Une nouvelle étude conclut que les comas alimentaires (dus à un surplus de sucre dans l’organisme) sont bien réels et qu’ils ralentissent les fonctions cognitives.

Dans une étude en double aveugle contrôlée par placebo, les participants ont démontré un retard dans l’accomplissement de certaines tâches cognitives après avoir consommé du glucose ou du sucre de table, comparativement aux participants qui ont consommé du fructose (sucre de fruit) ou du sucralose artificiel (le placebo).

De plus, le fait de jeûner avant, a accentué cet effet. « Je suis fasciné par la façon dont nos sens influencent notre comportement et affectent notre vie quotidienne », a déclaré l’auteur Mei Peng de l’Université d’Otago. « En particulier, comment la consommation de sucre peut changer la manière dont notre cerveau fonctionne. Dans le cas de la perception de la douceur (du sucre), nous avons évolué pour favoriser le ressenti de ce goût », a ajouté Peng.

De nombreuses recherches ont été consacrées à étudier l’effet du glucose sur les fonctions cognitives. Pour les personnes de tout âge, la substance semble avoir un effet positif sur la fonction de la mémoire, mais des tests sur d’autres fonctions cognitives telles que le temps de réaction, l’attention, la reconnaissance faciale et la mémoire de travail, démontrent des résultats mitigés.

Les effets d’autres sucres, tels que le fructose et le saccharose sur la fonction cognitive ne sont pas aussi bien compris. Ces études sont importantes car ces sucres sont métabolisés différemment : le fructose ne traverse pas la barrière hémato-encéphalique comme le glucose, mais il est métabolisé dans le foie et le saccharose est décomposé en fructose et en glucose, qui sont ensuite métabolisés par leurs propres voies.

Afin de déterminer les effets comparatifs du glucose, du saccharose et du fructose, les chercheurs ont recruté 49 participants volontaires. Durant 16 semaines, ces participants ont été divisés en plusieurs groupes et ont participé à la même session de test chaque semaine, durant quatre semaines, avant de changer de groupe. Ils ne savaient pas dans quel groupe ils se trouvaient. De plus, certains participants ont reçu l’ordre de jeûner pendant 10 heures avant le test.

Puis, les participants ont ensuite reçu une boisson qui contenait soit du glucose, du saccharose, du fructose ou du sucralose (placebo). Après un intervalle de 20 minutes, ils ont subi des tests des fonctions cognitives. À savoir que tous les participants devaient effectuer les mêmes tests, avec les mêmes questions, et dans le même ordre.

Ces questions ont été conçues pour tester le traitement de l’information, la fonction exécutive et l’attention sélective, toutes associées au lobe préfrontal. Leurs taux de glucose dans le sang ont également été mesurés par le biais d’un test standard impliquant une piqûre au doigt.

Les résultats des tests ont démontré que les participants ayant consommé du glucose et du saccharose étaient plus lents en moyenne jusqu’à 200 millisecondes (soit 0,2 seconde) pour répondre aux questions. Cela peut ne pas sembler beaucoup, mais étant donné que la moyenne la plus élevée était de 921 millisecondes, il s’agit d’un bon pourcentage du temps de réponse global.

Les chercheurs suggèrent donc via cette étude, qu’il existe un réel « coma du sucre », du moins concernant certains types de sucre, et qu’il s’agit d’un domaine nécessitant des recherches plus approfondies. « Les recherches futures devraient quantifier davantage les changements observés dans les diverses régions cérébrales après la consommation de sucre – en utilisant des techniques de neuro-imagerie. Cela nous aidera à mieux comprendre comment les déficits d’attention surviennent après la consommation de glucose », a déclaré Peng.

Source : Physiology & Behavior

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share
Share

Ce site utilise des cookies

La publicité étant notre principale source de revenu (sans elle, nous n'existerions pas), nous utilisons des cookies afin de l'adapter. Ces derniers nous permettent également de faire des analyses statistiques (données anonymes) dans le but d'améliorer notre site. Les cookies sont également utiles à conserver vos préférences si vous êtes logués. Ainsi, nous pouvons vous garantir une meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez nos modalités relatives aux cookies.