Découverte d’un « anus » de dinosaure extrêmement bien conservé

decouverte anus dinosaure bien conserve
| Bob Nicholls/Jakob Vinther

Même s’ils sont le plus souvent impressionnants de par leur taille ou leur état de conservation, les os ne sont pas les seuls éléments d’importance pour les paléontologues lorsqu’il s’agit de recueillir de précieuses informations sur les dinosaures. Ils peuvent étudier les traces de pas ou tissus mous fossilisés, ou bien encore les restes alimentaires conservés dans des environnements particuliers. Et parfois, d’autres parties anatomiques peuvent se révéler riches en informations. Récemment, une équipe de paléontologues a découvert un cloaque (un anus) appartenant au dinosaure Psittacosaurus, dans un excellent état de conservation. Cette découverte a permis aux chercheurs de préciser les fonctions de ces cloaques ainsi que certaines de leurs propriétés anatomiques.

La découverte révèle comment les dinosaures ont utilisé cet orifice polyvalent — scientifiquement connu sous le nom de cloaque (ou évent cloacal pour l’ouverture) — pour déféquer, uriner, se reproduire et pondre. L’anus du dinosaure est si bien préservé que les chercheurs ont pu voir les restes de deux petits renflements qui auraient pu abriter des glandes odoriférantes musquées que l’animal aurait éventuellement utilisées pendant la parade nuptiale — une curiosité anatomique également observée chez les crocodiliens vivants.

Bien que l’arrière de ce dinosaure partage certaines caractéristiques avec l’arrière de certaines créatures vivantes, c’est aussi une ouverture unique en son genre, ont découvert les chercheurs. « L’anatomie est unique. Cela ne ressemble pas tout à fait au cloaque des oiseaux, qui sont les plus proches parents vivants des dinosaures. Cela ressemble un peu à l’ouverture arrière d’un crocodile, mais différente à certains égards », explique Jakob Vinther, paléobiologiste à l’Université de Bristol.

À LIRE AUSSI :
Découverte d’un crâne fossilisé appartenant à un rhinocéros géant

Un cloaque appartenant au Psittacosaurus

Les restes biens conservés appartiennent au Psittacosaurus, un dinosaure à queue hérissée, de la taille d’un labrador et arborant une corne, ce qui signifie qu’il était un parent du Triceratops. Comme son célèbre cousin à trois cornes, Psittacosaurus a vécu pendant la période du crétacé, qui s’est étalée de -145 millions à -65 millions d’années.

image psittacosaurus event cloacal
Squelette et tissus fossilisés du spécimen de Psittacausorus, avec zoom sur son cloaque. © Jakob Vinther et al. 2021

Vinther et ses collègues avaient déjà étudié ce spécimen de Psittacosaurus, trouvé en Chine, pour déterminer sa couleur de peau, et à l’époque, il avait noté que ses régions inférieures étaient préservées. « Ensuite, j’ai eu la chance de regarder à nouveau le spécimen, de près, et j’ai soudain réalisé que le cloaque était en fait assez bien conservé, et que nous pouvions distinguer une anatomie que je n’imaginais pas ».

Aucun des tissus mous reproducteurs (comme un pénis) n’a été conservé. Les chercheurs ne peuvent donc pas dire si le dinosaure était un mâle ou une femelle. Même ainsi, ce dinosaure a probablement eu des relations sexuelles copulatoires, contrairement à certains oiseaux qui se cognent les fesses lorsqu’ils font un « baiser cloacal » pendant la reproduction, précise Vinther.

Couleur et fonctions du cloaque

Pour obtenir une image plus complète de l’évent cloaqual du Psittacosaurus, les chercheurs l’ont comparé à ceux des vertébrés terrestres vivants. L’évent est l’ouverture, et le cloaque, qui vient du mot latin pour « égout », est la chambre musculaire située derrière. Sur la base de son anatomie préservée, l’ouverture aurait pu être soit orientée horizontalement, comme celle d’un oiseau, soit verticalement, comme un cloaque de crocodile.

À LIRE AUSSI :
Des ossements de mammouths laineux trouvés dans une mine d’or du Yukon
event cloacal illustration apparence
Zoom sur l’évent cloacal avec indication des différentes parties, et illustration de sa véritable apparence potentielle. © Jakob Vinther et al. 2021

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

De plus, l’équipe a remarqué que les régions extérieures du cloaque étaient recouvertes d’une nuance sombre de mélanine. Peut-être que cette zone à pigmentation sombre était un type d’affichage visuel, similaire aux mégots rouge vif observés chez les babouins. Le Psittacosaurus brun rougeâtre était contre-ombré, ce qui signifie qu’il avait un dos sombre et un dessous clair, de sorte que son postérieur pigmenté se serait démarqué.

Cette mélanine foncée peut également avoir fourni une protection antimicrobienne — ce que l’on observe également chez l’Homme. « Nous avons de la mélanine dans certaines parties du corps qui ne voient jamais la lumière du jour. Notre foie est rempli de mélanine car notre organisme souhaite éviter le plus possible la survenue d’infections bactériennes dans ces zones », explique Vinther.

Les lobes pigmentés de chaque côté de l’ouverture anale du dinosaure auraient pu contenir des glandes sécrétant du musc. Ces glandes se trouvent chez les crocodiliens mâles et femelles, et chez ces créatures, elles libèrent une substance grasse et malodorante pendant la parade nuptiale. Et, tout comme chez la plupart des vertébrés terrestres (à l’exception des mammifères, qui ont plus d’un trou pour la défécation, la miction et la reproduction), ce dinosaure utilisait cet orifice à ne nombreuses fins.

Sources : Current Biology

Laisser un commentaire