399 Partages

Selon une découverte réalisée en 2008, il y a 1.2 milliard d’années, une météorite de 1 km de diamètre aurait heurté la Terre près de Ullapool, dans le nord-ouest de l’Écosse. Bien que suite à l’analyse de l’épaisseur et de l’étendue des dépôts de débris, l’impact était estimé être proche de la côte, son emplacement exact restait jusqu’ici inconnu.

Une équipe de chercheurs de l’Université d’Oxford révèle aujourd’hui comment ils ont identifié l’emplacement précis du cratère, à 15-20 km à l’ouest d’une partie reculée du littoral écossais. L’emplacement est en partie sous l’eau et sous les roches jeunes du bassin de Minch. L’étude a été publiée hier dans le Journal of the Geological Society.

Ken Amor du département des sciences de la Terre de l’Université d’Oxford et directeur de l’étude, déclare : « Les matériaux mis au jour lors de l’impact d’une météorite géante sont rarement conservés sur Terre, car ils s’érodent rapidement. Il s’agit donc d’une découverte vraiment passionnante. C’est purement par hasard que celui-ci a atterri dans une ancienne vallée du Rift où des sédiments frais ont rapidement recouvert les débris pour les préserver. La prochaine étape consistera en un levé géophysique détaillé dans notre zone cible du bassin de Minch ».

En combinant des observations de terrain, la distribution de fragments de roches brisées ainsi que l’alignement de particules magnétiques, l’équipe a pu évaluer la direction prise par le matériau laissé par la météorite à plusieurs endroits, et déterminer la source probable du cratère.

« Cela devait être un grand spectacle lorsque cette grande météorite a frappé le paysage stérile, répandant de la poussière et des débris rocheux sur une vaste zone » a déclaré Ken Amor.

À l’époque de l’impact, il n’y avait encore aucune plante sur la terre ferme, la majorité des formes de vie sur Terre étant encore dans les océans. L’Écosse aurait été assez proche de l’équateur à ce moment-là, dans un environnement semi-aride. Selon les modèles, le paysage ressemblait un peu à celui de Mars quand il y avait de l’eau à sa surface.

La Terre, et d’autres planètes, ont peut-être souffert d’un taux plus élevé d’impact de météorites dans le passé lointain, lorsqu’elles sont entrées en collision avec des débris laissés par la formation du système solaire initial.

Cependant, il est possible qu’un événement similaire se produise à l’avenir, compte tenu du nombre de fragments d’astéroïdes et de comètes flottant dans le système solaire. Des impacts beaucoup plus petits, où la météorite ne fait que quelques mètres de diamètre, seraient relativement fréquents, se produisant peut-être environ tous les 25 ans en moyenne.

Selon diverses estimations, l’on pense que les collisions avec un objet d’environ 1 km (comme dans le cas présent) se produisent entre une fois tous les 100’000 ans et une fois tous les millions d’années.

Source : Journal of the Geological Society

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

399 Partages
399 Partages
Partager via