Se termine dans
00 Days
00 Hrs
00 Mins
00 Secs
Expiré
BLACK WEEK : -50% sur l'abonnement Premium ! [+ supprimez la pub]
OK, JE SUPPRIME LES PUBS !

Des momies découvertes il y a 400 ans livrent enfin leurs secrets grâce à la tomodensitométrie

momie avec portraits
Gros plan des portraits présentés sur les linceuls. | S. Zesch et al.

Des scientifiques ont récemment analysé les restes de momies découvertes en 1615 par tomodensitométrie (une technique d’imagerie par rayons X). Ces momies trouvées en Égypte, sur le site de Saqqarah, sont uniques en leur genre : elles n’ont pas été enterrées dans des cercueils, mais simplement placées sur une planche, enveloppées d’un linceul et recouvertes de stuc (un enduit à base de chaux).

Les momies étaient recouvertes d’un plâtre, enveloppées d’un magnifique linceul finement décoré, notamment avec de l’or, et arborant un portrait du corps entier. Pour Stephanie Zesch, anthropologue et égyptologue du German Mummy Project au Reiss-Engelhorn-Museen de Mannheim, ces momies représentent une découverte exceptionnelle.

Premiers exemplaires connus de momies avec portrait

L’étude concerne trois momies extraites du site de l’ancienne nécropole de Saqqarah, au début du 17e siècle et à la fin du 19e siècle. Il s’agit d’un homme, d’une femme et d’une jeune fille, datant de la fin de la période romaine (de 30 av. J.-C. à 395 apr. J.-C.). L’une de ces momies — celle de l’adolescente — se trouve actuellement exposée au Musée des antiquités égyptiennes, au Caire.

L’analyse par tomodensitométrie de ces trois « spécimens » a notamment révélé qu’au moins l’une de ces momies a été enterrée avec des organes (dont le cerveau) et que les deux femmes ont été enterrées avec de beaux colliers. Plusieurs problèmes de santé ont par ailleurs été mis en évidence par cet examen ; la femme souffrait d’arthrite. « L’examen des individus a révélé qu’ils sont morts à un âge plutôt jeune… Cependant, la cause de leur décès n’a pas pu être déterminée », précise Stephanie Zesch.

À LIRE AUSSI :
Il y avait pratiquement autant de chasseuses que de chasseurs dans les Amériques durant le pléistocène
scan momies colliers
L’analyse par tomodensitométrie a mis en évidence les perles du collier que portait l’une des femmes autour du cou. Crédits : S. Zesch et al.

Les scans ont également montré que ces trois personnes ont été enterrées avec des artefacts a priori jugés utiles dans l’au-delà ; les chercheurs ont ainsi identifié des pièces de monnaie, probablement destinées à payer Charon, qui dans la mythologie grecque, est chargé de conduire les âmes des défunts à travers le fleuve Styx contre une obole.

objets monnaie momies
(A) Deux objets circulaires trouvés dans la momie de la femme pourraient être des pièces de monnaie ou des médaillons, tandis que deux clous (flèche) étaient situés près de son ventre. (B) La planche de bois qui se trouvait derrière le corps était intacte. Crédits : S. Zesch et al.

À savoir que depuis leur découverte, ces momies ont beaucoup voyagé. En 1615, Pietro Della Valle (1586−1652), un compositeur et explorateur italien, fit un pèlerinage en Terre Sainte et finit par voyager à travers l’Égypte. C’est là qu’il apprend l’existence de deux momies avec portraits, enveloppées de stuc, un homme et une femme, découvertes par des habitants de Saqqarah. Della Valle a alors acquis ces momies, puis les a rapportées à Rome ; elles représentent ainsi les « premiers exemples de momies avec portrait à être connues en Europe », expliquent les chercheurs dans leur article.

Après être passées dans les mains de plusieurs propriétaires, les momies se sont retrouvées dans les Collections d’État de Dresde, en Allemagne, où elles ont été radiographiées à la fin des années 1980. Néanmoins, la tomodensitométrie a permis de révéler beaucoup plus de détails qu’à l’époque. Les experts ont ainsi déterminé que l’homme était décédé entre 25 et 30 ans. Il mesurait environ 164 cm et possédait deux dents permanentes non éruptées et plusieurs caries. Certains de ses os étaient cassés et confus, « probablement parce que quelqu’un l’a déballé peu de temps après la découverte de la momie », supposent les auteurs de l’étude. La planche de bois sur laquelle il reposait était également brisée en plusieurs endroits. Les deux objets métalliques détectés grâce aux scans pourraient, quant à eux, correspondre aux sceaux de l’atelier de momification qui s’est occupé du corps.

À LIRE AUSSI :
Découverte d'un ancien fossile de rorqual renfermant des indices sur le changement climatique
momie homme os brisés
(A) Les os de la partie supérieure de la momie de l’homme étaient brisés et formaient un ensemble confus. (B) La planche de bois était brisée en plusieurs endroits. Les objets métalliques indiqués en (A) correspondent vraisemblablement aux sceaux de l’atelier d’embaumement. Crédits : S. Zesch et al.

Une technique d’embaumement atypique

Par ailleurs, les chercheurs soulignent que bien que le cerveau de l’homme n’ait pas été préservé, rien ne prouve qu’il ait été retiré par le nez — l’excérébration était une pratique courante lors de la momification dans l’Égypte antique. En outre, il semble que les substances d’embaumement habituelles n’aient pas été utilisées ; le corps a simplement été enveloppé et peint.

Le cerveau de la femme n’a pas été préservé non plus, mais celui de l’adolescente, de même que ses autres organes internes étaient présents. Le cerveau et le tronc cérébral avaient certes rétréci, mais demeuraient identifiables. « Nous sommes tout à fait sûrs qu’il n’y a pas eu de prélèvement du cerveau ou des organes internes. Il est très probable que ces momies n’aient été préservées que grâce à une sorte de déshydratation causée par l’utilisation d’un mélange de dessiccation, mais il n’y a pas une énorme quantité de liquides d’embaumement », précise la spécialiste.

cerveau momie adolescente
Bien que rétréci, le cerveau de la momie de l’adolescente a été relativement bien préservé et reste clairement identifiable sur les scans. Crédits : S. Zesch et al.

La femme, décédée entre 30 et 40 ans, mesurait environ 151 cm. Elle souffrait apparemment d’arthrite avancée au niveau du genou gauche. L’adolescente, qui portait une épingle à cheveux, selon le scanner, est décédée à l’âge de 17-19 ans environ et mesurait près de 156 cm. Elle présentait une tumeur bénigne au niveau de la colonne vertébrale, connue sous le nom d’hémangiome vertébral ; cette pathologie est toutefois plus fréquente chez les personnes de plus de 40 ans, ont déclaré les chercheurs.

tumeur vertèbres momie adolescente
Identification d’une tumeur au niveau de la colonne vertébrale de la jeune fille. Crédits : S. Zesch et al.

Les deux momies féminines ont été enterrées avec plusieurs colliers, une découverte qui ne surprend pas vraiment Zesch : « En raison de ces linceuls très précieux, nous sommes sûrs que ces individus devaient appartenir à la classe socio-économique supérieure, ce qui signifie qu’ils auraient pu facilement se payer des bijoux ». Outre plusieurs données d’ordre bioanthropologique, cette enquête a donc permis d’obtenir de nombreuses informations sur la préparation à l’inhumation d’individus de haute classe sociale, à la fin de la période romaine.

Source : PLOS One, S. Zesch et al.

Plus d'articles
arbre canada chene rouge
Au Canada, des gens luttent pour sauver un arbre majestueux plus vieux que le Canada