3.6K Partages

Sixième planète du Système solaire, classée parmi les géantes gazeuses, Saturne possède des anneaux qui ont grandement participé à sa renommée auprès des astronomes. Et dans ce cadre, juillet sera un excellent mois pour observer les anneaux de Saturne. Ils seront visibles à travers n’importe quel télescope possédant un grossissement d’au moins 20 fois.

Voici deux manières d’identifier Saturne. La première consiste à identifier Jupiter. Immanquable, elle est brillante comme une « étoile » dans le ciel du sud. Ensuite, fermez votre poing et maintenez-le à bout de bras. Mesurez alors trois poings à gauche de Jupiter, et l’objet le plus brillant que vous trouverez sera Saturne.

Ou alors, attendez jusqu’à lundi soir (15 juillet). À cette date, Saturne apparaîtra pour accompagner de près la pleine Lune dans le ciel, toute la nuit. Elle sera donc facilement distinguable.

schema opposition

Schéma expliquant le phénomène d’opposition en astronomie. Crédits : IMCCE

Le 9 juillet, Saturne était à l’opposition. C’est à ce moment-là que la taille apparente de la planète est la plus grande et qu’elle offre sa plus grande luminosité, avec une magnitude de +0.1. Par rapport aux 21 étoiles les plus brillantes, Saturne se classerait au septième rang, une luminosité moindre que celle de Capella dans la constellation du Cocher, mais un peu plus brillante que Rigel dans la constellation d’Orion.

Le système d’anneaux caractéristique de Saturne

Saturne est sans aucun doute la pièce maîtresse du ciel nocturne, grâce à l’élégance glacée et scintillante des grands anneaux de la planète. Dans les petits télescopes, ces caractéristiques surprennent les observateurs avec une beauté glaçante.

Observée à l’œil nu, Saturne apparaît maintenant comme une très brillante étoile jaune-blanche avec une lueur constante dans le coin supérieur gauche du motif étoilé connu sous le nom de « Théière », dans la constellation du Sagittaire. Le système d’anneaux qui rend la planète à la fois belle et spectaculaire ne peut être vu sans l’aide d’un instrument.

anneaux saturne

Le système d’anneaux de Saturne à l’opposition. Crédits : NASA/JPL

Les anneaux sont constitués de milliards de particules, en grande partie de glace d’eau, dont la taille varie de points microscopiques à des rochers volants de plusieurs kilomètres. Les scientifiques pensent que la structure de la planète ressemble à celle de Jupiter. Elle est constituée de gaz et d’un petit centre dense entouré d’une couche liquide et d’une atmosphère profonde.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Une planète liée au culte ancien de l’agriculture

Dans les temps anciens, avant même de connaître les planètes lointaines Uranus et Neptune, Saturne était présumée être la planète connue la plus éloignée et la plus lente. Par conséquent, elle a été nommée en lien avec le dieu romain du temps. En effet, dans la mythologie, Saturne était étroitement associé au dieu grec Cronos, mais dans d’autres cercles, il est généralement reconnu comme le dieu romain de l’agriculture. Le nom vient du nom « satus » (graine de maïs) et du verbe « serere » (semer).

Mais pourquoi la planète Saturne serait-elle liée à l’agriculture ? Il est possible de trouver un indice parmi les anciens Assyriens, qui appelaient Saturne « Lubadsagush », ce qui signifie « le plus vieux des vieux moutons ». Selon toute vraisemblance, ce surnom est dû au fait que, comparée aux autres planètes, à l’œil nu, Saturne semble se déplacer très lentement contre les étoiles en arrière-plan, rappelant ainsi la démarche lente du labour des bœufs ou du bétail.

De Galilée à Huygens : la découverte des anneaux de Saturne

Galileo Galilei (1564-1642) a été le premier à voir les anneaux, en 1610, bien que ce qu’il a vu à travers son télescope primitif l’ait laissé confus. Saturne semblait ne pas avoir d’anneaux mais plutôt des poignées de chaque côté. Celles-ci ont grossi jusqu’à ressembler à deux oreilles géantes, puis à deux corps plus petits flanquant la planète de chaque côté.

Sur le même sujet : Les anneaux de Saturne seraient en train de disparaître à grande vitesse

Plus tard, lorsque les anneaux se tournèrent vers la Terre et que les deux mystérieux compagnons disparurent, Galilée invoqua un ancien mythe et écrivit dans son livre : « Est-ce que Saturne a avalé ses enfants ? ». Le scientifique a par la suite déploré que son esprit soit trop faible pour comprendre cet étrange phénomène. En vérité, c’est son télescope grossier qui était trop faible ; un meilleur instrument aurait montré les oreilles comme des anneaux.

Ce n’est que dans la nuit du 25 mars 1655 qu’un mathématicien néerlandais, Christiaan Huygens (1629-1695), utilisant un télescope bien meilleur, finit par voir les anneaux pour ce qu’ils étaient. Aux yeux de Huygens, ils apparaissaient comme un large anneau plat, une sorte de cerceau lumineux, avec Saturne flottant au centre.

Une autre surprise accueillit Huygens : une petite étoile à proximité. Pendant des jours, Huygens a étudié Saturne avant de conclure que cette petite étoile était une lune (que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de Titan).

Sources : Space

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3.6K Partages
3.6K Partages
Partager via
Copier le lien