Même s’il est étudié depuis plusieurs siècles, le corps humain continue de révéler des surprises aux scientifiques. Après la découverte récente d’un nouvel organe et d’une nouvelle structure cérébrale, c’est au tour d’une nouvelle source de cellules sanguines d’être mise en évidence. Il s’agit de l’intestin. Et le chimérisme sanguin qui résulte de la greffe d’intestin chez le receveur pourrait considérablement améliorer les taux de succès de ce type de greffe.

Au cours des deux dernières années, les chercheurs ont commencé à remarquer que les patients recevant des fragments d’intestin de donneurs présentaient ce que l’on appelle un chimérisme sanguin. Cela signifie non seulement qu’ils fabriquent leurs propres cellules sanguines, mais qu’ils possèdent également des cellules sanguines appartenant à leur donneur.

Cela pourrait être attendu de tout organe greffé, au moins dans une certaine mesure. Mais ces cellules sanguines de donneur restent un certain temps, ce qui au premier abord semblait plutôt étrange. Les scientifiques ont longtemps pensé que le seul endroit où les humains adultes fabriquent de nouvelles cellules sanguines se trouvait dans la moelle osseuse.

L’intestin : une source inattendue de cellules sanguines

Mais cette découverte suggère que notre intestin contient également un tissu hématopoïétique capable de produire un flux de globules rouges et blancs dans notre système circulatoire. Bien que la contribution de ce « sang intestinal » à la quantité de sang totale soit encore inconnue, il pourrait représenter jusqu’à 10% des réserves de notre corps.

Pour voir ce qu’il advient de ces cellules étrangères à long terme, les chercheurs ayant découvert cette source secondaire ont suivi 21 greffés intestinaux pendant cinq ans. Ils ont non seulement trouvé des cellules souches et progénitrices hématopoïétiques étrangères (HSPC) dans la muqueuse de l’intestin donné, mais les ont également identifiées dans une section de l’intestin grêle, du foie et des ganglions lymphatiques. De plus, au fil du temps, ces cellules ont été progressivement remplacées par les propres tissus sanguins du receveur.

intestin cellules donneur receveur

En examinant des patients ayant subi une greffe de l’intestin, les chercheurs ont découvert des cellules hématopoïétiques progénitrices et d’autres cellules sanguines dans l’intestin des donneurs, progressivement remplacées par celles du receveur. Crédits : Jianing Fu et al. 2018

À première vue, cela devrait être un sérieux sujet de préoccupation. Les globules blancs sont l’infanterie du système immunitaire du corps, attaquant les envahisseurs étrangers à vue. L’organe donné est perçu comme un corps étranger par l’organisme receveur. C’est pourquoi de puissants médicaments anti-rejet sont nécessaires pour atténuer la réponse immunitaire, de peur que l’organe ne soit détruit.

Sur le même sujet : Des bactéries intestinales révèlent comment convertir le sang des donneurs en sang universel

Il va de soi que les globules blancs fabriqués par l’intestin greffé devraient également percevoir les tissus du receveur comme étrangers, les obligeant à attaquer leur corps en retour dans ce qu’on appelle la maladie du greffon contre l’hôte. C’est pourquoi même des dons de moelle osseuse correctement compatibles présentent un risque de rejet.

Greffe d’intestin : entre receveur et donneur, les cellules coopèrent

Pourtant, le problème ne s’est pas montré aussi grave que prévu par les chercheurs. En réalité, les différentes lignées de globules blancs ont révélé une sorte de coopération cellulaire. Les résultats de la découverte ont été publiés dans la revue Cell Stem Cell.

« Nous montrons clairement qu’il existe un dialogue immunologique entre les deux ensembles de cellules sanguines, qui protègent le greffon du système immunitaire du patient, et protège le patient de la greffe » déclare Megan Sykes, directrice de recherche au Columbia Center for Translational Immunology.

Les CPSH du donneur étaient apparemment formés dans le nouvel organe pour reconnaître leur nouveau domicile en tant que « soi », même s’ils ont été remplacés lentement. En se basant sur des recherches antérieures, cette entente entre globules blancs pourrait être à l’origine d’un avantage surprenant pour le chimérisme sanguin.

Les allogreffes intestinales ont un taux d’échec élevé, d’environ 50% au cours des cinq premières années. Compte tenu de la charge élevée de tissu lymphatique dans l’allogreffe, entre 5 et 9% des patients contractent la maladie du greffon contre l’hôte. Pourtant, dans une étude antérieure portant sur neuf receveurs de deux types différents de greffe intestinale, quatre patients présentant un rejet précoce modéré à grave montraient également des taux de cellules sanguines du donneur beaucoup plus faibles.

Certes, la taille de l’échantillon n’était pas extrêmement grande, mais le nombre de cas en faveur de dons de CSPH dans l’intestin diminue, ce qui réduit le risque de rejet. En savoir plus sur ce processus pourrait être une voie très prometteuse pour augmenter les taux de succès des greffes futures.

« Il est possible que les patients présentant un nombre élevé de cellules de donneur ne nécessitent pas autant d’immunosuppression que les protocoles actuels, et la réduction de l’immunosuppression pourrait améliorer les résultats » explique Sykes.

Les personnes souffrant de maladies intestinales graves telles que la maladie de Crohn peuvent bénéficier de la greffe de sections d’intestins. Considérant ces nouvelle données, il est donc possible d’améliorer les taux de succès de la greffe et diminuer les risques de rejet grâce à l’apport étranger de nouvelles cellules sanguines.

Sources : Cell Stem Cell

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.