L’effet tunnel est si rapide qu’il pourrait être instantané !

tunnel effet tunneling electron particules atomes vitesse lumiere physique qunatique
Des chercheurs ont réussi à mesurer le temps que prend l'effet tunnel à se produire. | fredmantel/Depositphotos

Parmi les étranges caractéristiques de la mécanique quantique, il y a un phénomène connu sous le nom d’effet tunnel, qui désigne la propriété que possède un objet quantique de franchir une barrière de potentiel, même si son énergie est inférieure à l’énergie minimale requise pour franchir cette dernière. À présent, une nouvelle étude met en lumière le fait que cet effet est si rapide qu’il est presque instantané, suggérant de ce fait qu’il soit également plus rapide que la vitesse de la lumière.

L’effet tunnel est un effet purement quantique, qui ne peut pas s’expliquer par la mécanique classique. En effet, pour une particule, la fonction d’onde, dont le carré du module représente la densité de probabilités de présence, ne s’annule pas au niveau de la barrière, mais s’atténue à l’intérieur de celle-ci (pratiquement exponentiellement pour une barrière assez large).

Si, à la sortie de la barrière de potentiel, la particule possède une probabilité de présence non nulle, cela signifie qu’elle peut traverser cette barrière. Cette probabilité dépend des états accessibles de part et d’autre de la barrière ainsi que de l’extension spatiale de cette dernière. En gros, il s’agit d’une particule subatomique qui peut surmonter une barrière, qui serait infranchissable dans un modèle physique classique.

Des générations d’étudiants en physique ont appris ce phénomène avec des analogies comme des objets qui passent à travers les murs, mais la durée de ce processus a toujours été un grand mystère.

À présent, une nouvelle étude a permis de déterminer le temps qu’il faut à ce processus pour se produire. Selon les résultats des chercheurs, ce serait si rapide que le procédé peut être considéré comme étant presque instantané, auquel cas, ces particules dépasseraient la vitesse de la lumière.

À LIRE AUSSI :
Il existe enfin une description mathématique de la manière dont les trous noirs réfléchissent l'Univers

Bien entendu, cet effet tunnel est si rapide qu’il est extrêmement difficile à mesurer. Les efforts récents ont utilisé des atomes lourds, nécessitant des mesures indirectes. Le Dr Igor Litvinyuk, de l’Université Griffith, a déclaré que le centre scientifique australien Attosecond Science, est « le seul endroit au monde possédant les trois types d’équipement requis pour mesurer le temps qu’il faut aux électrons pour s’échapper de l’emprise d’un atome d’hydrogène ».

effet tunnel tunneling electron vitesse lumiere rapide
Schéma de l’expérience montrant comment le champ électrique en rotation crée une montre permettant de mesurer le temps qu’impliquent les électrons pour s’échapper. Crédits : Sainadh et al./Nature

Litvinyuk a aidé à mettre cette combinaison expérimentale en pratique, expliquant que ce processus ne prend pas plus de 1.8 attoseconde (à savoir qu’une attoseconde équivaut à 1×10−18 seconde. Par exemple, une attoseconde est pour une seconde, ce qu’une seconde est pour environ 31.71 milliards d’années).

« Il est difficile de comprendre à quel point c’est court, mais il faut environ cent attosecondes pour orbiter un noyau dans un atome », a déclaré Robert Sang, co-auteur de l’étude. À savoir qu’en théorie, la durée du tunneling limite la vitesse de commutation des transistors, par conséquent, une courte durée rend l’optique des ordinateurs ultra-rapides, plus réaliste.

Selon les résultats de l’étude, qui sont ouverts à la possibilité d’un tunneling instantané, l’électron voyagerait d’un point A à un point B en un temps nul, dépassant ainsi la vitesse de la lumière. « C’est de la physique quantique, cela ne signifie pas nécessairement que les vitesses supraluminiques pourraient être utilisées pour transporter des informations », a déclaré Litvinyuk.

Les travaux de Litvinyuk pourraient nous en apprendre beaucoup sur la physique quantique ! En effet, certains processus subatomiques impliquent une séquence d’étapes, l’effet tunnel compris. « Nous savons que l’atome de test ne nous donne aucun retard, alors tous les autres retards peuvent être calibrés à cet égard », a déclaré Litvinyuk.

À LIRE AUSSI :
Le météore qui a abattu des millions d'arbres en Sibérie n'a fait que « frôler » la Terre, selon une nouvelle étude

Vous aimerez également : La vitesse de la lumière dans le vide est-elle influencée par les fluctuations quantiques ?

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Pour effectuer cette découverte, Litvinyuk a frappé les atomes d’hydrogène dans des champs électriques en rotation avec des éclats de lumière extrêmement courts mais terriblement puissants. Cela a permis de stimuler le tunneling des électrons, avec un angle de fuite (des électrons) dépendant du temps de tunneling. Les directions des électrons étaient indiscernables de celles qu’ils prendraient si le tunneling était instantané.

