7.2K Partages

Le peuple mauricien s’unit pour essayer d’empêcher la marée noire qui tourbillonne actuellement au large des côtes (généralement azurées de l’île) de créer une véritable catastrophe écologique, ou du moins de freiner sa propagation et de tenter d’atténuer sa gravité. Et qu’utilisent-ils pour tenter de nettoyer la marée noire ? Des cheveux humains.

Le gouvernement mauricien a déclaré « l’état d’urgence » après qu’un navire japonais ait heurté un récif de corail au large des côtes de l’île, située dans l’océan Indien, et a commencé à déverser du pétrole le 25 juillet 2020. Les experts estiment qu’environ 1000 tonnes de pétrole se sont déjà déversées dans les eaux locales, et bien que le déversement ait officiellement cessé, la course est maintenant lancée pour drainer les quelque 2500 tonnes d’hydrocarbures restants à bord du navire, avant que ce dernier ne se brise en deux.

petrole ile maurice

Le MV Wakashio. Crédits : Greenpeace Africa

petrole ile maurice

Une photographie satellite du MV Wakashio, prise le 7 août 2020. Crédits : Maxar Technologies.

Bien que le gouvernement ait demandé une aide internationale, les habitants ont décidé de prendre les choses en main, en fabriquant leurs propres barrières avec de la paille, des feuilles de canne à sucre, ainsi des cheveux humains fourrés dans des sacs en tissu et des collants.

ile maurice petrole maree noire

Le peuple mauricien s’unit pour fabriquer des barrages flottants remplis d’herbe, de feuilles et de cheveux humains afin de freiner la marée noire. Crédits : Greenpeace Africa

« Les citoyens construisent des kilomètres de barrages flottants pour contenir le déversement et nous les fabriquons avec des feuilles de canne à sucre, mais également avec des cheveux, car ils sont un excellent absorbant pour le pétrole », a expliqué la députée mauricienne Joanna Berenger, qui a coupé ses cheveux pour l’occasion.

En effet, il faut savoir que les cheveux sont en réalité l’outil parfait pour éponger de l’huile dans ce genre de situation. Les cheveux humains sont lipophiles, ce qui signifie qu’ils repoussent l’eau mais s’attachent à tout ce qui est fait d’huile, un aspect important et très utile lorsque l’on souhaite séparer de l’huile et de l’eau.

View this post on Instagram

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

My paradise island home of #mauritius just suffered a dreadful oilspill. This is a disaster for our wildlife & environment, for our fragile natural ecosystems & for our economy which relies on tourism. They're asking for donations of hair to help clean up the oil. There's not much I can do, but I can do this. I love my long hair but hair grows… . @vanilla_village in the West is collecting hair & offering free cuts today. I challenge any #mauricien / #mauricienne to join me. (Esp @barefootleila & @sofgrant !!!) I also heard that you can go lend a hand with cleanup at Pte Desiny. . #savemauritiusreef #wakashio #ilemaurice

A post shared by Kester "Kit" Grant (@kesterkitgrant) on

Selon Berenger, un kilogramme de cheveux peut absorber jusqu’à 8 litres d’huile.

En réalité, les scientifiques préconisent l’utilisation de tapis de poils (humains et animaux) pour absorber les déversements d’hydrocarbures depuis des années déjà. Cela a été testé pour la première fois en 1978, lorsque le pétrolier Amoco Cadiz s’est échoué au large de la Bretagne, en France, déversant environ 220’880 tonnes de pétrole. Aujourd’hui encore, cette marée noire est considéré comme l’une des pires catastrophes écologiques de l’histoire.

petrole ile maurice

Un homme récupère du pétrole qui s’est échappé du navire japonais. Crédits : Jean Aurelio Prudence/L’Express Maurice/AFP/Getty Images

Cette technique a de nouveau été utilisée lors de la marée noire de Taylor, qui a débuté en 2004 dans le golfe du Mexique (à environ 18 kilomètres de la côte de la Louisianne, aux États-Unis) suite à la destruction partielle d’une plate-forme pétrolière lors de l’ouragan Ivan, qui a provoqué des glissements du terrain sous-marin. Cette marée noire se poursuit encore en 2020 et détient par conséquent le record de durée de toutes les marées noires de l’histoire des États-Unis.

À la fin des années 1990, une étude de la NASA a révélé que 11’340 kilogrammes de cheveux pouvaient être suffisants pour absorber plus de 643’520 litres d’huile déversée, et qu’un gallon (3,7 litres) pouvait être absorbé en moins de 2 minutes.

Pas plus tard qu’en juillet 2020, une étude a révélé que les cheveux humains ainsi que les poils de chiens étaient tout aussi efficaces que des tissus synthétiques (comme le polypropylène actuellement utilisé pour les déversements de pétrole) pour absorber le pétrole brut, et bien entendu, plus durables.

Désormais, les habitants sont donc encouragés à se couper les cheveux et à en faire don à la cause, les coiffeurs offrant des coupes de cheveux gratuites à tous ceux qui donnent les leurs.

Merci de déposer vos cheveux et collants à Unicity busness park (bloc 21) à cascavelle pour la fabrication de boudins qui vont absorber l'huile 🙏#mvwakashio

Publiée par Joanna Berenger sur Samedi 8 août 2020

La France, autrefois le dirigeant colonial de l’Île Maurice, s’est également jointe aux efforts « avec l’arrivée prévue de 20 tonnes de cheveux », a déclaré Berenger.

Sur le même thème : Une nouvelle méthode non-polluante permet d’extraire de l’hydrogène à partir de pétrole et de bitume

Il faut savoir que l’Île Maurice est un petit pays qui dépend fortement de son commerce touristique, avec des plages immaculées, des mers et une faune diversifiée. À l’heure actuelle, la marée noire se rapproche du parc marin de Blue Bay et menace déjà les coraux, les poissons et les zones humides locales, qui protègent la nation insulaire de l’élévation du niveau de la mer.

Aussi admirable que soit le fait que les gens soient prêts à aider à freiner le déversement de cette manière, cette propagation d’hydrocarbures est la dernière d’une longue série de déversements d’hydrocarbures de ce type. Les efforts des locaux ne seront malheureusement pas suffisants pour résoudre le problème.

De ce fait, des questions à plus grande échelle devraient être posées, par exemple : pourquoi n’y a-t-il pas une meilleure méthode pour nettoyer les déversements ? Pourquoi les navires subissent-ils encore des déversements d’hydrocarbures ? Et encore : pourquoi sommes-nous toujours si dépendants du pétrole ?

Sources : BBC, Science Direct, MDPI

petrole ile maurice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

7.2K Partages
7.2K Partages
Partager via
Copier le lien