La NASA et Google ont annoncé hier, jeudi 14 décembre 2017, une « découverte majeure » lors d’une conférence conjointe : un autre système planétaire possédant 8 planètes.

Cette découverte est due à une autre découverte : celle d’une nouvelle planète, Kepler-90i, un orbe rocheux et chaud tournant autour d’une étoile semblable au Soleil, appelée Kepler-90, qui se trouve à 2545 années-lumière de la Terre. La planète a été découverte à l’aide d’un système d’apprentissage automatique de Google, qui a été appliqué aux données du télescope spatial Kepler de la NASA.

La planète Kepler-90i semble être la troisième planète de l’étoile semblable au Soleil, elle est environ 30% plus grande que la Terre et effectue une orbite en approximativement 14 jours autour de cette dernière. La température à la surface de Kepler-90i avoisine très probablement les 980 degrés Celsius. « Kepler-90i n’est pas un endroit que j’aimerais visiter », a déclaré Andrew Vanderburg, un astronome de l’Université du Texas à Austin, qui a contribué à la découverte de la planète.

système stellaire intelligence artificielle google ia nasa kepler telescope spatial planetes kepler90

Avec la découverte d’une huitième planète, le système planétaire Kepler-90 est le premier a être autant similaire au nôtre. Crédits : NASA/Wendy Stenzel

Les astronomes connaissaient déjà le système solaire Kepler-90, mais n’avaient encore jamais détecté cette planète auparavant. « Le système Kepler-90 est comme une version miniature de notre système solaire : des petites planètes sur les orbites intérieures, et des planètes géantes sur les orbites extérieures, mais de manière très compacte », a expliqué Vanderburg.

Vanderburg a été aidé dans ce travail par l’ingénieur logiciel de Google, Christopher Shallue. « La manière dont je vois cela, ce que nous avons développé ici, est un outil pour aider les astronomes à avoir plus d’impact », a déclaré Shallue. Vanderburg et Shallue ont également découvert une deuxième nouvelle planète, appelée Kepler 80g.

Pour détecter ces deux nouveaux mondes, l’apprentissage automatique de Google a appris à identifier les signaux des exoplanètes enregistrées dans les données de Kepler. « La découverte a été faite grâce aux algorithmes de machine learning de Google », indique le communiqué de presse de la NASA.

L’apprentissage automatique de Google a ainsi traité 14 milliards de points de données à partir de quatre années d’images capturées par le télescope spatial Kepler, en utilisant ce qu’on appelle un réseau de neurones convolutif, qui imite en quelque sorte la manière dont le cerveau humain traite les informations.

La NASA et Google ont annoncé que cette nouvelle technologie aidera les scientifiques à découvrir beaucoup plus d’exoplanètes dans le futur. En réalité, Vanderburg croit que le système solaire Kepler-90 possède probablement encore plus de planètes, mais que nous ne les avons pas encore détectées : « Ce serait presque surprenant pour moi s’il n’y en avait pas plus », a-t-il dit. « Un système solaire de huit planètes comme le nôtre est-il vraiment extraordinaire ? Peut-être y a-t-il des systèmes avec bien plus de planètes encore, qui rendent notre système solaire ordinaire », a-t-il ajouté.

Avant cette analyse, le dernier examen des données de Kepler par la NASA a confirmé la découverte de 219 nouveaux mondes, parmi plus de 4000 candidats potentiels que Kepler avait présentés. Le total actuel des exoplanètes confirmées par la NASA est maintenant de 2525. Et 10 d’entre elles pourraient bien être rocheuses, de la taille de la Terre et possiblement habitables pour des formes de vies extraterrestres.

Quant à ceux qui se demandent si le système d’intelligence artificielle de Google pourrait rendre les astronomes obsolètes, la NASA affirme qu’il ne faut pas s’inquiéter. Jessie Dotson, un scientifique du projet Kepler au Centre de recherche Ames de la NASA, a expliqué que les astronomes seront toujours nécessaires pour classer les objets avant de les transmettre à un réseau de neurones, afin que l’IA puisse apprendre comment traiter ces nouvelles données. « Cela fonctionnera aux côtés des astronomes », a déclaré Dotson.

VIDÉO : L’intelligence artificielle de Google et les données de la NASA ont permis de découvrir une huitième planète orbitant une étoile distante

Source : NASA

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies

La publicité étant notre principale source de revenu (sans elle, nous n'existerions pas), nous utilisons des cookies afin de l'adapter. Ces derniers nous permettent également de faire des analyses statistiques (anonymes) dans le but d'améliorer notre site. Les cookies servent également à conserver vos préférences si vous êtes logués. Ainsi, nous vous garantissons une meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez nos modalités relatives aux cookies.