Les éclats de lumière transportaient 30 gigawatts d’énergie, ce qui équivaut à bien plus que la norme pour l’ensemble du réseau électrique australien. « Chaque impulsion était produite en comprimant des ondes beaucoup moins énergétiques, afin de produire une rafale de rayonnement exceptionnellement brève, mais extrêmement puissante », a déclaré Litvinyuk.

VIDÉO : Des physiciens résolvent un grand mystère du monde quantique, en mesurant le temps de l’effet tunnel

Source : Nature

Laisser un commentaire
  1. Bonjour, je suis un profane en physique (je n’ai pas le BAC) toutefois je m’intéresse à la physique bien qu’étant incapable d’en comprendre la moindre équation.
    J’essaie de me représenter « l’effet tunnel » qui permet à des atomes de franchir des barrières qu’ils ne devraient pas par manque d’énergie et qui plus est le feraient à des vitesses supraluminique.
    Si j’ai bien compris pour me représenter cette chose, je prends un tube creux de 1 mètre de long, je veux envoyer une information binaire à l’autre bout en y introduisant une bille de 1 cm de diamètre. Ma bille va devoir parcourir 1 mètre dans ce tube pour parvernir à l’autre bout même à la vitesse de la lumière (c’est la physique telle qu’on la conçoit pour transmettre une information binaire). Elle implique donc un délai et une énergie pour parcourir 1 mètre.
    Si maintenant je veux transmettre la même information avec ce même tube de 1 mètre mais que j’ai préalablement rempli avec 100 billes identiques ; lorsque je vais introduire la 101ème, ma bille ne va pas voyager, elle va pousser hors du tube celle qui est en trop plus vite qu’en parcourant la longueur du tube et sans énergie.
    Les physiciens cherchent à expliquer pourquoi on arrive pas à voir plus de 95% de la masse de l’Univers : la matière dite « noire » alors qu’on baigne dedans. Ne serait-elle pas faite de tubes déjà pleins ?

    1. L’analogie avec les billes ne fonctionne pas car les billes interagissent entre-elles avec des forces électromagnétiques qui se propagent à la vitesse de la lumière. Lorsque vous touchez un objet, à l’échelle atomique, les atomes de votre main ne touchent pas les atomes de l’objet. Les atomes, possédant une charge électromagnétique, se repoussent, ce qui permet à votre main de ne pas traverser l’objet (pour rappel les atomes sont essentiellement composés de vide). Et c’est également des forces électromagnétiques qui maintiennent les atomes de l’objet entre eux. Donc même au sein d’un même objet on ne peut pas aller plus vite que la vitesse de la lumière. Sinon on pourrait imaginer prendre un bâton d’une année lumière de long et pousser ou tirer dessus pour communiquer instantanément avec une personne située à l’autre bout.

      1. Merci Marion d’avoir pris le temps de me répondre. Effectivement je comprends bien le sens de votre explication et j’y souscris. Vous soulignez que les atomes sont pleins de vide et que la matière constituée maintient ses « distances » grâce aux forces électromagnétiques. Ca laisse soupçonner une certaine « élasticité » à laquelle les photons seraient contraints.
        Pour concrétiser ce que je veux dire, je vais prendre l’image de la propagation du son : Imaginons qu’on place un émetteur de bruit et un récepteur de bruit à 1 mètre de distance. Dans le vide, on aura beau déchaîner tous les Watts de l’ampli, côté récepteur on ignora tout du dernier tube de Céline Dion. Si on introduit dans le milieu ambiant un élément « baignant » l’onde sonore va apparaître et se propager de plus en plus vite en fonction de la densité du milieu « baignant ».
        On est tous un peu comme mon poisson rouge, un jour, sans doute accidentellement, un primate pro-humain à crée le premier feu artificiel au fond de sa grotte. Il ignorait sans doute qu’il venait de découvrir l’énergie à la base de notre civilisation. Ceci dit cet être providentiel refuserait de croire que ses descendants ont inventé la roue plusieurs milliers d’années après…
        Vu de l’extérieur, technologiquement parlant, il n’est pas très crédible que le feu ait devancé la roue. Faut-il y voir le poids des dogmes ?

  2. Suite à mes interrogations pour me représenter « l’effet tunnel » et le matière noire, l’autre jour j’ai parlé de ça à mon poisson rouge dans l’aquarium … il s’interrogeait aussi sur son Univers (il est un peu matheux) ; Il me disait par le tube d’air : « Je ne comprends pas, j’ai additionné la masse du sable du fond, celle des collègues qui nagent avec moi, les plantes, les rochers, les amphores ridicules que tu nous a mises entre les algues, l’épave de galion espagnol, … et il me manque 95% de ce que j’espérais trouver ! Je suis ai répondu que le reste c’était l’eau … Y me dit « C’est koi l’o ? » … En même temps c’est qu’un poisson rouge.

