Découverte d’une nouvelle espèce de fleur piégée dans l’ambre il y a 100 millions d’années

nouvelle espece fleur piegee ambre 100 millions annees
| OSU

L’un des outils de prédilection utilisés par les scientifiques pour étudier le passé est l’analyse d’éléments piégés dans l’ambre à différentes périodes de notre passé primitif. Des insectes aux plantes, ces prisonniers de la nature offrent généralement de précieuses informations sur le climat et l’environnement régnant sur Terre des millions d’années auparavant. Récemment, des chercheurs ont découvert une toute nouvelle espèce de fleur piégée dans un morceau d’ambre birman datant du crétacé. Cette découverte, en plus d’identifier un nouveau spécimen végétal, offre des informations sur la dynamique géologique de la Terre de l’époque.

Des chercheurs de l’Oregon State University ont identifié un nouveau genre et une nouvelle espèce de fleur du milieu du crétacé, un spécimen mâle figé dans le temps par l’ambre birman. « Ce n’est pas tout à fait une fleur de Noël, mais c’est une beauté, d’autant plus qu’elle faisait partie d’une forêt qui existait il y a 100 millions d’années », explique George Poinar Jr., professeur à l’OSU College of Science.

Les résultats de la découverte ont été publiés dans la revue Journal of the Botanical Research Institute of Texas. « La fleur mâle est minuscule, d’environ 2 millimètres de diamètre, mais elle a une cinquantaine d’étamines disposées en spirale, avec des anthères pointant vers le ciel », indique Poinar, expert international de l’utilisation de formes de vie végétales et animales préservées dans l’ambre pour en savoir plus sur la biologie et l’écologie du passé.

Un spécimen aux détails étonnamment bien conservés

Une étamine se compose d’une anthère — la tête productrice de pollen — et d’un filament, la tige qui relie l’anthère à la fleur. « En dépit de sa petite taille, les détails de la structure préservée sont incroyables. Notre spécimen faisait probablement partie d’une grappe sur la plante qui contenait de nombreuses fleurs similaires, certaines peut-être femelles ». Le spécimen possède une coupe florale creuse en forme d’œuf — la partie de la fleur d’où émanent les étamines ; une couche externe constituée de six composants en forme de pétales connus sous le nom de tépales ; et des anthères à deux chambres, avec des sacs polliniques qui s’ouvrent par des valves articulées latéralement.

structure detaillee fleur Valviloculus pleristaminis
La structure étonnamment bien préservée de Valviloculus pleristaminis. © OSU

Poinar et des collaborateurs de l’OSU et du département américain de l’Agriculture ont nommé la nouvelle fleur Valviloculus pleristaminis. Valva est le terme latin pour le battant d’une porte, loculus signifie compartiment, plerus se réfère à « plusieurs » et staminis reflète les dizaines d’organes sexuels mâles de la fleur. La fleur a été enfermée dans de l’ambre sur l’ancien supercontinent du Gondwana et a fini par atterrir sur une plaque continentale à environ 4000 kilomètres de l’océan, de l’Australie à l’Asie du Sud-Est.

À LIRE AUSSI :
Des ossements de mammouths laineux trouvés dans une mine d’or du Yukon

Des informations sur la géologie de la Terre au crétacé

Les géologues débattent toujours sur le moment où ce morceau de terre (où a été trouvée la fleur) — connu sous le nom de West Burma Block — s’est détaché du Gondwana. Certains pensent que c’était il y a 200 millions d’années ; d’autres prétendent que c’était plus il y a 500 millions d’années. De nombreuses fleurs d’angiospermes ont été découvertes dans l’ambre birman, dont la plupart ont été décrites par Poinar et un collègue de l’État de l’Oregon, Kenton Chambers, qui a également collaboré à cette recherche.

Les angiospermes sont des plantes vasculaires avec des tiges, des racines et des feuilles, avec des œufs qui sont fécondés et se développent à l’intérieur de la fleur. Étant donné que les angiospermes n’ont évolué et se sont diversifiés qu’il y a environ 100 millions d’années, le bloc de la Birmanie occidentale n’aurait pas pu se séparer du Gondwana avant cette date, selon Poinar, ce qui est beaucoup plus tardif que les dates suggérées par les géologues.

Sources : Journal of the Botanical Research Institute of Texas

Laisser un commentaire