Rare découverte des restes d’un dinosaure conservés avec son dernier repas, un mammifère

microraptor regime diversifie fossile pied mammifere couv
Reconstitution de Microraptor mangeant le pied d'un petit mammifère. | Ralph Attanasia III
⇧ [VIDÉO]   Vous pourriez aussi aimer ce contenu partenaire (après la pub)

Connaître les relations trophiques entre les espèces éteintes est un vrai défi. Les preuves de prédation et de consommation sont rares dans les fossiles. Les espèces consommées ne sont pas préservées de manière optimale et donc difficilement identifiables. Récemment, des chercheurs ont découvert un dinosaure fossilisé avec les restes de son repas, dévoilant un peu plus le régime alimentaire du Microraptor, un petit dinosaure ailé. Cette découverte atteste pour la première fois de sa consommation de mammifères et le place dans la catégorie des carnivores généralistes.

La détermination du régime alimentaire des dinosaures est problématique en raison de la nature souvent rare et non spécifique des données disponibles dans les archives fossiles. En effet, les animaux consommés par les carnivores, partiellement ou totalement, sont susceptibles d’être impliqués dans un processus limitant leur conservation. La consommation implique une phase de mastication et de broyage, puis une phase de digestion rendant difficile l’identification de la proie.

Sans compter qu’à la mort du prédateur, les restes de ce dernier sont soumis aux charognards, détruisant encore un peu plus les éléments distinctifs de la proie. De plus, mettre en évidence une relation proie-prédateur est compliqué, les preuves en attestant étant également rares et subjectives.

:: LE T-SHIRT QUI SOUTIENT LA SCIENCE ! ::
Montrez au monde votre passion pour l'espace et que vous soutenez aussi la lutte contre le réchauffement climatique.

Dans ce contexte, une équipe internationale menée par le Dr David Hone de l’Université Queen Mary de Londres, en collaboration avec le Canada, les États-Unis et la Chine, a découvert un fossile inhabituel d’un Microraptor — un dinosaure ressemblant à un oiseau à quatre ailes — contenant son dernier repas. C’est la première preuve concrète que des dinosaures se nourrissaient de mammifères, selon les chercheurs. Leur découverte est publiée dans la revue Journal of Vertebrate Paleontology.

Un repas passé inaperçu

Le fossile est celui d’un petit dinosaure à plumes appelé Microraptor, qui vivait dans les anciennes forêts de ce qui est aujourd’hui la Chine, au début du Crétacé (il y a environ 120 millions d’années). Microraptor avait à peu près la taille d’un corbeau et avait de longues plumes sur ses bras et ses jambes. Il glissait probablement d’arbre en arbre, chassant de petits animaux. Comme Archæoptéryx, il démontre le très proche lien de parenté entre dinosaures et oiseaux.

Il faut noter que le spécimen a été décrit pour la première fois en 2000. Cependant, ce n’est que récemment, lors d’une visite des collections de musées en Chine, que le professeur de biologie du musée Redpath de l’Université McGill, Hans Larsson, co-auteur de l’étude, a repéré ce que d’autres avaient manqué — les restes d’un autre animal à l’intérieur — le pied d’un ancien mammifère conservé entre les côtes. Sur les centaines de squelettes de dinosaures carnivores, seuls 20 cas sont recensés comme contenant leurs derniers repas.

H. Larsson déclare dans un communiqué : « Au début, je n’y croyais pas. Il y avait un minuscule pied de mammifère ressemblant à un rongeur d’environ un centimètre de long parfaitement conservé à l’intérieur d’un squelette de Microraptor. Ces découvertes sont la seule preuve solide que nous ayons de la consommation alimentaire de ces animaux disparus depuis longtemps — et elles sont exceptionnellement rares ».

Microraptor, mangeur de mammifères, mais pas seulement

Il faut savoir que les chercheurs s’attendent à ce que les taxons plus petits, en particulier ceux qui pèsent moins de 10 kg, aient un régime alimentaire plus diversifié en matière d’espèces de proies que celui des taxons carnivores plus gros, bien que plus restreint au niveau de la taille des proies. Ceci est lié au fait que la diversité des espèces est la plus grande à des tailles corporelles plus petites et que plus d’espèces de proies potentielles devraient donc être disponibles pour un petit prédateur.

Dans cette nouvelle découverte, le pied de mammifère est presque complet et appartenait à un très petit animal, de la taille d’une souris moderne. Ce mammifère correspond à la gamme de taille de proie typique prévue pour un prédateur de la taille du Microraptor. L’analyse des os suggère que cet animal vivait principalement au sol et n’était pas un bon grimpeur, ce qui en fait une option intéressante pour le microraptor, qui passait probablement la majorité de son temps dans les arbres.

fossile pied mammifere
A. Fossile entier de microraptor. L’encadré jaune montre l’emplacement du pied de mammifère. B. Détails du pied de mammifère fossilisé. C. Illustration des os visibles : les éléments gris foncé sont les côtes du microraptor, les os jaunes sont le pied articulé du mammifère et les éléments gris clair sont des os non identifiés. © D. Hone et al., 2022 (modifié par Laurie Henry pour Trust My Science)

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

De fait, cette preuve de consommation de mammifères induit que Microraptor avait bien un régime alimentaire diversifié et n’était pas un spécialiste d’une proie particulière. Néanmoins, il n’est pas certain que ces dinosaures ont directement chassé et mangé ces animaux, ou qu’ils les ont trouvés déjà morts et les ont récupérés (ou les deux). Des études antérieures ont révélé d’autres spécimens de Microraptors contenant respectivement un oiseau, un lézard et un poisson. H. Larsson explique : « Cette découverte ajoute un petit mammifère à leur régime alimentaire, suggérant que ces dinosaures étaient des opportunistes et non des mangeurs difficiles ».

microraptor mammifere
Illustration d’un microraptor avec sa proie. © Hans Larsson

Selon l’équipe de chercheurs, cela pourrait être la première preuve d’un carnivore généraliste dans les écosystèmes de dinosaures. Les prédateurs généralistes sont des stabilisateurs importants dans les écosystèmes d’aujourd’hui, comme les renards et les corbeaux, car ils peuvent se nourrir de plusieurs espèces, qui peuvent avoir des abondances de population différentes.

H. Larsson conclut : « Savoir que Microraptor était un carnivore généraliste donne une nouvelle perspective sur le fonctionnement des écosystèmes anciens et un aperçu possible du succès de ces petits dinosaures à plumes ».

Source : Journal of Vertebrate Paleontology

Laisser un commentaire