    1. Zut ! J’ai parlé de dogmes ! J’aurai pas dû. Dans l’histoire humaine elle justifiât qu’on jette au bûcher ceux qui ne se ne conformaient pas aux dogmes. Un dogme est une sorte d’anti-corps qui permet de se protéger face à une infection inconnue. Il constitue donc une inertie qui protège les fondamentaux universels. De manière générale, le doute est très mal vu, on arrête de le financer, ça suffit pour le discréditer.
      Dotés d’un esprit cartésien, Enrico Fermi ou Frank Drake auraient dus rester cantonnés dans leur savoir scientifique et pourtant ils étaient habités par le doute.
      Le doute naît du refus intellectuel d’admettre le ratio entre le savoir acquit et celui qui nous conduirait à penser « logiquement » que l’espèce humaine est le « Mètre Etalon » de l’Univers. Bien entendu ceci n’altère pas le fait que chacun est libre de croire en quelque chose de supérieur (ou pas), toutefois la nature est beaucoup trop pragmatique pour nous avoir permis de l’observer si ça ne sert à rien.

  3. Je voudrais préciser mon propos. La nature a doté l’être humain de cinq sens qui lui permettent d’interagir avec son environnement. La curiosité qui habite l’espèce nous à poussé à inventer des technologies pour les amplifier : l’outil fût le premier d’entre eux, il est le prolongement de la main (le toucher), il sert à travailler de la matière qui est plus dure que nos ongles. En deuxième position je mettrais la vue : Le télescope nous permet de voir plus loin, le microscope nous permet de voir plus prés, avec des filtres on arrive même à voir des fréquences (Infrarouge ou UV) que notre oeil est incapable de percevoir. En dehors du feu artificiel ou de la roue, un autre concept nous a sorti du règne animal (qu’on partage avec l’araignée) c’est le piège. Qu’il permettent de capturer du gibier sans courir après et de le tuer sans risques ou qu’il soit à particules, le principe est le même : On s’assoie et on attend.
    Je reprends les propos de Marion : (pour rappel les atomes sont essentiellement composés de vide). Encore faudrait-il être capable de définir « le vide » sachant qu’on ignore de quoi est fait les 95 % du milieu « baignant » sur lesquels nos cinq sens nous renseignent.
    Au delà de tout ça il y a « l’esprit » qui conduit les plus cartésiens à formuler leurs doutes sous forme d’équations (Fermi ou Drake) en s’interrogeant sur d’hypothétiques « aînés universels ». Le physicien Albert Einstein a dit « Dieu ne joue pas aux dés », le poëte Alphonce de Lamartine « Objets inanimés avez-vous donc une âme ? ». Contrairement aux méduses, ces champs de réflexion d’élites nous ouvrent la piste du doute sensoriel.
    La question que je me pose c’est : Quel piège construire pour répondre à nos questions tout en restant dans le domaine de nos sens ?

  4. Il est aussi une chose qui m’intrigue beaucoup et qui me fait penser que la nature est pragmatique en donnant à certaines espèces le pouvoir d évoluer génétiquement.
    Charles Darwin s’est penché sur l’évolution des espèces, du moins celles qui ont survécu aux lois de la nature.
    Pourquoi et quels motifs peuvent pousser la Nature à modifier génétiquement une espèce quelconque pour qu’elle s’adapte à elle-même ? Visiblement elle prend son temps (qui n’est pas à la même échelle que celle qu’on perçoit) et qui pourtant semble orienté vers la continuité du vivant. L’espèce Humaine à dû cocher un grand nombre de cases pour en être où elle en est aujourd’hui. Le but de tout ça n’est sans doute pas « lucratif », la Nature a déjà tout. Qu’attend-t-elle des espèces à qui elle permet d’exister et d’évoluer ?
    On peut toujours s’enfermer dans des considérations rassurantes comme la connaissance scientifique, la religion (au sens large), l’art, la philosophie, la pêche aux moules ou l’apéro entre amis mais le doute subsistera.

  5. Petit rappel, je suis une quiche complète dans le domaine qui touche le langage codé des formules mathématiques et physiques (à ce titre je suis incapable de lire aussi une partition musicale). Je suis un « touriste » en matière scientifique tout comme je suis capable d’apprécier une symphonie sans pouvoir la retranscrire sur une partition. On est tous prisonniers de nos sens. L’art et la philosophie nous font rêver … La science et la technologie nous ont permis de voler et d’aller sur la Lune.
    Alors pourquoi on ne se permettrait pas de rêver ne serai-ce qu’une seule petite seconde de plus ? Hein ? Non mais … !!! P**** enc*/*** de mer*** !!!

  6. Ceci dit, par honnêteté intellectuelle, je doute fort qu’un jour vous voyez en vrai un T-Rex en voyageant dans le temps. Si vous en voyez un vrai, ce sera parce que des « ainés » galactiques en auront gardé des documents « filmés » dans leurs archives. Croire aux paradoxes qui laisseraient croire qu’en tuant l’ancêtre d’un être ferait qu’il ne pourrait pas exister, relève aussi d’une approche « Hollywoodienne ». Pourquoi pas ? Dans ce cas comment intégrer le paramètre de l’absurde dans E=MC² ?

