commencent à penser : « OK, nous ne nous contentons plus de copier l’Occident, nous allons commencer à faire notre propre truc ». Et ça va être très intéressant à regarder », affirme Jonathan McDowell, astrophysicien au Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics.

Avant le lancement, les astronautes chinois ont rencontré mercredi des journalistes à l’intérieur d’une chambre de verre pour s’assurer qu’ils restaient exempts de germes. Le vétéran Nie Haisheng, 56 ans, attendait avec impatience son troisième voyage dans l’espace, tandis que Liu Boming, 54 ans, a participé à une mission de 2011 qui comprenait la première sortie dans l’espace de la Chine. Ils ont été rejoints par Tang Hongbo, 40 ans, qui attendait avec impatience son premier voyage vers les étoiles, ayant été sélectionné pour une formation en 2010.

À LIRE AUSSI :
Jeff Bezos l'a fait, il s'est rendu dans l'espace avec son équipage à bord de sa fusée New Shepard

Des craintes à propos d’une compétition spatiale chinoise

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Après le lancement réussi du module principal de Tianhe le mois dernier, les médias d’État ont rapporté que le président Xi Jinping avait écrit une lettre pour féliciter les ingénieurs chinois pour une percée inscrite dans l’histoire du pays. Cependant, le gouvernement chinois a été contraint de se défendre après que la NASA et d’autres aient accusé Pékin d’avoir agi de manière imprudente en permettant à un propulseur de fusée de cette mission de tomber sur Terre d’une manière apparemment incontrôlée.

Le lancement de mercredi a été couvert par la télévision d’État et célébré comme une question de prestige avant le 100e anniversaire du Parti communiste le mois prochain. Pour Xi, la station spatiale a une valeur symbolique dans sa vision de son pays en tant que « puissance spatiale à tous égards ».

Mais alors que la Chine verse des milliards de dollars dans ses programmes spatiaux, y compris une exploration de la face cachée de la Lune et son récent atterrissage d’un rover sur Mars, certains analystes craignent que son manque de coordination internationale ne crée un terrain de jeu dangereusement compétitif dans l’espace. « Pékin s’efforce d’égaler ou de dépasser les capacités américaines dans l’espace pour obtenir les avantages militaires, économiques et de prestige que Washington a accumulés grâce au leadership spatial », selon l’évaluation annuelle des menaces publiée par le Bureau du directeur du renseignement national.

Laisser un commentaire