Le LSD « libère » le cerveau de ses contraintes anatomiques

lsd libere cerveau contraintes anatomiques couv
| Getty
Écoutez la version audio de l'article en vous abonnant !

Les composés psychédéliques sont un domaine de recherche actif en neurosciences, l’éventail de leurs effets sur le cerveau étant encore mal contraint. Récemment, des neuroscientifiques ont tenté de comprendre comment le LSD agit sur le cerveau et ses différentes fonctions. Les résultats ont montré que lors de la prise de LSD, les capacités cérébrales (connectivité fonctionnelle) sont détachées de la structure du cerveau (connectivité structurelle). En d’autres termes, le LSD permet au cerveau de se libérer de ses contraintes structurelles purement anatomiques afin d’opérer différemment. 

Dans une nouvelle étude examinant les effets du LSD sur des volontaires, des chercheurs ont découvert que le psychédélique permet au cerveau de fonctionner d’une manière au-delà de ce que l’anatomie dicte habituellement, en modifiant les états d’intégration dynamique et de ségrégation dans le cerveau humain.

« Le LSD, composé psychédélique, induit un état de conscience profondément altéré. La combinaison d’interventions pharmacologiques avec des techniques d’imagerie cérébrale non invasives telles que l’IRM fonctionnelle (IRMf) peut fournir un aperçu des fonctions cérébrales normales et anormales », explique le chercheur en neurosciences Andrea Luppi de l’Université de Cambridge.

La nouvelle recherche s’inscrit dans l’étude de la connectivité fonctionnelle dynamique — la théorie selon laquelle les phénomènes cérébraux démontrent des états de connectivité fonctionnelle qui changent avec le temps, de la même manière que notre flux de conscience est dynamique et toujours fluide. Lorsque cela se produit, et que le cerveau humain traite les informations, il doit intégrer ces informations dans une forme de compréhension amalgamée — mais en même temps séparer les informations, en gardant les flux sensoriels distincts séparés les uns des autres, afin qu’ils puissent être traités par des systèmes neuronaux particuliers.

À LIRE AUSSI :
Des chercheurs russes traquent des virus préhistoriques issus du pergélisol

Une connectivité fonctionnelle détachée de la connectivité structurelle

Cette distinction — la dynamique de l’intégration et de la ségrégation cérébrales — est notamment affectée par les drogues psychédéliques, et avec l’avènement de la technologie d’imagerie cérébrale, nous pouvons observer ce qui se passe lorsque notre connectivité fonctionnelle régulière est perturbée. Dans l’étude, un groupe de 20 volontaires sains a subi des scintigraphies cérébrales en deux sessions distinctes, à quinze jours d’intervalle.

Propriété temporelle des sous-états cérébraux sous placebo et LSD. Gauche : proportion du temps total passé dans le sous-état prédominant intégré. Droite : entropie de l’alternance entre sous-états intégré et divisé.

Dans l’une des séances, les participants ont pris un placebo avant d’entrer dans le scanner IRMf, tandis que dans l’autre créneau, ils ont reçu une dose active de LSD. En comparant les résultats des deux sessions, les chercheurs ont constaté que le LSD détache la connectivité fonctionnelle des contraintes de la connectivité structurelle, tout en modifiant simultanément la manière dont le cerveau gère l’équilibre entre l’intégration et la ségrégation de l’information.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !

J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

« Notre principale conclusion est que les effets du LSD sur la fonction cérébrale et l’expérience subjective ne sont pas uniformes dans le temps. En particulier, le sentiment bien connu de dissolution de l’ego induit par le LSD est en corrélation avec la réorganisation des réseaux cérébraux pendant un état d’intégration globale élevée », explique Luppi.

LSD : il augmente la complexité fonctionnelle cérébrale

En effet, l’état de conscience altérée lié au médicament pourrait être considéré comme une augmentation anormale de la complexité fonctionnelle du cerveau — les données montrant des moments où le cerveau a révélé des modèles de connectivité fonctionnelle principalement séparés. En d’autres termes, la dissolution de l’ego durant un délire psychédélique pourrait être l’expérience subjective de votre cerveau augmentant sa dynamique de ségrégation, découplant la structure du cerveau de son fonctionnement — ce qui signifie une diminution de la capacité à intégrer et à fusionner des flux séparés d’informations en un tout unifié.

À LIRE AUSSI :
Selon l’OMS, le virus de la COVID-19 pourrait avoir circulé en Chine bien avant la pandémie
augmentation complexite fonctionnelle cerveau
Graphiques montrant l’augmentation de complexité fonctionnelle pour les sous-états intégré et divisé, pour les groupes sous LSD. © Andrea I.Luppi et al. 2021

« Ainsi, le LSD semble induire des modèles particulièrement complexes de connectivité fonctionnelle (FC) en induisant un découplage supplémentaire de FC du connectome structurel sous-jacent, précisément à ces moments où le couplage structurel-fonctionnel est déjà à son plus bas. En raison des effets du LSD, le cerveau est libre d’explorer une variété de modèles de connectivité fonctionnelle, qui vont au-delà de ceux dictés par l’anatomie – résultant vraisemblablement des croyances et des expériences inhabituelles rapportées pendant l’état psychédélique », concluent les chercheurs.

Sources : NeuroImage

Laisser un commentaire