  7. En restant modéré, au sens propre et au sens sale, sur Terre il y a les pauvres qui font caca dans des toilettes en bois tandis que les riches soulagent leurs reins dans des chiottes en or. Ces derniers, quoi qu’ils fassent ne changeront pas la nature de ce qu’ils font dedans. 😉

  8. Heureusement sur Terre il y a des milliardaires qui font autre chose que de s’acheter des chiottes en or avec leur argent … Ils pensent même à « poster » des bagnoles en orbite géostationnaire …
    Traditionellement pour « visualiser » la « gravitation » on pose un poids (une masse) sur un plan en caoutchouc. Cette masse, quelle qu’elle soit, y creuse un « creux » ou un puits insondable dans le cas d’un trou noir.
    Autre postulat iconoclaste, si « l’espace » est le Temps, la « gravité » va en prendre aussi un coup. Il fut un temps où nos sens nous faisaient penser (et pas croire) que la Terre était plate.
    Pour se représenter l’effet d’une masse qui recompresse le temps il faut imaginer une bonde au milieu d’une masse d’eau (le milieu baignant). Si vous vivez à la surface de la bonde vous y resterez « collé ». Si vous voulez vous en éloigner, vous devrez atteindre une vitesse dite de « libération » pour la quitter. Plus vous serrez loin de la bonde et moins le flux contraire sera fort.
    Sinon tous les matins je fais dans des toilettes en porcelaine, je ne vois pas à travers les portes. La seule chose que je redoute, c’est le soir avant de m’endormir : un nouveau « bug ». La succession des secondes qui donne un sens chronologique à ma vie me suffit largement.
    Par contre voyager très (très, très) loin en emportant « mon » présent, ça ! Ca doit être chouette ! Concevoir un vaisseau dont l’horloge de bord mesure la même durée que le « clocher du village de départ ». Le savoir technologique doit être accompagné de sagesse. En regardant l’histoire de l’humanité telle que la reconstitue les scientifiques (généticiens, anthropologues, archéologues, physiciens, astro-physiciens tous les chercheurs qui s’attachent à établir ce qu’on est vraiment), on sent qu’on est pas encore abouti en tant qu’espèce dominante.
    Vu les ravages provoqués par la colononisation avec une petite avance technologique sur les peuples d’Afrique ou d’Amérique du sud … le 21 juillet 1969 on serait allé foutre la merde sur la Lune, heureusement qu’il n’y avait personne à « convertir » au « modèle terrien ».

  9. Souvent on soupçonne des algorithmes capables d’imiter le codage expressif d’une machine qui veut se faire passer pour un humain : j’affirme sans ambiguïté que c’est à force de couper du bois que Léonard devint scie ! D’autre part, les pets de Damoclès est due à une assiette de fayots, le Calembour est un fromage produit en Normandie 😉

  10. Bien ! ;-). Onze ans c’est long quand on a tout essayé sans trouver de réponse. C’est l’article 20 de la CG****n°1. Il permet de s’assurer par exemple que des écrivains hautement merdiques vous vendent un bouquin qui s’intitule « Comment servir l’Homme ». Le jour où vous vous rendrez compte qu’il s’agissait un bouquin de recettes de cuisine, il sera trop tard.
    Un autre article traite de « l’extinction » – Il traite des procédures à appliquer en cas de rupture du « signal » (No signal).
    On rempile pour 5000 ans ? (Si rien ne s’y oppose par ailleurs).

  11. Il est kong ce Dieudo … moi qui croyais qu’il était resté dans le désert trop longtemps … Il a lu Socrate … moi aussi je t’emmerde !

  12. Métaphysique : « Je ne crains rien quand je traverse cette vallée de larmes » (à l’oeil) – « Je ne crains rien quand je traverse cette vallée de l’arme » (en bandoulière). Je ne doute pas que vous aurez compris que je ne suis qu’un simple transmetteur … Sinon je vais me faire « apostropher » par l’Autorité Supérieure.

    Physique : La zone de « non temps » n’est même pas épaisse comme une feuille de papier à cigarette … Ayant fait un beau voyage, Ulysse à dit « Pas plus de six clopes par jour. »

    Roselyne, Le plus : Le bons sens incombe à tous – Le moins : Le dentiste avait raison, l’exposition au VIH n’est pas une opinion mais un choix.

    Le pouvoir et la justice : L’idée de créer un sas de décontamination entre les deux est à creuser. Les membres qui y siègeraient devraient laisser leur grade et leur fonctions dans le ratelier à « parapluie » avant d’entrer. Les membres « Sans Dents » devront être convaincus et rassurés que leur conscience vaut autant que ceux qui savent mordre … De temps en temps faire un bon « carton » est salutaire.

