Découverte de ce qui pourrait être la plus ancienne preuve de fabrication de vêtements

decouverte os suggere humains fabriquaient vetements il y a 120 000 ans
Des fouilles dans la grotte des Contrebandiers (Maroc), où des outils en os utilisés pour la fabrication du cuir ont été découverts. À droite : dessin d'un homme en train de préparer une fourrure. | REUTERS/JN. Cerasoni

La fabrication de vêtements et la préparation des textiles peut paraître évidente, mais en réalité, elle requiert beaucoup de technique, de la rigueur et surtout, des outils spécialement conçus. L’Homme se différencie des autres espèces par son intelligence exceptionnelle, mais à quand remontent les origines des vêtements ? Des chercheurs ont découvert, dans une grotte au Maroc, ce qui pourrait être la plus ancienne preuve de fabrication de vêtements, datant d’il y a 120 000 ans.

L’anthropologue et archéologue Emily Hallett et son équipe de chercheurs, de l’Institut Max Planck pour la science de l’histoire humaine en Allemagne, a fait cette découverte en étudiant un certain nombre de fragments d’os trouvés dans la grotte des Contrebandiers, un important site archéologique situé sur la côte atlantique du Maroc, près de Temara. L’étude a été publiée dans la revue iScience.

Plus de 60 os d’animaux façonnés par l’Homme

Sur les 12 000 fragments d’os trouvés sur le site, Hallett a identifié plus de 60 os d’animaux qui avaient été façonnés par l’Homme pour servir d’outils. Les motifs des marques de coupe sur les os correspondaient à des outils trouvés sur d’autres sites archéologiques qui avaient été utilisés pour traiter le cuir.

outil os tissu grotte contrebandiers
Un outil en os provenant de la grotte, utilisé pour travailler le cuir. © Jacopo Niccolò Cerasoni, 2021

« Il est extrêmement improbable que des matériaux organiques tels que le cuir et la fourrure se conservent dans des dépôts aussi anciens, donc en tant qu’archéologues, nous nous retrouvons avec des éléments de preuve, qui incluent des outils et des os d’animaux qui conservent des marques de dépouillement », a déclaré Hallett à ScienceAlert. « Nous pouvons rassembler ces éléments de preuve et suggérer que les humains utilisaient des outils en os pour préparer le cuir et la fourrure qui étaient probablement utilisés pour les vêtements ».

À LIRE AUSSI :
Un nu caché dans une peinture célèbre de Picasso révélé par l'intelligence artificielle

Cependant, les chercheurs notent que ces preuves ne sont pas totalement concluantes. « Ces outils en os pourraient avoir été utilisés pour préparer le cuir à d’autres fins que l’habillement, comme des dispositifs de stockage », a ajouté Hallett. Il n’en reste pas moins que les vêtements en fourrure et en cuir auraient été particulièrement avantageux pour les humains à cette époque.

En quittant l’Afrique, les premiers humains ont dû faire face à de nouveaux environnements, voire à des habitats au climat extrême. Les vêtements et autres outils ont probablement contribué à la dispersion des humains dans de nouveaux environnements à travers le monde. Pour la fourrure, les humains de la grotte des Contrebandiers dépeçaient des carnivores.

schema depecage outils os preparation fourrures
Les carnivores étaient dépecés et des outils en os étaient utilisés pour préparer les fourrures. © Jacopo Niccolò Cerasoni, 2021

« Dans cette grotte, il y a trois espèces de carnivores avec des marques de dépeçage sur leurs os : le renard de Rüppell, le chacal doré et le chat sauvage », a déclaré Hallett. « Les marques de coupe sur les os de ces carnivores sont limitées aux zones où les incisions sont faites pour enlever la fourrure, et il n’y a pas de marques de coupe sur les zones du squelette associées au retrait de la viande ».

Une origine des vêtements encore plus ancienne en Afrique ?

Concernant le cuir, plusieurs espèces de bovidés ont été retrouvées sur le site. « Des os de bubale, d’aurochs et de gazelles ont été trouvés en grande abondance dans la grotte, et ces animaux ont également été consommés par les humains, car il y a des marques de coupe associées à l’enlèvement de la viande sur leurs os », a ajouté Hallett.

À LIRE AUSSI :
Marie-Antoinette : les lettres d'amour censurées de la reine de France révélées aux rayons X
fabrication spatule os travail fourrure
Pour fabriquer une spatule, un os de côte est cassé aux extrémités, fendu dans le sens de la longueur, réduit en taille et façonné puis régularisé. Le polissage des spatules de la grotte des Contrebandiers est interprété comme le résultat d’une utilisation contre la partie intérieure de la peau pour la gratter, en vue de la préparation du cuir ou de la fourrure. © Jacopo Niccolò Cerasoni, 2021

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Hallett pense qu’étant donné la spécialisation de ces outils, ils font probablement partie d’une tradition plus large et plus ancienne. Pour ajouter du poids à cela, des études génétiques sur les lices des vêtements, menées par d’autres chercheurs, suggèrent une origine des vêtements d’il y a au moins 170 000 ans en Afrique.

« Ces outils étaient très probablement utilisés pour l’habillement, et il est intéressant que les archives archéologiques et les preuves génétiques indiquent toutes deux une origine ancienne en Afrique », ajoute Hallett. Il existe peut-être encore des sites inconnus en Afrique qui attendent d’être découverts avec des outils et des preuves qui pourraient éclairer davantage l’histoire de la fabrication de vêtements chez l’Homme.

Bien que cette étude ait utilisé un grossissement de 40X pour identifier les traces d’usure sur les outils en os interprétés comme ayant été utilisés pour le dépouillement, les chercheurs n’ont pas utilisé de grossissement 100X-500X pour déterminer directement le(s) matériau(x) de contact sur lesquels chaque outil en os a été utilisé. Une telle analyse supplémentaire pourrait être faite dans le futur, par la même équipe ou par d’autres, afin d’apporter des preuves supplémentaires ou des détails importants.

Source : iScience

Laisser un commentaire