La Chine a lancé avec succès le premier module de sa station spatiale Tiangong-3

chine lance succes premier module future station spatiale
| CGTN

D’ici 2022, l’ISS ne sera plus l’unique station spatiale en orbite autour de la Terre. En effet, jeudi matin, la Chine a placé avec succès le module principal Tianhe de sa future station spatiale en orbite. Cette dernière, baptisée Tiangong-3, doit être pleinement opérationnelle d’ici l’année prochaine, afin d’accueillir les premiers astronautes et commencer à mener les premières expériences scientifiques. 

Durant plus de deux décennies, la Station spatiale internationale a tourné autour de la Terre en accueillant plus de 200 astronautes de 19 pays différents. Mais son rôle en tant que lieu unique pour une présence humaine continue dans l’espace, la recherche scientifique et un terrain d’essai pour l’exploration spatiale future touche à sa fin, signalant potentiellement la fin d’une ère sans précédent de coopération internationale dans l’espace.

La Chine, dont les astronautes ont longtemps été exclus de l’ISS, a lancé avec succès le premier module de sa station spatiale jeudi matin depuis le site de lancement de Wenchang dans l’île méridionale de Hainan, selon l’Administration spatiale nationale chinoise. Le module de base, actuellement le plus grand vaisseau spatial développé par la Chine, a été lancé en orbite terrestre basse par une fusée Long March-5B, marquant la première étape des efforts de la Chine pour construire sa propre station en deux ans.

La Russie a également déclaré qu’elle quitterait le projet ISS en 2025 et prévoyait de construire sa propre station spatiale qui pourrait être lancée en 2030 — si le président russe Vladimir Poutine donne le feu vert. Bien entendu, la station spatiale chinoise ne se lancera pas en un seul morceau complet ; elle sera assemblée à partir de plusieurs modules lancés à des moments différents.

À LIRE AUSSI :
Hubble : la NASA annonce avoir remis le télescope en service !

Une station spatiale opérationnelle d’ici 2022

Les médias d’État chinois rapportent que la station spatiale du pays sera pleinement opérationnelle d’ici la fin de 2022. Le module central a une longueur totale de 16.6 mètres, un diamètre maximal de 4.2 mètres et une surface habitable de 50 mètres cubes, selon la China Aerospace Science and Technology Corporation (CASC).

image station spatiale chine tiangong3
La station spatiale Tiangong-3 telle qu’elle doit être en 2022 lorsqu’elle sera totalement assemblée. © CASC

Elle devrait fonctionner pendant 10 ans, prolongeable jusqu’à 15 ans. Onze lancements, dont quatre missions avec équipage et quatre missions de fret, sont prévus au cours des deux prochaines années. La première mission avec équipage devrait être lancée en juin de cette année — l’envoi de trois astronautes en orbite pendant environ trois mois, au cours desquels le système de survie et la maintenance seront testés.

Elle ne sera pas aussi grande que l’ISS — environ un cinquième de sa taille et similaire à la station spatiale russe Mir, qui a fonctionné de 1986 à 2001, mais l’intention est qu’elle puisse être occupée en permanence par des astronautes à long terme. « Nous n’avions pas l’intention de concurrencer l’ISS en termes d’échelle », déclare Gu Yidong, scientifique en chef du programme China Manned Space.

Un lieu d’expérimentations scientifiques

La Chine a lancé son premier vol spatial habité en 2003 — plus de 40 ans après la NASA. Mais à mesure que la nation est devenue plus riche et plus puissante au cours des dernières décennies, son programme spatial s’est accéléré. La station spatiale chinoise — le module central est connu sous le nom de Tianhe, qui signifie l’harmonie des cieux — allouera de l’espace et des ressources à un certain nombre d’expériences internationales en microgravité.

À LIRE AUSSI :
Le co-créateur de Dogecoin affirme désormais que les cryptomonnaies sont une « abominable erreur »

Jusqu’à présent, six projets ont été acceptés, dont un sur l’impact des vols spatiaux sur les tumeurs cancéreuses mené par des chercheurs de Norvège, des Pays-Bas, de Belgique et de France. « La Chine souhaite démontrer au monde et à son peuple qu’elle est un acteur de classe mondiale dans les vols spatiaux habités et la science de pointe », déclare David Burbach, professeur des affaires de sécurité nationale à l’US Naval War College.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Vidéo montrant la mise en orbite du module Tianhe :

 

Laisser un commentaire