  13. La trajectoire d’un photon : (Au cas où, bien que sans doute vous l’ayez déjà comprite) est comparable à l’avancée d’un randonneur sur une carte d’état major.
    Les courbes de niveaux traduisent le relief en 2D. Le randonneur qui part du plat d’une plaine uniforme va avancer en cohérence avec l’échelle de la carte : un cm = x mètres parcourus.
    Dès qu’il va rencontrer du relief le nombre de ses pas continuera de traduire les mètres parcourus mais en projection 2D il va ralentir sur les courbes de niveaux. S’il gravit une paroi verticale tel un gecko il n’avancera plus du tout en 2D alors que son avancement en 3D reste conforme a celui qu’il avait en plaine. C’est de la sorcellerie ?

    « L’autre con est loin d’être mon copain mais qu’est-ce qu’il me fait rire ! » Ce qui me fait rire, c’est la duplicité de certains qui les conduits à se rendre ridicules en changeant la couleur de leur chemise pour s’adapter au décor. Genre les « écologistes » de gouvernement qui passent du vert pomme au vert kaki en passant par le vermoulu : Jean-Vincent Placé, Barbara Pompili, François de Rugy = trois cons – Jean-Pierre Chevènement, Philippe Seguin, Nicolas Hulot = trois bons. Pas parce qu’ils ont claqué la porte sur la gueule des bouffons qui les encadraient mais pour être resté fidèles à leurs convictions intimes. C’est de la sorcellerie ?

    Par contre perpétuer dans l’opinion publique le caractère démoniaque de la Bête du Gévaudant ne me fait pas rire du tout. On parle du meurtre de plusieurs dizaines de femmes et de jeunes enfants qui restent couverts par l’omerta de l’élite et de leurs collabos. La même caste est à l’oeuvre de nos jours, j’émets le voeu pieux qu’ils soient damnés (conformément à leurs désirs intimes) … Amen.

  14. J’ai été étonné de constater l’émoi provoqué par le franchissement du mur du son (et pas çon) par nos Chevaliers du ciel … Un simple « bang » supersonique a suffit pour remplir quelques culottes …
    Le « Rafale » est un ange de la mort, il porte la porte sous ses ailes. Un simple « prout » à 10 000 mètres inspire la crainte. Tant mieux car en rase motte ça aurait pété les verres des lunettes de ceux qui n’y voient pas clair.
    Ceci dit quelle belle machine ! Un jour j’en ai vu deux voler en tandem en longeant une plage, les larmes me sont montées aux yeux.

    Une arme (le piège en fait partie) à quoi sert-elle ? A bouffer de la viande sans courir. Quelle viande ? Celle du gibier. L’anthropophagie n’est pas « naturelle » chez les mammifères. Elle n’apparait que si les ressources manquent, dictée par le programme atavique de l’instinct de conservation (lire « Les Survivants »).
    Quand les ressources manquent, les armes servent à s’approprier celles du voisin (clans congénères). Mais comme les clans voisins ont aussi développé des armes, c’est la guerre et non plus de la prédation.
    De cet antagonisme meurtrier nait la politique. Etant des êtres évolués le début d’une longue partie de poker menteur … Malheureusement les armes font partie du jeu.

    Ca c’était l’explication de texte pour « l’élite ». Quand j’entends certains dire « qu’on a jamais demandé autant sacrifice à notre jeunesse … », ça gueule dans « les murs » des tranchées …

    Il y a un an environ disparaissait Jacques Chirac (Un Modèle 1958 Version V). Il ne se repose jamais …

  15. La chimère est née : Issue du mariage de la carpe et du lapin (théologie fourvoyée chez certains). Tous les observateurs médiatiques se ruent dessus pour discuter de la taille des oreilles par rapport à celle des nageoires … Tout ceci nous conduira à l’impasse habituelle : l’inaction coupable qui conduisit l’Europe entre 1933 et 1939 à l’avènement de Adolf Hitler.

    J’ai écouté l’intervention de Marine Le Pen ce matin, son propos est résonant sur une gamme de fréquence audible. Il semble que la Lochemuse ne l’aime pas beaucoup. Une civilisation évoluée qui ne sait plus gérer ses doutes internes est une civilisation condamnée. S’en suit un mal-être, une dépression puis l’effondrement suicidaire collectif.

    Dans le cas de la radicalision islamique qui représente un doute grave dans l’interprétation théologique des anciens textes, il conviendrait de prendre des mesures coercitives radicales :

    L’isolement géographique des fichés « S », hors métrole, pour éviter qu’ils ne soient en contact avec les détenus qui ont volé parce qu’ils n’avaient plus rien à bouffer, de quoi payer leurs factures ou qui en ont fait des fausses. Je pense à un « bagne » géré par l’Armée Française. Pour ne pas écarter la gauche « émotionnelle » on pourrait même désigner Christiane Taubira comme conseillère profane auprés des responsables militaires du camp.

  16. En aparté : Il me revient une anecdote russe racontée par Mikhaïl Sergueïevitch Gorbatchev : Je ne me rappelle plus avec exactitude sa teneur (proche d’une fable de La Fontaine) : Les russes gueulaient que la France et ses habitants n’étaient pas traités comme les autres … La chute de cette fable était que la France était la « Datcha » de Dieu … Il m’avait fait chialer ce « couillon ».

