« L’Homme dragon », récemment découvert, pourrait être plus proche de nous que Néandertal

homme dragon pourrait etre plus proche nous que neandertal
| Wei Gao

La découverte d’un énorme crâne fossilisé enveloppé et caché dans un puits chinois il y a près de 90 ans a forcé les scientifiques à réécrire l’histoire de l’évolution humaine. L’analyse des restes a révélé une nouvelle branche de l’arbre généalogique humain qui pointe vers un groupe parent auparavant inconnu plus étroitement lié aux humains modernes que les néandertaliens. Cependant, malgré la découverte, il faudra plus d’analyses pour confirmer qu’il s’agit bien réellement d’une nouvelle espèce.

Le fossile extraordinaire a été nommé Homo longi ou « Homme dragon » par des chercheurs chinois, bien que d’autres experts soient plus prudents quant à cette désignation. « Je pense que c’est l’une des découvertes les plus importantes des 50 dernières années. C’est un fossile merveilleusement conservé », déclare le professeur Chris Stringer, responsable de la recherche au Natural History Museum de Londres.

Le crâne semble avoir une histoire remarquable. Selon les chercheurs, il a été découvert à l’origine en 1933 par des ouvriers chinois construisant un pont sur la rivière Songhua à Harbin, dans la province la plus septentrionale de la Chine, le Heilongjiang, pendant l’occupation japonaise. Pour empêcher le crâne de tomber entre les mains des Japonais, il a été enveloppé et caché dans un puits abandonné, ne refaisant surface qu’en 2018 après que l’homme qui l’a caché en a parlé à son petit-fils peu de temps avant sa mort.

Une équipe internationale dirigée par le professeur Qiang Ji de la Hebei Geo University, en Chine, s’est appuyée sur des techniques géochimiques pour affiner la date de la mort du squelette, datant d’au moins 146 000 ans. Le crâne présente une combinaison unique de traits primitifs et plus modernes, le visage, en particulier, ressemblant davantage à l’Homo sapiens. Il reste une énorme molaire.

À LIRE AUSSI :
Une ville entière aurait disparu dans l'explosion d'une roche spatiale il y a environ 3600 ans

Un groupe plus proche d’Homo sapiens que Néandertal ?

Le crâne, qui mesure 23 cm de long et plus de 15 cm de large, est nettement plus grand que celui d’un humain moderne et a suffisamment de place, à 1420 ml, pour un cerveau humain moderne. Sous l’épaisse arcade sourcilière, le visage a de grandes orbites carrées, mais il est délicat malgré sa taille.

vues standards du crane de harbin
Vues standards du crâne de Harbin. © Xijun Ni et al. 2021

Les chercheurs pensent que le crâne appartenait à un homme, âgé d’environ 50 ans, qui aurait été un spécimen physique impressionnant. Son nez large et bulbeux lui a permis de respirer d’énormes volumes d’air, indiquant un mode de vie à haute énergie, tandis que sa taille l’aurait aidé à résister aux hivers brutalement froids de la région. « L’Homo longi est fortement construit, très robuste. Il est difficile d’estimer la taille, mais sa tête massive devrait correspondre à une taille supérieure à la moyenne des humains modernes », déclare le professeur Xijun Ni, paléoanthropologue au Hebei.

Pour déterminer où l’individu s’inscrit dans l’histoire humaine, les scientifiques ont introduit les mesures du fossile et de 95 autres crânes dans un logiciel qui a compilé l’arbre généalogique le plus probable. À leur grande surprise, le crâne de Harbin et une poignée d’autres en provenance de Chine ont formé une nouvelle branche plus proche des humains modernes que des néandertaliens.

vue artiste homo longi
Vue d’artiste d’Homo longi. © Chuang Zhao

Les chercheurs chinois pensent que le crâne de Harbin est suffisamment distinct pour en faire une nouvelle espèce, mais Stringer n’est pas convaincu. Il pense qu’il est similaire à un autre trouvé dans le comté de Dali en Chine en 1978. « Je préfère l’appeler Homo daliensis, mais ce n’est pas grave. L’important est la troisième lignée d’humains ultérieurs qui sont séparés des néandertaliens et séparés de l’Homo sapiens ».

À LIRE AUSSI :
Un cartilage de dinosaure fossilisé révèle des cellules extrêmement bien conservées

Homo longi : il pourrait en réalité s’agir d’un Dénisovien

Quel que soit son nom, une possibilité est que le crâne de Harbin soit un Dénisovien, un mystérieux groupe d’humains éteints connu en grande partie à partir de fragments d’ADN et d’os récupérés en Sibérie. « Certes, ce spécimen pourrait être un Dénisovien, mais nous devons être prudents. Ce dont nous avons besoin, c’est d’un matériel squelettique beaucoup plus complet des Dénisoviens aux côtés de l’ADN », indique Stringer.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Le professeur John Hawks, paléoanthropologue à l’Université du Wisconsin-Madison, affirme que l’idée d’une nouvelle lignée humaine est « une affirmation provocatrice », car les crânes peuvent se ressembler même parmi des parents éloignés. Un crâne de Dénisovien est une bonne hypothèse, selon lui, bien qu’il soit moins enclin à un nouveau nom d’espèce. « Je pense que c’est un mauvais moment pour la science de nommer de nouvelles espèces parmi ces humains à gros cerveau qui se sont tous croisés. Ce que nous constatons à plusieurs reprises, c’est que les différences d’apparence ne signifiaient pas grand-chose pour ces peuples anciens en matière de reproduction ».

La complexité de l’évolution humaine

Mark Maslin, professeur de science du système terrestre à l’UCL et auteur de The Cradle of Humanity, explique : « Le crâne humain archaïque de Harbin chinois magnifiquement préservé ajoute encore plus de preuves que l’évolution humaine n’était pas un simple arbre évolutif, mais un buisson dense entrelacé. Nous savons maintenant qu’il y avait jusqu’à 10 espèces différentes d’hominidés en même temps que notre propre espèce a émergé ».

À LIRE AUSSI :
Découverte du refuge potentiel des derniers néandertaliens, scellé depuis 40 000 ans

« L’analyse génétique montre que ces espèces ont interagi et se sont croisées – notre propre génétique contient l’héritage de bon nombre de ces espèces fantômes. Mais ce qui donne à réfléchir, c’est qu’en dépit de toute cette diversité, une nouvelle version d’Homo sapiens a émergé d’Afrique il y a environ 60 000 ans, qui a clairement surpassé et même battu ces autres espèces étroitement apparentées, provoquant leur extinction. Ce n’est qu’en recherchant et en analysant minutieusement leurs fossiles, comme le crâne de Harbin, que nous connaissons leur existence ».

Sources : The Innovation

Laisser un commentaire