770 Partages

Aujourd’hui, Internet est le quotidien de centaines de millions de personnes. Entre les jeux en ligne, les réseaux sociaux et les plateformes de divertissements, notre cerveau est en permanence bombardé d’informations qu’il doit hiérarchiser et traiter. Dans une étude récente, des chercheurs ont montré à quel point Internet pouvait avoir un impact notable sur le cerveau et les capacités cognitives, de même que sur les interactions sociales qui en résultent.

Une équipe internationale de chercheurs de l’Université Western Sydney, de l’Université Harvard, du Kings College, de l’Université d’Oxford et de l’Université de Manchester ont découvert qu’Internet pouvait produire des altérations aiguës et durables dans des domaines spécifiques de la cognition, susceptibles de refléter des modifications du cerveau affectant nos capacités d’attention, nos processus mémoriels et nos interactions sociales.

Dans une étude publiée dans la revue World Psychiatry, les chercheurs ont examiné les principales hypothèses sur la manière dont Internet pourrait modifier les processus cognitifs, et ont ensuite examiné dans quelle mesure ces hypothèses étaient corroborées par les récents résultats de recherches psychologiques et psychiatriques ainsi que dans le domaine de la neuroimagerie.

Un impact sur le traitement cérébral de l’information

« Les principales conclusions de ce rapport sont que des niveaux d’utilisation élevés d’Internet pourraient en effet avoir un impact sur de nombreuses fonctions du cerveau. Par exemple, le flot illimité d’informations et de notifications provenant d’Internet nous encourage à détenir constamment une attention divisée, ce qui peut à son tour réduire notre capacité à rester concentré sur une seule tâche » déclare Joseph Firth, spécialiste de la cognition au NICM Health Research Institute de la Western Sydney University.

« De plus, le monde en ligne nous présente désormais une ressource unique en son genre, vaste et accessible en permanence, qui contient des faits et des informations, qui ne se résument jamais à quelques clics. Étant donné que nous avons littéralement à portée de main la plupart des informations factuelles du monde, celles-ci semblent avoir le potentiel de commencer à changer la façon dont nous stockons, voire valorisons, les faits et les connaissances dans la société et dans le cerveau ».

Éviter les effets néfastes potentiels d’Internet sur les jeunes enfants

L’introduction récente et l’adoption généralisée de ces technologies en ligne, ainsi que des médias sociaux, inquiète également certains enseignants et parents. Les directives 2018 de l’Organisation mondiale de la santé recommandaient que les jeunes enfants (âgés de 2 à 5 ans) soient exposés au maximum une heure par jour aux écrans et à Internet.

Toutefois, le rapport a également révélé que la grande majorité des recherches portant sur les effets d’Internet sur le cerveau avaient été menées chez des adultes — il est donc nécessaire de poursuivre les études pour déterminer les avantages et les inconvénients de l’utilisation d’Internet chez les jeunes.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Selon Firth, bien que davantage de recherches soit nécessaires, éviter les effets négatifs potentiels pourrait être aussi simple que de veiller à ce que les enfants ne manquent pas d’autres activités de développement cruciales, telles que les interactions sociales et l’exercice, en passant trop de temps sur les appareils numériques.

Sur le même sujet : Et si Internet n’existait plus, que se passerait-il ?

« Pour aider à cela, il existe maintenant une multitude d’applications et de logiciels permettant de restreindre l’utilisation d’Internet ainsi que l’accès aux smartphones et aux ordinateurs – ce que les parents et les personnes en charge peuvent utiliser pour définir des règles conviviales pour la famille autour du temps passé sur l’ordinateur ».

« Parallèlement, il est également important de parler aux enfants de la manière dont leur vie en ligne les affecte », afin d’identifier les enfants exposés au risque de cyber-intimidation, de dépendance, voire d’exploitation, et de permettre ainsi une intervention rapide pour éviter des conséquences néfastes.

Mieux comprendre l’impact d’Internet sur le cerveau et le cadre social

« Le bombardement de stimuli via Internet et l’attention divisée qui en résulte généralement fait l’objet de préoccupations et suscite de nombreuses inquiétudes » déclare Jerome Sarris, auteur principal. « Je pense que cela, avec l’augmentation de ‘l’Instagramification’ de la société, a la capacité de modifier à la fois la structure et le fonctionnement du cerveau, tout en modifiant potentiellement notre tissu social ».

Co-auteur et directeur du programme de psychiatrie numérique au Beth Israel Deaconess Medical Center et chercheur clinique à la Harvard Medical School, John Torous ajoute : « Les conclusions de cet article soulignent à quel point nous devons en apprendre davantage sur l’impact de notre technologie numérique sur le monde, sur la santé mentale et du cerveau. Il y a certainement de nouveaux avantages potentiels pour certains aspects de la santé, mais nous devons les équilibrer avec les risques potentiels ».

« Il est clair que l’Internet a radicalement modifié les possibilités d’interaction sociale et les contextes dans lesquels les relations sociales peuvent avoir lieu. Il est donc essentiel de comprendre le potentiel du monde en ligne à modifier notre fonctionnement social et à déterminer les aspects de notre comportement social qui vont changer, et ceux qui ne le feront pas » conclut Firth.

Sources : World Psychiatry

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

770 Partages
770 Partages
Partager via
Copier le lien