  17. Par anticipation : On parle depuis plusieurs décennies des territoires « perdus » de la République : les cités, les barres dans lesquelles on a laissé l' »Autre » installer les codes que Bouffon I devait « nettoyer » au jets à haute pression. Vu les postes successifs qu’il a occupé, on peut penser que la pression de son « quiqui » n’a fait qu’arroser ses godasses.

    Il s’adressait à une population en souffrance, logée là par nécessité, par manque de moyens et victime de la démission coupable de ceux censés garantir leur bien-être. La « Justice » dont le rôle est d’être cohérente avec celui de la police (qui fait son boulot).
    C’est un corps de pleurnichards « débordés » qui « couine » quand on leur reproche le retard de traitement des dossiers … On leur permet même d’avoir des syndicats politisés pour défendre leur couardise !

    La Justice est la honte de la fonction publique. Imaginez un des ces connard appeler les urgences ou les pompiers et qu’on lui réponde : « Rappelez dans 6 mois, je suis en train d’instruire votre dossier médical » ou le chef d’une caserne de pompiers qui répondrait : « J’ai pas d’équipe sous la main, mais consolez-vous, qui voit sa maison brûler a chaud au moins une fois dans vie. » … Le magistrat en question pourrait toujours porter plainte … ou faire appel a son syndicat.

    Une solution régalienne dont le coût budgétaire serait limité mais qui aurait un impact significatif sur l’orientation de l' »Etat de droit » : « la rafle » qui consisterait à choisir la pire des zones de non-droit, la cerner militairement, en fouiller les moindres recoins et « déporter » ceux qui nuisent aux valeurs de la république chez madame Taubira.

    Les termes « rafle » et « déporter » font peur, cette peur de quel côté la mettez-vous ?

  18. Par Jupiter ! Nom de Zeus ! Revoilà l’Humanité sur le point de revisiter son passé religieux alors que sa technologie est à l’aube de découvrir de plus en plus vite « les secrets » de la Création en conscience.

    Revenons à l’Ancien Testament porté par le peuple « élu ». Elu par Dieu lui même mais comme il faut être plusieurs pour « élire », il serait plus humble de penser « désigné » pour garder (au sens de sentinelle) « Les Tables de sa Loi ». La métaphore biblique nous dit qu’elles fûrent fracassées mais conservées dans l’Arche Fédérale dont la Clef de Voûte permet de maintenir une structure cohérente.

    Il est donc abusif de penser que les gardiens du Louvre (par exemple) seraient les dépositaires de la pensée de tous les artistes dont ils protègent les oeuvres.

    Le Christianisme (les Evangiles et le Nouveau Testament). Chronologiquement et pour rester dans la « Législation Divine » il s’agit d’un amendement « fractal » destiné à rapprocher l’Esprit de l’individualité des êtres vivants.
    Les « décrets d’application » de cet amendement ont été déclinés par les Apôtres. Au lieu de pacifier, ces décrets ont crée une fragmentation du Christianisme qui l’ont plongé dans des guerres sanglantes et fratricides (la nuit de la Saint Barthélémy par exemple). C’était pas le but recherché mais l’oeuvre de l' »Autre » qui avait réussi à semer le trouble dans cette communauté.
    Le but recherché a toutefois été atteint : La sagesse du « Vicarius Filii Dei » a renoncé à sa suprématie et accepté la fédération morale des courants de sensibilité qui la composent : Le Christianisme à coché la case « fédérale pacifiée ».

    L’Islam n’a pas de vicaire et ses composantes ne sont pas en paix. Les messages relayés par les Imams auto-proclamés envoient des messages sans structure, brouillé, illisible et meurtrier.

    Le Blasphème : Si Dieu était susceptible il n’aurait pas doté notre cerveau de « circuits » permettant une forme de pensée absurde : l’humour ou le deuxième degré qui tend à tourner en dérision une affirmation « logique ».
    Le blasphème (quelle que soit da forme) est une forme de théologie qui enrichit l’Esprit s’il est épris d’un doute.

  19. En aparté : J’espère que vous n’imaginez pas que je suis une sorte de messie cosmoplanétaire : Je ne fait que me servir du cerveau dont m’a doté la Nature. L’esprit qui l’habite n’a rien d’exceptionnel, je dirai même que je suis plutôt limité. Je n’ai pas accès aux mathématiques, à la musique, à la chimie et ou à la physique dans la compréhension et le développement de leur codage. Par exemple « La Brève Histoire du Temps » de Stefen Hawking, je n’ai lu que le titre. Vu sa position même un livre n’a pas suffit à vous avouer ce qu’il voulait dire. Moi comme j’en ai rien à cirer je peux le faire : le Temps vaut une brève seconde, « l’espace » requis pour que la plus grande des fréquences puisse s’exprimer.

  20. Autre aparté du jour : Que deviennent là dedans les athées, les agnostiques, les incroyants ? Bé là comme on est « hors contrat » le mieux c’est de se syndiquer.

