Réduire notre consommation, réutiliser les objets et recycler ce qui peut l’être, n’est malheureusement pas suffisant pour sauver la planète des déchets plastiques. En ce qui les concerne, nous ne disposons toujours pas de moyens efficaces pour nous en débarrasser, et ces derniers ne font que s’accumuler.

Mais aujourd’hui, et grâce aux efforts des scientifiques, il existe une nouvelle technique permettant de transformer le polypropylène en carburant. Bien qu’il ne s’agisse peut-être pas de la solution ultime concernant les déchets plastiques, transformer ces derniers en carburant pourrait s’avérer très judicieux pour la planète ainsi que pour l’économie mondiale.

Des chimistes de l’Université Purdue aux États-Unis ont mis au point un moyen astucieux de liquéfier les polymères, qui représentent un quart (soit 25%) des déchets plastiques à travers le monde. « Notre technologie de conversion a le potentiel d’augmenter les bénéfices de l’industrie du recyclage et de réduire le stock mondial de déchets plastiques », a déclaré Linda Wang, ingénieure chimiste.

La technique des chercheurs repose sur une caractéristique étrange de l’eau. En effet, lorsque l’eau est pressée et chauffée en même temps, elle peut se comporter comme si elle était à la fois liquide et gazeuse. Cet état « supercritique » peut être atteint lorsque l’eau est chauffée à juste un peu moins de 500 degrés Celsius durant quelques heures, tout en appliquant environ 23 mégapascals (un peu plus de 225 atmosphères) de pression.

pollution plastique dechets eau oceans planete environnement transformation polymeres carburant fossile

Un poussin d’albatros est assis sur une plage de sable blanc (dans le refuge faunique de Midway Atoll), ravagée par les déchets plastiques. À savoir que cette zone n’est pas habitée par des humains. Un nouveau processus de conversion chimique mis au point par des chercheurs de l’Université Purdue pourrait transformer les déchets de polyoléfine, une forme de plastique, en produits plus utiles, ainsi qu’en carburant. Crédits : NOAA photo

Ensuite, sous cette forme, l’eau peut agir comme un mélange de solvant et de catalyseur pour littéralement réorganiser la composition moléculaire du polymère du plastique, en le transformant en un fluide possédant une chaîne d’hydrocarbure de longueur moyenne. Ce fluide, appelé naphta, est transparent et est issu de la distillation du pétrole. Ce processus, connu sous le nom de liquéfaction hydrothermale, a été utilisé pour toute une variété d’autres procédés, notamment pour la valorisation du pétrole brut lourd et l’élimination des contaminants du pétrole.

Par le passé, des scientifiques avaient déjà essayé d’appliquer ce processus au polyéthylène, mais tous les résultats étaient décevants. C’est pour cette raison que Wang et son équipe ont souhaité tenter leur chance, dans le but d’avoir des résultats concluants.

Grâce à leur technique, l’équipe a pu convertir plus de 90% de la masse de polypropylène en produits tels que le naphta, pouvant être utilisés comme carburants. De plus, les analyses de suivi ont suggéré que ce processus était potentiellement plus économique en énergie et plus respectueux de l’environnement que l’incinération, voire même le traitement de certains déchets recyclables.

pollution plastique dechets eau oceans planete environnement transformation polymeres carburant fossile

Des bouteilles et de nombreux autres déchets de plastique ont échoué le long d’une plage. Crédits : Stock photo

Bien entendu, transformer les déchets plastiques en combustible fossile pourrait bien ne pas plaire à tout le monde, mais l’envie d’avoir un carburant bon marché pourrait bien mettre un prix sur les matières plastiques indésirables qui risquent autrement de se retrouver dans la nature…

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

« Notre stratégie consiste à produire une force motrice pour le recyclage en convertissant les déchets de polyoléfine en une large gamme de produits de valeur, notamment des polymères, du naphta (un mélange d’hydrocarbures) ou des carburants propres », a déclaré Wang.

Il faut savoir qu’à l’heure actuelle, moins de 20% des produits en plastique sont retournés pour être convertis en de nouveaux produits. Un peu plus de 20% supplémentaires sont incinérés, ce qui pourrait aider à garder les microplastiques hors des océans, mais ce n’est pas non plus une solution optimale quant aux émissions des incinérations. « Éliminer des déchets en plastique, qu’ils soient recyclés ou jetés, ne signifie pas la fin du problème… Ces plastiques se dégradent lentement et libèrent des substances chimiques ainsi que des microplastiques toxiques dans la terre et dans l’eau. C’est une catastrophe, car une fois que ces polluants se retrouvent dans les océans, il est impossible de les récupérer complètement », explique Wang.

Vous aimerez également : Une contamination microplastique a été découverte dans une source commune d’eau souterraine

Selon les chercheurs, le fait de convertir les déchets plastiques en produits économiquement plus intéressants et ne posant pas autant de problèmes environnementaux, pourrait être un bon moyen de nourrir l’industrie du recyclage, bien que ces produits terminent tout de même sous forme de CO2. Il s’agirait donc d’une sorte de solution incomplète quant à ce problème. Pour certains, cette option peut sembler n’être que le remplacement d’un problème par un autre, mais il ne faut pas oublier que les déchets plastiques en décharge contribuent déjà en partie aux polluants de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

pollution plastique dechets eau oceans planete environnement transformation polymeres carburant fossile

Un processus de conversion chimique mis au point à l’Université Purdue par Linda Wang. En utilisant la distillation, cette huile est séparée en un carburant de type essence dans la bouteille, et en un carburant de type diesel (non représenté ici). Crédits : Purdue Research Foundation image/Vincent Walter

En tant que source concentrée de carburant, les scientifiques suggèrent que nous pourrions même arriver à gérer et capturer les émissions nocives, voire même peut-être à les retransformer en plastique à nouveau. Bien évidemment, la solution ultime serait de renoncer totalement à notre dépendance aux plastiques, en refusant d’en utiliser davantage (et en réutilisant ceux que nous possédons déjà). Ou encore, en remplaçant ces produits plastiques par des alternatives écologiquement viables.

Cependant, il reste toujours un énorme problème à résoudre quant aux déchets plastiques polluant la planète de manière conséquente. De plus, la quantité de déchets ne fait qu’augmenter depuis les dernières décennies. Le fait de transformer une partie des déchets plastiques en carburant n’est clairement pas la solution parfaite qui résoudra tous nos problèmes, cependant, cette option pourrait bien nous mener à l’élaboration de nouvelles solutions, qui pourraient être encore meilleures pour la planète, et l’avenir de l’humanité.

VIDÉO : Conversion chimique des déchets plastiques en carburant

Source : ACS Sustainable Chemistry and Engineering

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.