Une entreprise commercialise un casque lisant l’activité cérébrale pour 40 000 euros

entreprise commercialise casque capable analyser activite cerebrale
| Bryan Johson

Au cours des dernières années, les neuro-technologies ont connu un essor considérable, notamment avec le développement des interfaces cerveau-ordinateurs permettant à des sociétés comme Neuralink d’analyser les pensées et les utiliser afin de réaliser des actions comme jouer à des jeux vidéos sans employer de manettes. Récemment, la société Kernel a annoncé qu’elle commençait à commercialiser l’un de ses neuro-casques, un dispositif capable de mesurer et traiter l’activité cérébrale du porteur.

La startup californienne Kernel est sur le point de commencer à expédier un casque de 50 000 $ capable d’analyser les neurones activés dans le cerveau de quelqu’un à des dizaines de clients à travers les États-Unis. En d’autres termes, un casque qui peut, au moins dans une faible mesure, lire dans vos pensées.

La technologie sous-jacente existe peut-être depuis de nombreuses années, mais jusqu’à présent, des appareils comme celui-ci étaient souvent gros et coûtaient des millions de dollars à installer. Kernel espère démocratiser la technologie en la miniaturisant et en la commercialisant. Un appareil plus petit peut également ouvrir de nouvelles portes aux chercheurs, car les participants aux essais peuvent se déplacer librement.

Des neuro-casques permettant d’enregistrer et analyser l’activité cérébrale

L’interface cérébrale futuriste « Flow » de la société peut enregistrer des données en temps réel et « établir des modèles précis d’activité cérébrale » à l’aide de lasers, selon le site Web de la société. Il suffit à l’utilisateur de le brancher sur un ordinateur via un câble USB-C. L’autre casque de Kernel, appelé « Flux », peut mesurer la vitesse des neurones en temps réel et donner accès à l’activité cérébrale complexe sous-jacente à des fonctions telles que l’excitation, les émotions, l’attention, la mémoire et l’apprentissage.

À LIRE AUSSI :
Cryptomonnaies : la police malaisienne détruit 1069 ASICs de minage au rouleau compresseur
photo casque kernel
Photo de l’un des casques de la société Kernel. © Damien Maloney

On ne sait pas lequel des deux casques coûte 50 000 $ et quel est le prix de l’autre casque. En plus de la société Neuralink d’Elon Musk et même de Facebook, c’est un autre signe que les entreprises privées sont de plus en plus motivées pour entrer et comprendre ce qui se passe dans le cerveau des individus.

Les chercheurs pourraient utiliser les données collectées par les casques de Kernel pour étudier le vieillissement cérébral, les troubles mentaux, les accidents vasculaires cérébraux et même ce qui se passe à l’intérieur du cerveau lors de la prise de psychotrope. « Pour progresser sur tous les fronts dont nous avons besoin en tant que société, nous devons mettre le cerveau en ligne », déclare le PDG de Kernel, Bryan Johnson.

Un dispositif d’analyse de pensées non invasif

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Le casque Flow fonctionne en envoyant des lasers à travers le crâne pour enregistrer l’activité cérébrale — plutôt que d’avoir une puce informatique implantée à l’intérieur du cerveau, comme c’est le cas pour Neuralink. Bien qu’un casque soit moins invasif, il n’est pas non plus aussi précis et est plus susceptible d’être perturbé par des interférences électriques externes.

Flow peut mesurer les changements dans les niveaux d’oxygénation du sang, tandis que Flux utilise un processus appelé « magnétoencéphalographie », une technique de neuroimagerie pour cartographier l’activité cérébrale en enregistrant les champs magnétiques du cerveau. Les premiers clients à recevoir les casques sont des instituts de recherche sur le cerveau et d’autres entreprises qui souhaitent mieux comprendre ce qui se passe dans la tête de leurs clients.

À LIRE AUSSI :
Une IA repère les politiciens belges trop distraits par leur smartphone

Selon Bloomberg, Johnson souhaite éventuellement vendre un appareil comme Flow au prix d’un smartphone, permettant à chacun d’avoir une meilleure idée de sa santé mentale. Il reste à voir si un casque mobile de lecture de pensées sera capable de faire exactement cela.

Laisser un commentaire
Cliquez pour accéder à d'autres articles sur ce sujet.