Après avoir lancé plusieurs satellites en orbite terrestre, les Émirats arabes unis (EAU) se sont lancés un objectif encore plus ambitieux : mettre une sonde d’observation en orbite autour de Mars. Lancée hier depuis le Japon, la sonde spatiale Hope devrait arriver près de Mars début 2021, avec pour mission d’étudier en détail et de manière dynamique l’atmosphère martienne.

La première mission spatiale non habitée arabe à destination de Mars a décollé lundi à bord d’une fusée japonaise, après que des aléas météorologiques ont retardé le lancement de la sonde baptisée « Hope ». Un streaming en direct du lancement a montré la fusée transportant la sonde, connue sous le nom de Al-Amal en arabe, décollant du centre spatial de Tanegashima dans le sud du Japon.

Cinq minutes après le lancement, la fusée portant la sonde était en route, effectuant la première séparation. Le projet Emirati est l’une des trois missions vers Mars, avec Tianwen-1 de la Chine et Mars 2020 des États-Unis, profitant d’une période où la Terre et Mars sont les plus proches. En octobre, Mars sera relativement proche, à 62.07 millions de kilomètres de la Terre, selon la NASA.

Une mission d’étude approfondie de la dynamique atmosphérique martienne

Hope devrait atteindre l’orbite de Mars d’ici février 2021, marquant le 50e anniversaire de l’unification des Émirats arabes unis, une alliance de sept émirats. Contrairement aux deux autres missions sur Mars prévues pour cette année, l’engin n’atterrira pas sur la planète rouge, mais tournera plutôt autour d’elle pendant toute une année martienne, soit 687 jours.

Alors que l’objectif de la mission sur Mars est de fournir une image complète de la dynamique météorologique dans l’atmosphère de la planète, la sonde est la base d’un objectif beaucoup plus vaste — la construction d’un établissement humain sur Mars au cours des 100 prochaines années. Les EAU souhaitent également que le projet serve de source d’inspiration à la jeunesse arabe, dans une région trop souvent ravagée par les conflits sectaires et les crises économiques.

Sur le même sujet : Ce concept de ville martienne sous dômes est à couper le souffle

Mieux comprendre l’atmosphère martienne pour l’établissement de futurs colons

Plusieurs dizaines de sondes — pour la plupart Américaines — sont parties pour la planète rouge depuis les années 1960. Beaucoup n’y sont jamais arrivées ou n’ont pas réussi à atterrir. Omran Sharaf, le chef de projet de la mission, déclare que la sonde « Hope » offrirait une perspective spéciale sur l’atmosphère martienne.

« Ce qui est unique dans cette mission, c’est que pour la première fois, la communauté scientifique du monde entier aura une vision holistique de l’atmosphère martienne à différents moments de la journée et à différentes saisons. Nous avons une stratégie pour contribuer à l’effort mondial de développement de technologies et de travaux scientifiques qui aideront un jour si l’humanité décide d’envoyer des humains sur Mars ».

Les Émirats arabes unis ont déjà neuf satellites en orbite et prévoient d’en lancer huit autres dans les années à venir. Et en septembre, ils ont envoyé le premier Emirati dans l’espace en mission vers la Station spatiale internationale. Mais les ambitions des EAU vont bien au-delà de cela, avec pour objectif de construire un établissement humain sur Mars d’ici 2117.

Vidéo expliquant les objectifs de la mission Hope et montrant le décollage réussi de la sonde depuis le Japon :

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.