Financée par la NASA, une société d’impression 3D construira des habitats lunaires

icon finance nasa concevoir base lunaire
| ICON
⇧ [VIDÉO]   Vous pourriez aussi aimer ce contenu partenaire (après la pub)

Habiter la Lune… C’est un vieux rêve qui court toujours. La NASA, loin de l’abandonner, vient de signer un contrat avec une entreprise nommée ICON, spécialisée dans la construction par impression 3D, afin qu’elle développe des technologies de fabrication adaptées à l’environnement lunaire.

« De nouvelles technologies sont nécessaires pour relever les défis uniques que représente le fait de vivre et de travailler dans un autre monde » : c’est ainsi que la NASA évoque tout naturellement cette idée d’expatriation sur la Lune. Non contente d’en parler, la structure affirme dans un communiqué qu’elle investit dans cette idée. Elle accompagne le fameux programme d’exploration lunaire Artemis, qui prévoit d’envoyer à nouveau des humains sur la Lune à l’horizon 2025.

En effet, s’il faut rester sur la Lune, la question de la construction de bâtiments habitables par notre espèce va se poser. La société ICON a donc été missionnée pour réfléchir à la construction d’aires d’atterrissage, de routes, d’habitations… Le montant du contrat s’élèverait à quelque 57,2 millions de dollars, et la mission court jusqu’à 2028.

:: LE T-SHIRT QUI SOUTIENT LA SCIENCE ! ::
Montrez au monde votre passion pour l'espace et que vous soutenez aussi la lutte contre le réchauffement climatique.

Objectif, donner un coup de collier sur le développement de technologies nécessaires à la mission. « Afin d’explorer d’autres mondes, nous avons besoin de nouvelles technologies innovantes adaptées à ces environnements et à nos besoins d’exploration », déclare ainsi Niki Werkheiser, directeur de la maturation technologique à la Direction des missions de technologie spatiale (STMD) de la NASA. « Faire avancer ce développement avec nos partenaires commerciaux créera les capacités dont nous avons besoin pour les missions futures ».

Construire sur la Lune… en « circuit court »

L’une des contraintes posées pour ce projet de base lunaire est de construire avec des matériaux locaux. « Si vous essayiez de planifier une colonie lunaire ou une base lunaire et que vous deviez tout apporter avec vous, chaque fois que vous voudriez construire quelque chose de nouveau, il faudrait compter 100 millions de dollars », a expliqué Jason Ballard, cofondateur et PDG d’ICON, au média Payload, qui a publié un article sur le sujet. « Mais une fois que vous avez un système qui peut construire presque n’importe quoi – des pistes d’atterrissage, des routes, des habitats – et qu’il utilise des matériaux locaux, vous êtes probablement à deux ou trois ordres de grandeur moins chers pour établir une présence lunaire permanente que vous ne le seriez de n’importe quelle autre manière ».

Dans le cadre de son contrat, l’entreprise compte embarquer sa technologie d’impression 3D jusqu’à la Lune en 2026, dans le cadre de la mission Artemis. Une démonstration aura alors lieu sur la surface lunaire. L’entreprise a pour projet d’utiliser du régolithe lunaire, ces roches et poussières qui constituent la surface de la Lune, pour construire une structure répondant aux exigences de résistance de la NASA.

« Nous ressentons un poids et une responsabilité réels – nous ne faisons pas cela uniquement pour nous-mêmes, nous donnons à l’humanité la capacité de construire sur d’autres mondes », a affirmé avec emphase Jason Ballard au média Axios. Au-delà de ce projet lunaire, ICON travaille déjà en parallèle sur des concepts d’habitats martiens : « ICON 3D a imprimé (en 3D) un habitat martien simulé de 158 m², appelé Mars Dune Alpha, qui sera utilisé lors de la mission analogique Crew Health and Performance Analog, ou CHAPEA, de la NASA à partir de 2023 », précise la NASA.

Laisser un commentaire