Soutenez le journalisme scientifique indépendant ! [+ supprimez la pub] [-20% avec le code 0pub20pourcent]
JE M'ABONNE

Le Grand collisionneur de hadrons vient d’identifier 5 nouvelles particules subatomiques

LHC large hadron collider colisionneur hadrons cern particules subatomiques
| CERN/LHCb collaboration

Le grand collisionneur de hadrons (LHC) du CERN est l’accélérateur de particules le plus puissant jamais construit et il vient d’identifier 5 nouvelles particules subatomiques.

Le LHC a été construit dans un tunnel circulaire de presque 27 kilomètres de circonférence et accélère des protons (de la famille des hadrons) pour produire des collisions.

Dans cet accélérateur, deux faisceaux de particules à haute énergie sont forcés à se heurter, en provenance de directions opposées et à des vitesses proches de celle de la lumière. Les densités d’énergie générées lors des collisions produisent la fusion de la matière ordinaire en ses parties constituantes : en quarks et en gluons. Cela nous permet d’en apprendre davantage sur les constituants de base de la matière, les particules fondamentales du modèle standard.

Il faut savoir qu’actuellement, plus de 10’000 scientifiques et ingénieurs travaillent ensemble au LHC pour nous aider à mieux connaître les propriétés fondamentales de la physique. Et jusqu’à présent, tous ces scientifiques ont effectué des découvertes impressionnantes : l’équipe du LHC est notamment à l’origine de la découverte (et donc de la confirmation de l’existence) du boson de Higgs, et de la découverte de nombreuses nouvelles particules.

À présent, une nouvelle étude a prouvé que ça n’allait pas s’arrêter là. L’équipe du LHCb (Large Hadron Collider beauty experiment), qui vise à explorer ce qui s’est passé après le Big Bang pour permettre à la matière de survivre et de construire l’Univers que nous connaissons aujourd’hui, a annoncé la découverte d’un nouveau système de 5 particules subatomiques en une seule analyse.

À LIRE AUSSI :
Des capteurs quantiques qui s’auto-alimentent pendant plus d’un an !

Il s’avère que chacune de ces cinq particules sont des états excités d’Oméga-c-zéro, une particule avec trois quarks. Ces états de particules ont été nommés selon la convention standard : Ωc(3000), Ωc(3050), Ωc(3066), Ωc(3090) et Ωc(3119).

 


Maintenant, les chercheurs doivent déterminer le nombre quantique de ces nouvelles particules, ainsi que leur signification théorique. Cette découverte va nous permettre d’améliorer notre compréhension quant à la corrélation entre les quarks et les états multi-quarks, ce qui renforcera nos connaissances concernant l’Univers et la théorie quantique en général.

À LIRE AUSSI :
En détectant les neutrinos solaires, cette expérience dévoile les mécanismes de fusion du Soleil

Le CERN a qualifié cette découverte de « foyer de résultats physiques nouveaux et exceptionnels ». Et ce n’est que le début ! Plus d’expériences et de résultats sont déjà produits en ce moment. C’est pourquoi l’importance des collaborations internationales ne doit pas être sous-estimée. Le LHC est la plus grande collaboration scientifique internationale de l’histoire : des scientifiques de plus de 85 pays participent aux expériences du LHC et du CERN.

Au cours des mois et des années à venir, le LHC prévoit d’utiliser son incroyable quantité d’énergie pour s’aventurer dans le « secteur sombre de la physique », afin de révéler des particules actuellement inconnues et aider à résoudre certains des plus grands mystères cosmiques, notamment en ce qui concerne la matière noire, les potentielles dimensions parallèles et ce qui aurait pu se passer lors des premiers instants après le Big Bang.

Source : CERN

Plus d'articles
experts débunkent fake new exagération décès covid couv
Des experts débunkent la fake new selon laquelle le nombre de décès dus à la COVID est exagéré
Dans le Modèle Standard, les hadrons sont des particules composites constituées de quarks liés entre eux par... [...]

Lire la suite