Les humains peuvent maitriser l’écholocalisation en seulement dix semaines

humains peuvent matriser echolocalisation seulement dix semaines
| StockLib Science

L’écholocalisation (ou écholocation) est une méthode consistant à émettre un son, et écouter son écho pour localiser et identifier ou définir les éléments (objets et reliefs) de l’environnement. Si divers animaux, des chauves-souris aux cétacés, l’utilisent, ce n’est pas pour autant une capacité que les humains exploitent ou maitrisent de manière innée. Cependant, des chercheurs ont montré qu’avec un entraînement adéquat, un humain peut parvenir à maitriser l’écholocalisation en seulement dix semaines.

Avec un entraînement suffisant, la plupart des humains peuvent apprendre à écholocaliser, en utilisant leur langue pour émettre des cliquetis et en interprétant les sons des échos qui reviennent, réfléchis par l’environnement. En 10 semaines, les chercheurs ont pu apprendre aux participants à surmonter des obstacles et à reconnaître la taille et l’orientation des objets en utilisant leurs bruits de langue. L’expérience a impliqué 12 participants aveugles depuis leur enfance et 14 personnes voyantes.

Apprendre à se repérer dans un labyrinthe grâce à l’écholocalisation

L’écholocalisation est une compétence que nous associons généralement aux animaux tels que les chauves-souris et les baleines, mais certains humains aveugles utilisent également les échos de leurs propres sons pour détecter les obstacles et leurs contours. Certains utilisent le tapotement d’une canne ou le claquement de leurs doigts pour faire le bruit nécessaire, tandis que d’autres utilisent leur bouche pour émettre un cliquetis sonore.

Malgré l’utilité de cette compétence, très peu de personnes aveugles sont actuellement entraînées à l’utiliser. Des écholocateurs experts essaient de faire passer le mot depuis des années maintenant, et cette nouvelle étude suggère qu’un programme de formation simple est tout ce qui est nécessaire.

À LIRE AUSSI :
Les hommes ont plus de flatulences lorsqu'ils suivent un régime à base de plantes en raison des bonnes bactéries intestinales

Au cours de 20 sessions de formation, d’une durée d’environ 2 à 3 heures, les chercheurs ont découvert que les participants aveugles et voyants, jeunes et âgés, s’amélioraient considérablement en matière d’écholocation par cliquetis. Pendant des semaines, les participants ont été entraînés à naviguer dans des labyrinthes virtuels — des couloirs disposés en intersections en T, en U et en zigzags — et à identifier la taille et l’orientation des objets à l’aide de cliquetis oraux.

Dix semaines pour maitriser l’écholocalisation comme un expert

Au cours des deux dernières sessions, les participants ont testé leurs nouvelles compétences de navigation dans un labyrinthe virtuel qu’ils n’avaient jamais abordé auparavant. Même en étant aveuglé dans cet environnement inconnu, les collisions étaient moins nombreuses qu’elles ne l’avaient été au début du programme. De toute évidence, les échos de leurs propres bruits aidaient les gens à naviguer plus facilement qu’auparavant.

graphiques progression performances echolocalisation
Graphiques montrant l’évolution des performances des participants au sein des labyrinthes. Haut : évolution du temps (secondes) mis pour parcourir les labyrinthes en fonction du nombre de séances. Les résultats sont donnés pour les personnes aveugles (cercles blancs) et voyantes (cercles noirs). Haut : évolution du nombre de collisions effectuées par les participants dans les labyrinthes en fonction du nombre de séances. © Liam J. Norman et al. 2021

En fait, les auteurs ont découvert que ces écholocateurs nouvellement formés évoluaient presque aussi bien dans le labyrinthe que sept écholocateurs experts, qui utilisaient cette compétence depuis des années. Lors de tests supplémentaires visant à déterminer la forme et l’orientation de certaines surfaces, les participants à l’étude ont réalisé les mêmes performances que les experts.

Des études antérieures ont également montré que les personnes voyantes peuvent apprendre l’écholocation basée sur les cliquetis dans une série de sessions de formation, mais il s’agit de la première étude à tester si les résultats s’étendent également aux personnes aveugles et aux personnes de différents âges. Les parties visuelles du cerveau sont ce qui permet aux écholocateurs de « voir » le monde qui les entoure, et l’on ne savait pas jusqu’à présent si ceux qui grandissent sans vision pouvaient utiliser les mêmes réseaux neuronaux au même degré.

À LIRE AUSSI :
Un hydrogel injectable pour régénérer le cartilage endommagé des articulations

L’absence d’influence de l’âge sur l’apprentissage de l’écholocalisation

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

De plus, de nombreuses personnes perdent la vue et l’audition en vieillissant, et plus une personne est âgée, moins son cerveau est plastique. Cela peut rendre l’apprentissage de nouvelles compétences plus difficile à mesure du vieillissement, mais la nouvelle recherche suggère que ce n’est pas un facteur limitant dans l’apprentissage de l’écholocation. Dans l’étude, des personnes aveugles de 79 ans ont pu acquérir la compétence avec la bonne formation.

Lorsque les auteurs ont analysé leurs résultats, ils ont découvert que l’âge avancé en soi n’était pas lié à plus de collisions dans la tâche du labyrinthe. « Il est important de noter que lorsque nous avons quantifié le degré d’amélioration des capacités des participants de la session 1 à la session 20 pour chacune des tâches, il n’y avait aucune preuve d’une association entre l’âge et la performance dans les tâches pratiques », écrivent les auteurs.

Un plus jeune âge a permis à certains participants de terminer les labyrinthes plus rapidement mais, selon les auteurs, « l’entraînement a conduit à des changements de comportement remarquables pour tous les participants », quel que soit leur âge. Trois mois après la fin des sessions de formation, les participants aveugles ont déclaré avoir constaté une amélioration de la mobilité grâce à l’écholocation. Dans une enquête de suivi, 10 des 12 participants ont déclaré que la compétence avait profité à leur indépendance et à leur bien-être.

À LIRE AUSSI :
Certain(e)s smartphones et smartwatches pourraient perturber les stimulateurs cardiaques
Sources : PLOS One

Laisser un commentaire