Des humains vivront sur la Lune d’ici 2030, selon la NASA

base lunaire 2030
| NASA
⇧ [VIDÉO]   Vous pourriez aussi aimer ce contenu partenaire (après la pub)

Depuis le 16 novembre, le vaisseau spatial Orion se dirige vers la Lune. Tout premier jalon du programme Artemis, qui comporte trois phases, ce vol de reconnaissance autour de notre satellite naturel sert essentiellement à valider le fonctionnement du lanceur SLS et des systèmes du vaisseau. Si la mission se déroule sans encombre, un équipage pourrait poser le pied sur la Lune dès 2025. Une présence permanente de l’Homme sur la Lune pourrait même être établie d’ici la fin de la décennie, selon Howard Hu, qui dirige le programme Orion.

Actuellement à un peu moins de 46 500 km de notre satellite naturel, le vaisseau Orion s’apprête à activer ses propulseurs pour bénéficier de son attraction gravitationnelle. Il survolera la Lune pendant quelques jours avant d’entamer son trajet de retour sur Terre ; l’atterrissage est prévu pour le 11 décembre. Si tout se passe comme prévu, une mission similaire (Artemis II), mais avec équipage, sera lancée en 2024. Enfin, Artemis III, prévue pour 2025, devra déposer deux astronautes sur la Lune en 2025 — marquant ainsi le premier retour de l’Homme sur la Lune depuis la mission Apollo 17, en 1972.

La réussite de cette première mission est fondamentale pour la suite des opérations. « C’est le premier pas que nous faisons vers l’exploration à long terme de l’espace lointain, non seulement pour les États-Unis, mais aussi pour le monde entier », a déclaré à la BBC Howard Hu, qui dirige le programme de vaisseau spatial lunaire Orion pour la NASA. Pour le moment, la mission se déroule comme prévu et tous les systèmes fonctionnent. Aujourd’hui doit avoir lieu la mise à feu des moteurs d’Orion, destinée à positionner le vaisseau en orbite haute de la Lune. Il y restera jusqu’au 1er décembre, date à laquelle il effectuera une autre combustion pour se diriger vers la Terre.

Soutenez-nous en achetant un poster qui en jette :
Soutenez-nous en achetant un poster qui en jette :

Insertion en orbite lunaire imminente

Pour le moment, les performances du vaisseau dépassent les attentes, selon Mike Sarafin, responsable de la mission Artemis 1. Les quatre panneaux solaires du vaisseau se sont déployés correctement et « fournissent davantage d’énergie » qu’attendu. Mais c’est une nouvelle étape délicate qui attend Orion aujourd’hui : la première des quatre poussées principales qui seront effectuées au cours de la mission. La procédure doit amener le vaisseau au plus proche de la Lune, afin de profiter de sa force gravitationnelle.

Orion se rapprochera à seulement 130 kilomètres de la surface lunaire, avant d’entamer son chemin vers une « orbite rétrograde lointaine ». L’orbite est dite « distante » dans le sens où elle se trouve à une altitude élevée par rapport à la surface de la Lune (à environ 64 000 km), et elle est « rétrograde » parce qu’Orion se déplacera autour de la Lune dans le sens inverse de celui dans lequel cette dernière se déplace autour de la Terre. Cette orbite est particulièrement stable et nécessite un minimum de carburant.

Bien que le vol se déroule bien, quelques anomalies ont néanmoins été détectées au cours du vol, à commencer par un ensemble de lectures erratiques des trackers d’étoiles d’Orion, que le vaisseau utilise pour naviguer. Le problème a été rapidement résolu : les trackers étaient en réalité gênés par la lueur des propulseurs du vaisseau. Les autres anomalies ont été jugées mineures.

L’équipe du projet a également signalé que la tour de lancement mobile avait été quelque peu endommagée par le Space Launch System (SLS) au décollage : les portes des ascenseurs de la tour n’ont pas résisté à la puissance des ondes de pression générées par la poussée. Quant aux dix CubeSats déployés au cours du voyage, seuls cinq se comportent désormais comme prévu. Les cinq autres ont rencontré des problèmes techniques après leur déploiement ou fournissent des communications intermittentes, détaille Mike Sarafin.

Une base lunaire comme tremplin vers Mars

L’une des phases les plus critiques de cette mission Artemis I est de ramener le module Orion sur Terre en toute sécurité. L’entrée dans l’atmosphère, prévue pour le 11 décembre, s’effectuera à 38 000 km/h — soit 32 fois la vitesse du son — et le bouclier thermique qui protège le module sera soumis à des températures avoisinant les 3000 °C ! Ralenti par des parachutes, Orion devrait finir sa course dans l’océan Pacifique, au large des côtes californiennes.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Il est évidemment crucial que le retour sur Terre se déroule sans encombre pour pouvoir programmer les deux missions suivantes, qui seront habitées — la plus attendue étant Artemis III, qui doit mener deux astronautes sur la Lune pour un séjour d’une durée de six jours et demi.

Une fois que l’ensemble des composants et des systèmes du programme Artemis auront été testés et approuvés, Howard Hu a déclaré que l’objectif était de faire vivre des humains sur la Lune au cours de cette décennie. « Les missions Artemis nous permettent d’avoir une plateforme et un système de transport durables qui nous permettent d’apprendre à fonctionner dans cet environnement de l’espace profond », souligne Hu.

Après Artemis III, la NASA prévoit d’organiser une mission chaque année pour établir une base sur le pôle Sud lunaire, dédiée à la recherche scientifique, ainsi qu’une station spatiale en orbite autour de la Lune, la Lunar Gateway. Les futurs résidents bénéficieront d’habitats lunaires et de rovers pour mener à bien leur mission. L’un des principaux objectifs est de découvrir s’il y a de l’eau au pôle Sud, car cette eau pourrait être convertie en carburant pour des vaisseaux souhaitant se rendre encore plus loin dans l’espace, en particulier vers Mars.

Laisser un commentaire