472 Partages

De manière générale, les gouttes qui tombent rebondissent et génèrent des éclaboussures. Mais ce cas est différent : des chercheurs ont créé des surfaces capables de faire tourner des gouttelettes sur elles-mêmes à plus de 7300 tours par minute lorsqu’elles rebondissent, sans créer d’éclaboussures.

Dans un premier temps, il faut savoir que les gouttes d’eau ne sont pas telles que nous avons l’habitude de les dessiner (en forme de larmes). En réalité, elles sont rondes et luttent pour rester sphériques quoi qu’il arrive. Et pour faire tourner des gouttelettes d’eau qui tombent, les chercheurs ont tout d’abord dû s’assurer que la surface sur laquelle elles tombaient était sèche, faute de quoi les gouttes généreraient des éclaboussures.

Les chercheurs y sont parvenus en recouvrant des plaques d’alumine (soit de l’oxyde d’aluminium) d’un revêtement antiadhésif fluoré, similaire à celui des casseroles antiadhésives. Puis, ils ont masqué certaines régions de la surface et projeté de la lumière ultraviolette (UV) sur toute la plaque. Ainsi, les régions exposées aux UV sont devenues particulièrement adaptées au passage rapide d’un liquide, ce qui signifie que l’eau touchant ces régions peut s’étaler immédiatement, au lieu de rebondir.

L’équipe a créé plusieurs conceptions de ces régions traitées, dont une avec des bras en spirale s’élargissant à partir du centre. Lorsque les gouttelettes se resserrent à partir de la surface à motif, les parties rencontrant les spirales “hydrophiles” adhèrent à la surface, tandis que les parties des gouttelettes en contact avec la surface hydrofuge rebondissent immédiatement. Cela génère un « ensemble de forces déséquilibrées, tirant plus sur la gouttelette dans certaines parties que dans d’autres, la tordant ainsi », rapporte l’équipe de recherche.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Selon la conception des régions hydrophiles et hydrofuges, non seulement les gouttes peuvent tourner, mais elles peuvent également rouler, dévier ou montrer une combinaison de différents mouvements, faisant danser les gouttelettes à la hauteur des motifs de surface.

Vous aimerez également : Des physiciens créent de minuscules gouttelettes de matière d’Univers primitif

Les chercheurs affirment que le fait de pouvoir contrôler le rebond des gouttes liquides sur une surface, peut s’avérer très utile dans de nombreux domaines, par exemple en ce qui concerne les surfaces autonettoyantes, les applications de dégivrage, ou encore pour le mélange de différents matériaux !

Sans plus attendre, nous vous laissons découvrir les résultats de cette recherche en vidéo :

VIDÉO : Ces gouttes d’eau qui tombent n’éclaboussent pas, elles tournent

Source : Nature Communications

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

472 Partages
472 Partages
Partager via
Copier le lien