881 Partages

Le massif glacier Taku, se trouvant dans le champ de glace Juneau, en Alaska, a toujours été un magnifique exemple pour représenter les régions glacées qui tenaient le coup face au changement climatique. Mais cela n’est plus le cas… En tête de la liste des 20 plus grands glaciers de la région, et l’un des plus épais au monde (jusqu’à 1400m à certains endroits), le glacier Taku avait même gagné en masse et s’étendait plus loin dans la rivière voisine pendant presque un demi-siècle, tandis que tous les glaciers voisins étaient en train de diminuer… Mais à présent, il semblerait bien que le réchauffement climatique ait raison de lui.

Par le biais de nouvelles photographies satellites partagées par NASA Earth Observatory, le déclin du glacier Taku est désormais apparent et évident. Prises en août 2014 et en août 2018, les photographies montrent les plateformes glacées où le glacier rencontre le fleuve, se retirant pour la première fois depuis que les scientifiques ont commencé à étudier le glacier Taku, soit en 1946.

Bien que le retrait du glacier puisse sembler « minime » pour l’instant, les résultats sont néanmoins choquants. Selon le glaciologue Mauri Pelto, qui a étudié le champ de glace de Juneau pendant trois décennies, il était prévu que le glacier Taku continue à progresser pendant le reste du siècle… De ce fait, selon Pelto, non seulement ces signes de recul sont arrivés environ 80 ans plus tôt que prévu, mais ils ont également pris un tournant symbolique dans la course à la compréhension du changement climatique. En effet, parmi les 250 glaciers de montagne (ou « alpins ») que Pelto a étudiés à travers le monde, le glacier Taku est le seul à ne pas avoir clairement commencé à se retirer.

glacier retrait taku rechauffement climatique

Sur cette photo, le glacier Taku (Alaska) en août 2014. Crédits : NASA Earth Observatory

« C’est un gros problème pour moi, car ce glacier était pour moi une référence… », a déclaré Pelto à la NASA. À noter que Pelto est également professeur au Nichols College, dans le Massachusetts (États-Unis). « Mais plus maintenant. Cela amène donc le score du changement climatique à 250 et le score des glaciers alpins à 0 », a-t-il ajouté.

glacier retrait taku rechauffement climatique

La fragmentation de la glace et une ligne de neige en retrait révèlent que le glacier Taku a finalement succombé au changement climatique, dans cette image satellite prise en août 2019. Crédits : NASA Earth Observatory

Pelto a découvert la retraite du glacier Taku dans le cadre d’une nouvelle étude publiée le 14 octobre dernier, dans le journal Remote Sensing. Puis, à l’aide de données satellitaires, Pelto a examiné une région du glacier appelée “ligne de neige transitoire” (soit l’endroit où la neige disparaît et où commence la glace dite nue).

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Si un glacier perd plus de masse à la fonte que l’accumulation de neige qu’il a gagnée au cours d’une année donnée, sa ligne de neige se déplace à des altitudes plus élevées.

De ce fait, la position relative de cette ligne peut aider les chercheurs à calculer les changements de la masse du glacier d’une année à l’autre.

glacier retrait taku rechauffement climatique

À gauche, la situation du glacier en 2014. À droite, la situation du glacier en août 2019. Crédits : Nasa Earth Observatory

Comment mentionné plus haut, les archives historiques montrent qu’entre 1946 et 1988, le glacier Taku avait gagné en masse et progressé (c’est-à-dire en croissance) d’environ 30 centimètres par an. Après cela, la progression a commencé à ralentir et la glace a commencé à se fluidifier un peu. De 2013 à 2018, l’avancement s’est complètement arrêté. Puis, en 2018, le glacier a finalement commencé à se retirer.

Sur le même thème : Un glacier du massif du Mont-Blanc pourrait s’effondrer à tout moment, prévient l’Italie

Cette année-là, Pelto a observé la plus grande perte de masse et la ligne de neige la plus élevée de l’histoire du glacier Taku. Ces changements ont « coïncidé avec le mois de juillet le plus chaud jamais enregistré à Juneau », a expliqué Pelto.

Même s’il était évident qu’un glacier aussi massif que Taku allait inévitablement finir par passer d’une période d’avancée à une période de recul, ces transitions résultent généralement après des décennies de stabilité, où le bord du glacier ne bouge pas du tout.

Mais la transition du glacier Taku entre croissance et déclin, quant à elle, semble n’avoir duré que quelques années. Et cela est principalement dû à un facteur : le changement climatique. « Que la transition se produise aussi rapidement indique clairement le fait que le climat prévaut sur le cycle naturel de progression et de recul que le glacier traverserait normalement », a déclaré Pelto.

Sources : Remote, Nasa Earth Observatory

Une réponse

  1. jack Teste Sert

    Et la nécessité de CHANGEMENT HUMAIN de conscience, pas RESPONSABLE ? Allons donc, qui les empêche aux populations locales, appuyées à un arbre vu servant d’antenne, de DIRE VENIR LA PLUIE…, tel qu’en Amazonie devenue trop sèche, par exemple ?

    Les humains refusent de croire qu’ils sont là pour jouer aux co-créateurs harmonieux, préférant les catastrophes, alors qu’ils l’assument !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

881 Partages
881 Partages
Partager via
Copier le lien