  21. « Par Jupiter ! Nom de Zeus ! Revoilà l’Humanité sur le point de revisiter son passé religieux alors que sa technologie est à l’aube de découvrir de plus en plus vite « les secrets » de la Création en conscience. »

    Restons prudent avec le paramètre « quantique ». C’est le choix technologique de confier à la Machine ce que vous avez déjà entre les deux oreilles : Un système de réflexion quantique. Avons-nous les moyens de contrôler ce que ça peut engendrer ? Dieu à créé l’Homme, l’Homme a crée la Machine, que créera la Machine ? Quelle conscience l’Homme y donnera-t-il alors qu’il n’est pas lui même une espèce aboutie ? Le pari est risqué, en même temps on a toujours été de sales gosses : Plus attirés par une grenade que par une peluche dans une salle de jeux. Une peluche on y arrache les yeux, les membres et ça ne réagit pas ; on apprend rien … Une grenade est bien plus enrichissante, aprés avoir arraché la goupille, au bout de cinq secondes elle réagit … C’est l’apprentissage par « tâtonnement », c’est un choix comme un autre.

  22. Une petite confidence : Quand j’étais petit je voulais être motard ou pompier (le stéréotype du parfait crétin). Ca aide les psy de gauche pour justifier l’enfermement des pions dans un anneau de Möbius sinon c’est la promotion corruptrice … Passer centurion et faire « F.O.M.E.C » ne m’a jamais intéressé … Du moment que j’avais un casque et une moto flamboyante, le reste ne m’a jamais attiré : « Ghost Rider » est un beau métier, régit par la foi et sans loi (c’est du quantique) !
    Oh! con ! Bonjour les plaques de la bécane ! On dirait la beauté du Diable.

  23. Vous vous rappelez de la terrible l’Inquisition ? Imaginons que vous soyez soumis à « la Question », laquelle des deux choisiriez-vous ? (Dans l’intimité de votre conscience).

    – Le créationnisme est-il une hypothèse quantique ?
    – Le créationnisme est-il un théorème évolutif ?

  24. Vous connaissez l’histoire de l’Enarque qui comprend trop tard ? Son chauffeur engage sa voiture blindée sur un ouvrage qui permet de traverser un fleuve. Toutefois l’Enarque s’interroge, pourquoi ses plus proches collaborateurs sont-ils habillés en homme grenouille ? … La cité des papes a déménagée depuis … Les pièges à cons c’est pas leur truc.

  25. Une nouvelle boucle.

    « Les « Gris » ont pétassé leurs gènes, opté pour l’immortalité, le clonage, les banques de savoir quantiques, la manipulation sociologique, voudraient qu’on parle … de leur avenir … Chu pas diplomate. »

    « On » voudrait savoir si la technologie humaine est capable d’établir si les corps (de gris ?) récupérés dans des épaves ont gardé les capacités anatomiques pour reprendre le fil de leur évolution d’eux mêmes ?

    « Restons prudent avec le paramètre « quantique ». C’est le choix technologique de confier à la Machine ce que vous avez déjà entre les deux oreilles : Un système de réflexion quantique. Avons-vous les moyens de contrôler ce que ça peut engendrer ? Dieu à créé l’Homme, l’Homme a crée la Machine, que créera la Machine ? Quelle conscience l’Homme y donnera-t-il alors qu’il n’est pas lui même une espèce aboutie ? Le pari est risqué, …  »

    Ca repose la question : « Objets inanimés avez-vous donc une âme ? ». « Je pense donc je suis ? » Mais que deviendrai-je au-delà de l’horizon des évènements si je ne suis pas une entité biologique ?

    Passez de bonnes fêtes de fin d’année.

  26. Cette nuit, celle du 26 au 27 décembre 2020, en zappant je suis tombé sur deux documentaires qui traitaient de la génétique, du décryptage du génome du vivant, de sa recombinaison en laboratoire et ses applications concrètes sur l’avenir de notre espèce.

    J’ai noté avec un plaisir immense que depuis les années 1970 il existait deux écoles. Ceux qui chient dans des toilettes en or et qui veulent continuer au-delà de ce que le permet la nature « naturellement » et ceux qui se posent le cas de conscience de l’orientation philosophique qui découle du savoir scientifique.

    A savoir : Pour les premiers, vivre ad vitam aeternam dans le luxe et la luxure ; pour les seconds, fidèles au serment d’Hippocrate, utiliser le savoir scientifique pour soigner et guérir ceux qui sont venus au monde et pour qui la maladie les empêcherait de lire le programme génétique de leur existence jusqu’au bout (la mort).

    Ceci dit (je m’adresse aux seconds, les premiers ne représentent aucun intérêt) le choix à l’air binaire alors qu’il ne l’est pas du tout. Au moyen-âge on mourait des « coliques rouges » autrement dit d’une simple crise d’appendicite. Les chirurgiens de l’époque ont il commis un crime contre l’espèce en sauvant par leur savoir un terrien sur trois ? Bien sûr que non !
    De nos jours on est capable de détecter des maladies génétiques graves (qu’on ne sait pas soigner) dès les premiers stades de la division cellulaires de l’embryon. Les médecins doivent proposer d’y mettre un terme avec l’accord éclairé des parents (qui devront en assumer la responsabilité morale, religieuse ainsi que les coûts de leur choix s’ils sont contraires à l’avis du médecin).

