1.1K Partages

Alors qu’il tente de lutter contre l’épidémie de COVID-19, le personnel médical chinois souffre d’une charge de travail extrême due aux nouveaux cas et à la menace du coronavirus lui-même. Les infirmières et infirmiers de Wuhan, la ville où l’épidémie a débuté, souffrent de conditions de travail lourdes, développant épuisement physique et psychologique. C’est pourquoi deux d’entre elles avaient publié, dimanche dernier, un “appel à l’aide” destiné au reste du monde dans le prestigieux journal The Lancet. La lettre ouverte a cependant été retirée seulement deux jours plus tard.

Pourquoi cette rétraction seulement deux jours après la publication ? Selon le journal, les deux auteures de l’article auraient menti, prétendant être les témoins directes de scènes horribles dans des hôpitaux en sous-effectif.

« Des questions concernant la validité de cette correspondance ont été portées à notre attention par un certain nombre de lecteurs », a déclaré à Futurism Jessica Kleyn, attachée de presse pour The Lancet.

« En outre, nous avons reçu une communication directe des auteures de cette correspondance le 26 février 2020, indiquant que les scènes qu’elles décrivaient n’étaient pas directement vécues, comme elles l’avaient initialement prétendu dans la correspondance. Elles ont déclaré elles-mêmes vouloir retirer le document », a ajouté Kleyn dans un courriel. « À la suite d’une procédure en bonne et due forme, conformément aux directives de rétractation du COPE, nous avons déterminé qu’il était de notre devoir de retirer cette publication ».

En effet, selon la rétractation de The Lancet, il semble que les infirmières Yingchun Zeng et Yan Zhen n’étaient pas directement sur les lieux qu’elles décrivent. Du moins si elles y étaient, leur récit aurait été éditorialisé et dramatisé, et ces libertés créatives pourraient nuire à l’effort d’endiguement en cours.

Que disait la lettre ? Résumé :

Voici deux phrases particulièrement touchantes extraites du document : « Bien que nous soyons des infirmières professionnelles, nous sommes aussi des humains. Comme tout le monde, nous ressentons l’impuissance, l’anxiété et la peur », ont écrit les auteurs, Yingchun Zeng et Yan Zhen, toutes deux des hôpitaux de Guangzhou. « Des infirmières expérimentées trouvent parfois le temps de réconforter leurs collègues et d’essayer de soulager notre anxiété. Mais même les infirmières expérimentées peuvent se mettre à pleurer, peut-être parce que nous ne savons pas combien de temps nous devons rester ici et que nous sommes le groupe le plus à risque d’infection au COVID-19 ».

Sur le même sujet : L’épidémie de coronavirus change la manière dont les scientifiques communiquent, encourageant la collaboration

Près de 2500 employés médicaux aidant les patients atteints de COVID-19 en Chine auraient été infectés, et au moins neuf sont décédés. Pendant ce temps, les infirmières écrivent que les mesures de sécurité qu’elles doivent suivre, comme le fait de porter trois-quatre couches de gants, sans compter le lavage constant de respirateurs étanches qui leur provoquent des escarres, les rendent simultanément malades et “peu utiles en tant que soignantes”.

Par exemple, écrivent-elles, il est particulièrement difficile de déballer des fournitures médicales et d’effectuer une injection à un patient tout en portant quatre couches de gants en latex.

« En raison d’une pénurie extrême de professionnels de la santé à Wuhan, 14’000 infirmières de toute la Chine sont venues volontairement à Wuhan pour soutenir les professionnels de la santé locaux », ont écrit les infirmières. « Mais nous avons besoin de beaucoup plus d’aide. Nous demandons aux infirmières et au personnel médical de pays du monde entier de venir en Chine maintenant, pour nous aider dans cette bataille ».

Que faut-il en conclure ?

Pour le moment, nous ne savons pas exactement pourquoi les deux infirmières ont initialement menti sur le fait qu’elles avaient elles-mêmes assisté directement à toutes ces scènes. Nous ne savons pas non plus dans quelle mesure cela représente la réalité, ou non.

The Lancet cependant, précise bien que si la lettre a été retirée, c’est surtout parce que sa nature ne correspond finalement pas à ce qui était annoncé au départ (description de faits directement vécus). Mis à part qu’il est précisé que certains faits annoncés auraient été exagérés, ils ne se sont pas prononcés davantage sur le contenu.

Sources : The Lancet (DOCUMENT RETIRÉ, ANNONCE DE RETRAIT)
lettre ouverte infirmieres wuhan retiree

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1.1K Partages
1.1K Partages
Partager via
Copier le lien