2K Partages

Après de nombreuses investigations, la NASA a finalement déterminé la raison pour laquelle deux missions scientifiques ont échoué : un fournisseur leur envoyait de l’aluminium défectueux (destiné à la fabrication de pièces de fusées), après avoir modifié de manière frauduleuse les résultats des tests et falsifié les certifications, dans le but de toucher des primes basées sur la production.

Il s’agit de Sapa Profiles, Inc. (dit SPI), un fabricant d’extrusion d’aluminium basé dans l’Oregon, qui effectuait des fraudes depuis plus de 19 ans. Non seulement par rapport à la NASA, mais encore des centaines d’autres clients.

Après une enquête technique menée sur plusieurs années, le programme de services de lancement de la NASA a révélé que SPI avait falsifié les résultats de ses tests de traction (soit des milliers de certifications de pièces d’aluminium durant environ 20 ans), conçus pour assurer la cohérence et la fiabilité de l’aluminium extrudé. « Il est essentiel que nous puissions faire confiance à notre industrie pour produire, tester et certifier les matériaux conformément aux normes requises. Dans ce cas, notre confiance a été gravement violée », a déclaré Jim Norman, directeur des services de lancement au siège de la NASA.

Le ministère de la Justice a ordonné à la société de verser 46 millions de dollars à la NASA, au ministère de la Défense et aux autres clients ayant été victimes de leur fraude : « Pendant près de 20 ans, Sapa Profiles et Sapa Extrusions ont falsifié des tests critiques sur l’aluminium qu’ils ont vendu. Des tests sur lesquels leurs clients, y compris le gouvernement américain, dépendaient pour garantir la fiabilité de l’aluminium acheté » a déclaré le procureur général adjoint Brian Benczkowski, de la division pénale du ministère de la Justice.

« La cupidité a motivé cette fraude contre le gouvernement et d’autres clients privés, et cette résolution tient ces entreprises pour responsables des préjudices causés par leur stratagème », a-t-il ajouté.

Dans le cas de la NASA, les deux échecs provoqués par cette fraude ont eu lieu avec la fusée Taurus XL, qui lançait les missions Orbiting Carbon Observatory (OCO) et Glory, de la NASA, respectivement en 2009 et 2011.

nasa fusee falsification aluminium certificat

Sur cette photo : le complexe de lancement de la base aérienne Vandenberg en Californie (USA), avec des scientifiques d’Orbital Sciences qui surveillent le satellite Glory de la NASA tandis qu’une grue le soulève d’un rail immobile pour le fixer à la fusée Taurus XL. Crédits : NASA

Dans les deux cas, la défaillance s’est produite au niveau du carénage de la charge utile, un nez conique qui protège la charge utile des températures et des pressions de lancement, puis se sépare et tombe une fois la charge utile en orbite. Lors des deux lancements, le carénage n’a pas réussi à se séparer. En conséquence, les satellites n’ont pas réussi à se mettre en orbite, sont retombés dans l’atmosphère et ont été détruits. Suite à ces deux incidents, des enquêtes ont été menées, mettant en avant plusieurs causes profondes potentielles des défaillances du carénage, notamment une défaillance de l’articulation fragile : un système de séparation structurel qui doit s’ouvrir sur commande.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Par la suite, l’enquête de la NASA a confirmé que le problème était cette articulation fragile. Et le fabricant de la fusée Taurus-XL, soit Orbital Sciences Corporation, avait été fournie par SPI en pièces d’aluminium extrudé. Des pièces dont, comme nous le savons maintenant, la certification avait été falsifiée.

« La NASA s’appuie sur l’intégrité de notre secteur tout au long de la chaîne d’approvisionnement. Même si nous effectuons nos propres tests, elle n’est pas en mesure de tester à nouveau chaque composant. C’est pourquoi nous exigeons (et mettons le prix pour) que certains composants soient testés et certifiés par le fournisseur », a déclaré Norman. « Lorsque les résultats des tests sont modifiés et que les certifications sont faussement fournies, les missions échouent. Dans notre cas, les Taurus XL qui ont échoué pour les missions OCO et Glory ont entraîné la perte de plus de 700 millions de dollars et des années de travail scientifique », a-t-il ajouté.

Vous aimerez également : Les hôpitaux chinois cachaient l’un des secrets les plus sinistres au monde

En plus des dommages que SPI a été condamnée à payer, la NASA a indiqué avoir cessé toute collaboration avec l’entreprise SPI et sa société mère Hydro Extrusion. À noter que SPI a également accepté de verser 34.6 millions de dollars dans le cadre d’un règlement civil connexe afin de résoudre le problème de sa responsabilité pour avoir imposé à un fournisseur gouvernemental (Orbital) de facturer à la NASA et à l’Agence de défense antimissile du Département de la Défense des États-Unis, de l’aluminium non conforme aux spécifications du contrat.

L’entreprise Sapa Profiles Inc a changé de nom et s’appelle désormais Hydro Extrusion Portland Inc. Cette dernière n’est plus en mesure de collaborer avec le gouvernement fédéral ni de travailler sur des marchés publics. « Cela a pris beaucoup de temps pour en arriver là, impliquant des années d’enquêtes et de tests. Mais aujourd’hui, je vois que chaque minute en a valu la peine, et je suis extrêmement heureuse des efforts de toute l’équipe », a déclaré Amanda Mitskevich, responsable du programme LSP à la NASA, au Centre spatial Kennedy.

Source : NASA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2K Partages
2K Partages
Partager via
Copier le lien