Découverte d’une momie égyptienne enveloppée dans une étrange structure

decouverte momie egyptienne enveloppee etrange structure
| Karin Sowada et al. 2021

Bien que les nombreuses heures passées sur les sites de fouille et dans les monuments mortuaires aient permis aux égyptologues de compléter leurs connaissances sur les processus et techniques de momification, certaines trouvailles parviennent encore à susciter leur surprise. C’est le cas de la découverte d’une momie enveloppée dans une carapace de boue, dont la fonction est encore incertaine, révélant ainsi une toute nouvelle technique de momification. Cette découverte aide à construire une image plus large, et plus nuancée, de la façon dont les anciens Égyptiens traitaient et préparaient leurs morts.

Cette enveloppe de boue est une trouvaille inhabituelle ; elle révèle « un traitement mortuaire non documenté dans les archives archéologiques égyptiennes », écrivent les chercheurs dans la revue PLOS One. Il est possible que l’enveloppe de boue ait été utilisée pour stabiliser la momie après qu’elle a été endommagée, mais la boue a peut-être aussi été destinée à imiter les pratiques utilisées par l’élite de la société, parfois momifiée avec des matériaux à base de résine importés pendant près de 350 ans, de la fin du Nouvel Empire à la 21e dynastie (environ 1294 à 945 avant notre ère).

Un sarcophage initialement destiné à une autre occupante

Alors, pourquoi cet individu était-il couvert de boue plutôt que de résine ? « La boue est un matériau plus abordable », indique Karin Sowada, chercheuse au département d’histoire et d’archéologie de l’Université Macquarie de Sydney. La gaine de boue n’est pas la seule étrangeté de la momie. Cette dernière, datée d’environ 1207 avant notre ère, a été endommagée après la mort et a même été enterrée dans le mauvais cercueil, destiné en fait à une femme décédée plus récemment.

À LIRE AUSSI :
Une énorme spirale découverte dans le désert indien serait le plus grand dessin jamais réalisé

Comme beaucoup de momies égyptiennes antiques, la momie et son cercueil à couvercle ont été acquis dans les années 1800 par un collectionneur occidental, dans ce cas, Sir Charles Nicholson, un homme politique anglo-australien qui l’a amené en Australie. Nicholson en a fait don à l’Université de Sydney en 1860, et aujourd’hui elle réside au musée de l’aile Chau Chak de l’université. Mais il semble que celui qui a vendu les artefacts a trompé Nicholson ; le cercueil est plus jeune que le corps qui y est enterré.

momie sarcophage enveloppe
Photos de la momie et du sarcophage (qui ne lui était initialement pas destiné). © Karin Sowada et al. 2021

« Les marchands locaux ont probablement placé un corps momifié sans lien de parenté dans le cercueil pour vendre un ensemble plus complet, une pratique bien connue dans le commerce des antiquités locales », écrivent les chercheurs. Le cercueil porte le nom d’une femme — Meruah ou Meru (t) ah — et date d’environ 1000 avant notre ère, selon l’iconographie qui le décore, ce qui signifie que le cercueil a environ 200 ans de moins que la momie qu’il contient. Bien que l’individu ne soit pas Meruah, des indices anatomiques suggèrent qu’il s’agit d’une femme décédée entre 26 et 35 ans.

Une momie endommagée et réparée à plusieurs reprises

Les chercheurs ont compris pour la première fois que la momie de 3400 ans était inhabituelle en 1999, lorsqu’un scanner (tomodensitométrie) a révélé quelque chose d’étrange à l’intérieur. Pour enquêter, ils ont extrait quelques échantillons des bandelettes et ont découvert qu’ils contenaient un mélange de boue sableuse. Lorsqu’une nouvelle équipe de chercheurs a réexaminé la momie en 2017, ils ont découvert des détails jusqu’alors inconnus sur l’enveloppe, en particulier lorsqu’ils ont réexaminé chimiquement les fragments de boue.

À LIRE AUSSI :
Il y a 58 millions d'années, les mammifères fréquentaient déjà les environnements marins

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Après sa mort, la femme a été momifiée et enveloppée dans des textiles. Ensuite, ses restes, y compris son genou gauche et sa jambe inférieure, ont été endommagés dans des « circonstances inconnues », peut-être par des voleurs de tombes, ce qui a incité quelqu’un à réparer la momie, probablement dans un délai d’une à deux générations après son premier enterrement — un exploit qui comprenait réapplication des bandelettes, fixation de l’ensemble, rembourrage avec des textiles et application de l’enveloppe de boue.

momie scan enveloppe boue
Scan 3D de la momie. L’enveloppe rigide de boue est particulièrement bien visible. © Karin Sowada et al. 2021

Celui ou celle qui a réparé la momie s’est compliqué la tâche, plaçant une pâte de boue, de sable et de paille entre les couches de lin. Le fond du mélange de boue avait une couche de base d’un pigment à base de calcite blanche, tandis que sa partie supérieure était recouverte d’ocre, un pigment minéral rouge. « La boue a apparemment été appliquée en couches alors qu’elle était encore humide et souple. Le corps a été enveloppé avec des draps en lin, l’enveloppe de boue appliquée, puis d’autres enveloppes placées dessus », indique Sowada.

Plus tard, la momie a de nouveau été endommagée, cette fois du côté droit du cou et de la tête. Étant donné que ces dommages affectent toutes les couches, y compris l’enveloppe boueuse, il semble que ces dommages aient été plus récents et ont incité l’insertion de broches métalliques pour stabiliser les zones endommagées à l’époque. Cette « momie de boue » n’est pas la seule ancienne momie égyptienne sujette à une réparation post-mortem ; le corps du roi Seti I a été enveloppé plus d’une fois, de même que les restes du roi Amenhotep III (le grand-père du roi Tut).

À LIRE AUSSI :
Il y a 58 millions d'années, les mammifères fréquentaient déjà les environnements marins
Sources : PLOS One

Laisser un commentaire