Îles Canaries : un volcan projette de la lave sur près de 2 kilomètres de haut et détruit des dizaines de maisons

iles canaries volcan projette lave 2 kilometres detruit maisons
| Arturo Rodríguez

À La Palma, dans les îles Canaries (Espagne), un volcan est entré en éruption après plus de 50 ans de calme, projetant des cendres à près de deux kilomètres de haut et avalant des maisons entières (plus de 20 jusqu’ici). L’île de La Palma, qui compte environ 85 000 habitants, constitue l’une des zones volcaniques les plus actives de l’archipel.

Dimanche 19 septembre, une puissante éruption volcanique a secoué la petite île, projetant de la lave à plus de 1500 mètres d’altitude. Après 50 ans d’inactivité, hormis quelques grondements occasionnels, le volcan Cumbre Vieja est entré en éruption en plusieurs points, rapporte le National Geographic. Des images dramatiques de l’éruption montrent de la lave s’écoulant à travers l’île, engloutissant des maisons entières et se déversant notamment dans une piscine. Jusqu’à présent, l’événement a entraîné l’évacuation de quelque 4500 résidents et 500 touristes.

Un événement peu étonnant

L’île de La Palma a émergé de la mer avec les autres îles de l’archipel des Canaries, notamment grâce à un point chaud volcanique situé sous la croûte terrestre, selon National Geographic. L’activité volcanique est donc au cœur de l’histoire de l’île, faisant de cette récente catastrophe un événement peu étonnant. « Le prix du privilège de vivre sur une belle petite île est, dans ce cas, son histoire géologique », déclare à NatGeo Helen Robinson, géoscientifique de l’Université de Glasgow.

Le Cumbre Vieja est un volcan connu pour être très actif. Au cours des 7000 dernières années, une pléthore d’éruptions a eu lieu. Depuis le 15e siècle, de multiples coulées de lave ont endommagé des bâtiments et se sont engouffrées dans la mer. Elles surgissent souvent des fissures, un style commun à de nombreux volcans dans le monde, du Kīlauea d’Hawaï à l’éruption en cours dans la péninsule de Reykjanes, en Islande.

À LIRE AUSSI :
Le Salvador utilise désormais l'énergie d'un véritable volcan pour miner du bitcoin

Suspense…

Quelques jours après le début de l’éruption, le flux de lave est incessant, rapporte NatGeo, et les experts ne savent pas à quoi s’attendre. Historiquement, les éruptions à La Palma ont mis entre quelques semaines et plusieurs mois à se calmer. Et malgré les efforts des scientifiques pour surveiller le volcan, il est actuellement impossible de prédire où se situera la prochaine éruption.

« La seule façon de le savoir est de connaître le volume total de magma éruptible sous Cumbre Vieja », a déclaré le volcanologue Pablo J. González, du Conseil national de la recherche espagnol. « Cette information est inconnue ».

Une activité volcanique suivie de près

Selon Itahiza Domínguez Cerdeña, sismologue au National Geographic Institute, à Tenerife, neuf « essaims » de séismes — des centaines de grondements se produisant dans la même zone en étroite succession — se sont produits à quelque 28 kilomètres sous le volcan depuis octobre 2017. Mais il y a une semaine déjà, ces tremblements de terre ne se produisaient qu’à 11 kilomètres de profondeur, et ces derniers jours, des secousses émanaient de juste en dessous de la surface.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

À LIRE AUSSI :
Pour la première fois, un drone océanique capture des images de l'intérieur d'un ouragan

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Du 10 au 19 septembre, un nombre stupéfiant de 25 000 petits tremblements de terre, la plupart imperceptibles pour les habitants, ont été enregistrés. Cette cacophonie ascendante était le son de la croûte terrestre repoussée et déformée. « La pression du magma qui s’introduisait dans la croûte » en était la cause, explique Cerdeña.

Le week-end dernier, le sol s’était gonflé de 15 cm, ce qui suggère qu’un volume modéré de magma s’était récemment infiltré dans la croûte peu profonde. La plupart des intrusions de magma ne conduisent pas à des éruptions ; elles ne peuvent pas percer la roche solide qui les surplombe, donc elles se refroidissent. Mais il est toujours possible qu’un plus grand volume de roche en fusion s’accumule sous une intrusion, ce qui peut potentiellement alimenter une éruption prolifique et prolongée.

Les volcanologues ont été alarmés par la déformation de la montagne et sa clameur sismique, et le 13 septembre, les autorités ont relevé le niveau d’alerte, avertissant la section sud de l’île et ses 35 000 habitants qu’une éruption pourrait suivre. Juste avant midi, le 19 septembre, un puissant séisme de magnitude 4,2 a secoué le volcan. Plus tard, la lave a surgi des collines boisées du flanc ouest du volcan. La lave a enflammé des arbres et des terres agricoles, traversé une autoroute et détruit huit maisons isolées. Au 20 septembre, plus de 20 maisons avaient été détruites.

Laisser un commentaire