Se termine dans
00 Days
00 Hrs
00 Mins
00 Secs
Expiré
BLACK WEEK : -50% sur l'abonnement Premium ! [+ supprimez la pub]
OK, JE SUPPRIME LES PUBS !

Le fait de maintenir des pensées négatives serait lié au risque de démence

pensees negatives
| Pixabay/CC0 Public Domain

Selon une nouvelle étude dirigée par l’UCL et menée sur des personnes âgées de plus de 55 ans, nourrir des schémas de pensée négatifs répétés serait lié au déclin cognitif ultérieur et pourrait donc augmenter le risque de démence, notamment de maladie d’Alzheimer, en raison d’un plus grand dépôt de protéines cérébrales nocives liées à la maladie.

Une étude menée sur des personnes âgées de plus de 55 ans a permis de démontrer que la « pensée négative répétitive », dite RNT (de l’anglais repetitive negative thinking), est liée à un déclin cognitif ultérieur ainsi qu’au dépôt de protéines cérébrales nocives liées à la maladie d’Alzheimer.

Les chercheurs estiment que la RNT devrait être étudiée comme facteur de risque de démence, et d’autres outils psychologiques tels que la pleine conscience ou la méditation devraient être étudiés pour déterminer s’ils pourraient réduire le risque de démence.

« La dépression et l’anxiété à mi-vie et la vieillesse sont déjà connues pour être des facteurs de risque de démence. Ici, nous avons constaté que certains modes de pensée impliqués dans la dépression et l’anxiété pourraient être une raison pour laquelle les personnes atteintes de ces troubles sont plus susceptibles de développer une démence », a déclaré la Dr Natalie Marchant, auteure principale de l’étude, de l’UCL Psychiatry. « Pris conjointement avec d’autres études, qui relient la dépression et l’anxiété au risque de démence, nous nous attendons à ce que les schémas de pensée négatifs chroniques sur une longue période puissent augmenter le risque de démence. Nous espérons que nos résultats pourront être utilisés pour développer des stratégies visant à réduire le risque de démence en aidant les individus à réduire leurs schémas de pensée négatifs », a-t-elle ajouté.

À LIRE AUSSI :
L'aspect des chromosomes est bien différent de ce que vous imaginez. De nouvelles images 3D précisent leur structure

Cette étude, menée par l’équipe de recherche de l’UCL, de l’INSERM et de l’Université McGill, soutenue par l’Alzheimer Society, inclut 292 personnes de plus de 55 ans qui faisaient partie de l’étude de cohorte PREVENT-AD ainsi que 68 personnes de la cohorte IMAP+.

La pensée négative répétitive peut accentuer les risques de démence

Sur une période de deux ans, les participants à l’étude ont répondu à des questions sur la façon dont ils gèrent les pensées liées à des expériences négatives, en se concentrant sur des modèles de RNT, comme le fait de ruminer sur des expériences passées ou s’inquiéter de l’avenir. Les participants ont également été analysés pour savoir si ces derniers présentaient des signes de dépression ou d’anxiété.

Leur fonction cognitive a été évaluée, mesurant la mémoire, l’attention, la cognition spatiale et le langage. Certains des participants (113 individus) ont également subi une scintigraphie cérébrale PET, mesurant les dépôts de tau et d’amyloïde, deux protéines qui causent le type de démence le plus courant, la maladie d’Alzheimer, lorsqu’ils s’accumulent dans le cerveau.

Les chercheurs ont constaté que les personnes qui présentaient des profils de RNT plus élevés ont connu un déclin cognitif plus important sur une période de quatre ans et une diminution de la mémoire (faisant partie des premiers signes de la maladie d’Alzheimer), et qu’elles étaient plus susceptibles d’avoir des dépôts amyloïdes et tau dans leur cerveau.

La dépression et l’anxiété ont été associées à un déclin cognitif ultérieur, mais pas à des dépôts amyloïdes ou tau, ce qui suggère que la RNT pourrait être la principale raison pour laquelle la dépression et l’anxiété contribuent au risque de maladie d’Alzheimer. « Nous suggérons que la pensée négative répétitive peut être un nouveau facteur de risque de démence, car elle pourrait contribuer à la démence de manière unique », a déclaré Marchant.

Vous aimerez également : Consommer des flavonoïdes peut vous protéger de la maladie d’Alzheimer

Les chercheurs suggèrent donc que la RNT peut contribuer au risque d’Alzheimer via son impact sur les indicateurs de stress tels que l’hypertension artérielle, car d’autres études ont démontré que le stress physiologique peut contribuer aux dépôts amyloïdes et tau. « Nos pensées peuvent avoir un impact biologique sur notre santé physique, qui peut être positif ou négatif. Les pratiques d’entraînement mental comme la méditation pourraient aider à promouvoir le positif tout en régulant à la baisse les schémas mentaux associés négativement », a expliqué le co-auteur de l’étude, le Dr Gael Chételat de l’INSERM et de l’Université de Caen-Normandie. « Il est important de prendre soin de votre santé mentale, et cela devrait être une priorité majeure de santé publique, car c’est non seulement important pour la santé et le bien-être des gens à court terme, mais peut également avoir un impact sur votre risque éventuel de démence », a-t-il ajouté.

À LIRE AUSSI :
COVID : les eaux usées pourraient dangereusement contaminer les mammifères marins

Comment réduire la RNT ?

À présent, les chercheurs souhaitent découvrir si une réduction de la RNT, éventuellement par le biais d’une formation à la pleine conscience, ou d’une thérapie ciblée, pourrait à son tour réduire le risque de démence. Le Dr Marchant et le Dr Chételat, ainsi que d’autres chercheurs européens, travaillent actuellement sur un grand projet pour voir si des interventions telles que la méditation pourraient aider à réduire le risque de démence en soutenant la santé mentale des personnes âgées.

« Comprendre les facteurs qui peuvent augmenter le risque de démence est essentiel pour nous aider à améliorer nos connaissances concernant cette maladie dévastatrice et, si possible, à développer des stratégies de prévention. Le lien montré entre les schémas de pensée négatifs répétés et le déclin cognitif et les dépôts nocifs sont intéressants, bien que nous ayons besoin de recherches supplémentaires pour mieux comprendre cela. La plupart des personnes dans l’étude étaient déjà identifiées comme étant à risque plus élevé de maladie d’Alzheimer. Nous aurions donc besoin de voir si ces résultats sont répercutés au sein de la population générale et si des pensées négatives répétées augmentent le risque de maladie d’Alzheimer à elles seules », a expliqué Fiona Carragher, directrice de la recherche et de l’influence de l’Alzheimer Society.

Source : Alzheimer & Dementia

Plus d'articles
pourquoi émotions provoquent chair poule couv
Pourquoi les émotions provoquent-elles la chair de poule ?