Soutenez le journalisme scientifique indépendant ! [+ supprimez la pub] [-20% avec le code 0pub20pourcent]
JE M'ABONNE

Les interruptions de travail entraînent un stress physique et peuvent mener à un épuisement chronique

Exemple : le smartphone...

interruptions travail entrainent stress physique
| Pixabay

L’inséparable smartphone. Il vous suit partout, et reste sans doute votre fidèle compagnon sur votre lieu de travail. Mais sa présence — outre le fait que passer son temps à guetter les notifications ou à se distraire au moindre changement d’activité peut fortement nuire à votre efficacité — peut être néfaste pour votre état de santé mentale et physique. Selon une nouvelle étude, son utilisation intermittente dans un tel cadre peut vous apporter un stress physique supplémentaire non négligeable, même si vous n’en êtes pas conscient.

Une équipe de recherche interdisciplinaire l’ETH Zürich, en Suisse, a effectué une expérience simulée dans un environnement de bureau pour démontrer, pour la première fois, que le corps produit plus d’hormones de stress lorsque l’on est interrompu à plusieurs reprises (via des messages privés ou de groupe par exemple). Et pourtant, dans le cadre de l’essai, les sujets n’ont pas été conscients du stress psychologique et physique supplémentaire qu’ils subissaient.

Selon l’indice de stress au travail (Job Stress Index) 2020 établi par la Fondation suisse pour la santé, près d’un tiers de la main-d’œuvre suisse souffre de stress lié au travail, et il en va probablement de même pour la France et le reste du monde. Si ce stress devient chronique, il peut conduire à des états d’épuisement qui ont un impact négatif sur la santé publique et dont le coût économique est important. Au Mobiliar Lab for Analytics de l’ETH Zürich, l’équipe de recherche s’efforce de prévenir de tels états d’épuisement en développant un système d’alerte précoce numérique, qui utilise l’apprentissage automatique pour détecter le stress sur le lieu de travail en temps réel.

« Notre première étape a été de découvrir comment mesurer les effets de la pression sociale et des interruptions — deux des causes les plus courantes de stress au travail », explique la psychologue Jasmine Kerr. Kerr travaille sur le projet avec la mathématicienne Mara Nägelin et l’informaticien Raphael Weibel. Les trois doctorants sont les auteurs principaux de l’étude, dont les résultats sont parus dans la revue Psychoneuroendocrinology.

Simuler pour mieux comprendre

Pour comprendre l’impact des interruptions au travail, les chercheurs ont utilisé une plateforme universitaire pour recruter 90 participants, qui ont accepté de participer à une expérience d’un peu moins de deux heures. Pour mener leur expérience, ils ont transformé le laboratoire de science de la décision de l’ETH Zürich en trois environnements de bureaux de groupe. Chaque poste de travail était équipé d’une chaise, d’un ordinateur avec écran et de kits de prélèvement d’échantillons de salive.

À LIRE AUSSI :
Une étude précise à quel point chaque individu reste lui-même tout au long de sa vie

Jouant le rôle d’employés d’une compagnie d’assurance fictive, les participants ont été invités à effectuer des tâches de bureau typiques, telles que la saisie d’informations à partir de formulaires écrits à la main et l’organisation de rendez-vous avec des clients. Pendant ce temps, les chercheurs ont observé leurs réponses psychobiologiques. Sur un total de six points au cours de l’expérience, les participants ont autoévalué leur humeur par le biais de questionnaires, tandis qu’un appareil ECG portable mesurait en continu leur rythme cardiaque. Les chercheurs ont utilisé les échantillons de salive pour mesurer la concentration de cortisol, l’hormone du stress.

Les chercheurs ont divisé les participants en trois groupes et ont exposé chaque groupe à un niveau de stress différent. Tous les groupes ont reçu la même charge de travail. Au milieu de l’expérience, tous les participants ont reçu la visite de deux acteurs déguisés en représentants du service RH de la compagnie d’assurance fictive. Pour les participants du groupe de contrôle, les acteurs ont organisé un dialogue sur les arguments de vente, tandis que dans les deux groupes « de stress », ils ont fait semblant de rechercher les candidats les plus appropriés pour une promotion.

La différence entre les deux groupes de stress est que les participants du premier groupe ont arrêté de travailler uniquement pour faire prélever des échantillons de leur salive. Mais les participants du second groupe de stress ont dû faire face à des interruptions supplémentaires sous la forme de messages de chat de leurs supérieurs, demandant des informations en urgence.

À LIRE AUSSI :
Le mode de vie d’une mère conditionne la santé cardiaque future de ses enfants

Un taux de cortisol presque deux fois plus élevé

Après évaluation, les données ont indiqué que le fait de demander aux participants de se démener pour une promotion fictive suffisait à augmenter leur rythme cardiaque et à déclencher la libération de cortisol. « Mais les participants du deuxième groupe de stress ont libéré presque deux fois plus de cortisol que ceux du premier groupe de stress », précise Nägelin. « La plupart des recherches sur les interruptions du travail effectuées jusqu’à présent se sont concentrées uniquement sur leur effet sur les performances et la productivité. Notre étude montre pour la première fois qu’elles affectent également le niveau de cortisol qu’une personne libère. En d’autres termes, qu’elles influencent réellement la réponse biologique au stress d’une personne », ajoute Weibel.

Ce qui a surpris les chercheurs, ce sont les réponses subjectives des participants quant à leur perception du stress psychologique. Ils ont observé que les participants du second groupe de stress, qui ont été interrompus par des messages privés, ont déclaré être moins stressés et de meilleure humeur que les participants du premier groupe de stress, qui n’ont pas subi ces interruptions. Il est intéressant de noter que si les deux groupes ont jugé la situation aussi difficile, le second groupe l’a trouvée moins contraignante. Ce qui peut vraiment paraître étonnant.

Les chercheurs en ont déduit que la libération de cortisol déclenchée par les interruptions supplémentaires a mobilisé davantage de ressources physiques, ce qui a entraîné une meilleure réponse émotionnelle et cognitive au stress. Il est également possible que les interruptions aient distrait les participants de la situation de stress social imminente, ce qui signifie qu’ils se sont sentis moins menacés et donc moins stressés.

Les effets physiques (libération de cortisol) étaient donc bien plus élevés malgré une perception biaisée (faussement bénéfique), ce qui peut s’avérer dangereux sur le long terme étant donné que nous ne sommes pas conscients de notre état de stress constant, jusqu’à un potentiel épuisement (burn out, dépression, fatigue chronique…). Mettre de côté le smartphone durant les principales heures de travail pourrait donc s’avérer bénéfique pour votre corps et soulager vos glandes surrénales.

Source : Psychoneuroendocrinology

Plus d'articles
coronavirus serait apparu etats-unis novembre 2019
Selon une étude, le coronavirus est apparu aux États-Unis bien plus tôt qu’on ne le pensait