La vaccination contre la COVID-19 entraîne des modifications des saignements menstruels chez de nombreuses femmes

modifications saignements menstruels vaccination covid
| Freepik.com
⇧ [VIDÉO]   Vous pourriez aussi aimer ce contenu partenaire (après la pub)

Au début de l’année 2021, plusieurs femmes ont rapporté des saignements menstruels inattendus après la vaccination contre le SARS-CoV-2. Cet effet secondaire a été largement sous-estimé, et des études se penchent désormais sur un éventuel lien de cause à effet. Sans pouvoir le prouver, une nouvelle analyse rapporte des changements menstruels ressentis par 42% des participantes d’un échantillon de 39 000 personnes.

« Les femmes menstruées et anciennement menstruées ont commencé à partager qu’elles ont eu des saignements inattendus après avoir reçu le vaccin COVID-19 au début de 2021 », écrivent les auteurs de l’étude la plus complète à ce jour sur les changements menstruels rapportés par des personnes au cours des deux premières semaines après avoir reçu le vaccin.

Comme les essais cliniques des vaccins ne posent généralement pas de questions sur les cycles menstruels ou les saignements, cet effet secondaire a donc été largement ignoré ou écarté. De plus, la surveillance des évènements indésirables majeurs s’arrête après 7 jours. Par conséquent, les fabricants n’avaient aucun moyen de déterminer dans quelle mesure cette observation était une coïncidence ou un effet secondaire potentiel des vaccins.

Pourtant, d’autres vaccins — notamment ceux contre la typhoïde, l’hépatite B et le papillomavirus — sont parfois associés à des changements dans les menstruations. Dans ce contexte, deux chercheuses se sont penchées sur ce lien post-vaccination COVID-19 : Kathryn Clancy, écologiste de la reproduction humaine et professeure agrégée d’anthropologie à l’université de l’Illinois, et Katharine Lee, anthropologue biologique.

À LIRE AUSSI :
Diabète : des chercheurs parviennent à rétablir la production d'insuline avec un médicament existant

Une enquête autodéclarative en ligne sur 39 000 personnes

Aujourd’hui, comme 66% de la population mondiale a reçu au moins une dose de vaccin, il est nettement plus facile de recueillir des données qui n’ont pas été évaluées lors des essais cliniques, comme les effets secondaires. Clancy et ses collègues ont lancé en avril 2021 une grande enquête en ligne, qui se focalisait sur les antécédents reproductifs des répondantes et leurs expériences sur les saignements menstruels.

Pour ne pas fausser les données, les personnes ayant reçu un diagnostic de COVID-19 — parfois associé à des modifications du cycle menstruel — et celles âgées de 45 à 55 ans — qui pourraient présenter des changements menstruels liés à la périménopause — ont été exclues. 39 129 participantes ont ainsi été intégrés dans l’étude.

« Nous avons concentré notre analyse sur les personnes qui ont des menstruations régulières et celles qui n’ont pas de menstruations actuellement, mais qui en ont eu dans le passé », a déclaré dans un communiqué Clancy. « Ce dernier groupe comprenait les personnes ménopausées et celles sous traitement hormonal supprimant les menstruations, pour lesquelles les saignements sont particulièrement surprenants ».

Les résultats de l’enquête ont montré que 42% des personnes ayant des cycles menstruels réguliers ont eu des saignements plus abondants que d’habitude, tandis que 44% n’ont signalé aucun changement après avoir été vaccinées. « Nous avons constaté que l’augmentation des saignements était significativement associée à l’âge, aux effets secondaires systémiques du vaccin (fièvre et/ou fatigue), aux antécédents de grossesse ou d’accouchement et à l’origine ethnique », précisent les auteurs.

À LIRE AUSSI :
Faut-il craindre le virus Langya apparu récemment en Chine ?

Comment expliquer de tels changements du cycle menstruel ?

Si le mécanisme biologique à l’origine de ces modifications du cycle menstruel n’a pas encore été clairement identifié, plusieurs hypothèses sont citées dans l’étude. L’une d’elles explique que lorsque le système immunitaire est activé par un vaccin (par exemple), la réponse de l’organisme a un impact sur les voies inflammatoires et sur l’utérus. Il est possible que, chez certaines personnes, de tels effets aient une influence sur les interactions chimiques complexes qui régulent les cycles menstruels.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Les chercheurs estiment que les personnes les plus vulnérables à une telle perturbation seraient celles dont l’utérus a subi des cycles considérables de réparation et de cicatrisation, comme les personnes qui ont eu beaucoup de règles (plus âgées), qui ont été enceintes ou qui ont eu des enfants, ou encore les participantes qui peuvent souffrir de troubles tels que l’endométriose ou les fibromes.

Malgré tout, il existe un certain biais de sélection à l’étude, car les personnes ayant présenté des symptômes ont certainement été plus susceptibles d’y participer. En outre, la causalité entre la vaccination COVID-19 et les modifications du cycle menstruel ne peut pas être prouvée, car une méthodologie autodéclarative (source d’erreurs) a été choisie.

Une deuxième enquête déjà envoyée aux participantes de la première permettra d’en savoir plus sur le nombre de cycles perturbés, parmi celles qui ont connu des changements.

À LIRE AUSSI :
Premier essai clinique à grande échelle d’un vaccin contre la maladie de Lyme
Source : Science Advances

Laisser un commentaire
Cliquez pour accéder à d'autres articles sur ce sujet.