    Pourquoi exposer des parents aimants et désireux d’assurer leur descendance génétique à des souffrances inutiles ? C’est complètement con ! Ouiiiii mais certains sectaires vont vous dire : « On se soumet à la volonté de Dieu, aux épreuves auxquelles ils veut nous confronter, à sa miséricorde, … ». Bande de pauvres cons ! Si Dieu ne veut pas de votre destin génétique, il vous rendra stériles ou homosexuels. Si vous avez de l’amour à donner, adoptez un bébé en bonne santé, né dans une contrée où il mourra de malnutrition avant de comprendre pourquoi il est né ! Ou un simple animal de compagnie à condition que vous vous engagiez d’y offrir un espace, de l’amour et de subvenir à ses besoins biologiques.

    Bref, pour en revenir au début de mon propos, il y a ceux qui veulent breveter leurs découvertes pour se faire des couilles en or et financer des recherches orientées vers l’immortalité et d’autres qui cherchent à rendre les recherches scientifiques publiques en les rendant non brevetables. Ces derniers se proposent de rester responsables en laissant à la nature le soin de guider notre évolution biologique. C’est un choix honorable qui mérite le respect et l’attention.

    Hé le « gosse » ? Il va mieux ? Les médias nous ont donné l’occasion d’assister à un de ses conseil des ministres par écran interposés … Comment ils font (les ministres) pour ne pas s’assoupir ? Bla Bla Bla ! Mais en même temps Bla Bla Bla ? Si toutefois Bla Bla Bla, j’avait tout anticipé en Bla Bla Bla …

  27. La trame du Temps vs la gravité.

    Nous pauvres humains on vit dans la géométrie Euclidienne en suspension dans la trame (fractale) du Temps.

    La durée d’une seconde de présent vaut « 1 », elle est la même partout à toutes les échelles. Elle se trahit par la vitesse des photons (C). Toutefois sa durée comparée n’est pas la même partout suivant qu’on se déplace ou qu’on soit proche d’une masse. C’est ce que nous indiquent les horloges atomiques qui mesurent la même seconde et qui se désaccordent sur la durée.

    Pour réconcilier Euclide avec la relativité il faut imaginer qu’une seconde de Temps et contenue dans un cercle dont le rayon vaut « 1 ». Quand on a les pieds sur Terre, la masse de la Terre déforme très légèrement la trame du Temps et nous positionne sur une valeur « sinus » (inférieure à 1) comparée à une durée différente plus éloignée de la masse terrestre. Pour compenser l’écart entre les deux valeurs de « 1 » il faut compenser par la valeur du cosinus : la vitesse de libération.

  28. Le mot en aparté : Le pouvoir est tentant mais il est soumis aussi à E=MC² : si on cesse de chevaucher le « = » on perd son statut de chevalier dans l’équation …

  29. L’exobiologie (sources mythologiques) :

    Parmi les nouvelles sciences l’exobiologie étudie la pression de l’environnement naturel sur l’évolution du vivant. Encore une fois on a un pot incroyable : l’eau, l’air et la terre accueille des « habitants » et nous offre un champ de prospection rare.

    Je part du postulat que la vie est l’avenir de l’énergie/matière et que la conscience en est l’étape suivante dans le tableau périodique.

    Puisque on ne jette plus au bûcher ceux qui utilise leur conscience pour se poser des questions, on peut spéculer un peu …

    La vie sur Terre est née dans l’eau mais elle n’y est pas restée car environ 30 % de sa surface étaient des terres émergées. Les reptiles en sont sorti, sur la terre ferme, parmi eux la Nature a privilégié les prédateurs. Voyant qu’ils devenaient astucieux elle a libéré leurs membres antérieurs pensant qu’ils en comprendraient l’utilité. Au bout de 200 millions d’années, elle a compris que ses espoirs étaient devenus des « bouts laids » et elle a décidé de leur en mettre un de 10 km de diamètre sur la gueule. Mais ça aurait pu, ça a peut-être fonctionné ailleurs.

    L’avantage des terres émergées c’est qu’elles permettent le feu puis des températures de fusion qui ouvrent les portes de la technologie.

    Qu’en est-il sur les astres 100% liquides (pas forcement très loin) ? Je crois savoir qu’en milieu marin terrestre les céphalopodes (qui portent bien leur nom) ne sont pas dépourvus d’astuces … Ailleurs peut-être même une conscience et un esprit qui nous dépasse y sont hébergés. Le fusil harpon est de nature à rétablir l’équilibre … On est plus des méduses … Enfin ça dépend de celui qui tient l’arme … On est plus des denrées non plus.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

electron particule elementaire L’électron est une particule élémentaire qui, avec les protons et les neutrons, constitue les atomes. C’est donc l’un des composants principaux de la matière baryonique. À ce titre, il revêt... [...]

Lire la suite