907 Partages

Comme beaucoup d’objets peuplant le cosmos, les galaxies sont également capables de fusionner entre elles. De tels événements sont primordiaux car ils façonnent l’histoire et l’évolution des galaxies, et offrent ainsi aux scientifiques des informations cruciales pour mieux contraindre les modèles théoriques actuels. Récemment, des astrophysiciens utilisant le radiotélescope ALMA ont pu détecter la fusion galactique connue la plus ancienne de l’univers observable.

Les fusions de galaxies ne sont pas particulièrement rares, mais ce sont des événements importants. Non seulement pour les galaxies impliquées, mais aussi pour les scientifiques qui tentent de comprendre comment elles évoluent. Une équipe d’astronomes utilisant le radiotélescope ALMA a mis en évidence la fusion de galaxies la plus précoce jamais détectée.

La paire de galaxies en question s’appelle B14-65666 et se trouve à 13 milliards d’années-lumière, dans la constellation du Sextant. Ce n’est pas la première fois que cet objet est détecté. Auparavant, Hubble avait repéré l’objet, mais il lui apparaissait comme deux objets distincts, probablement deux amas d’étoiles. Mais l’équipe utilisant ALMA, peut-être le radiotélescope le plus sensible au monde, a montré qu’il s’agissait bien de deux galaxies qui fusionnaient il y a 13 milliards d’années.

Des signatures chimiques révélatrices d’une fusion galactique

Les résultats de ces nouvelles observations sont publiés dans la revue Publications of the Astronomical Society of Japan. Lorsque Hubble a examiné l’objet, il s’est limité au spectre ultraviolet. Avec cette restriction, l’objet semblait être deux amas d’étoiles, l’un au nord-est et l’autre au sud-ouest. Mais lorsque Takuya Hashimoto, de l’université de Waseda (Japon) et son équipe ont utilisé le pouvoir d’Alma pour étudier l’objet, ils ont vu autre chose : les signatures révélatrices d’éléments chimiques particuliers.

ALMA a pu détecter les émissions radio du carbone, d’oxygène et de poussière dans l’objet. La détection de ces trois signaux a été la clé pour déterminer la nature de l’objet. L’analyse a montré que l’objet avait bien deux parties, tout comme l’avait vu Hubble. Mais les signaux du carbone, de l’oxygène et de la poussière ont ajouté un nouvel ensemble d’informations. Il en ressort que, si les deux structures sont distinctes, elles forment un seul et même système. Chaque structure se déplace à une vitesse différente, ce qui montre qu’il s’agit de deux galaxies qui fusionnent.

signatures elements chimiques

Les signatures caractéristiques du carbone (haut) et de l’oxygène (bas) détectées par ALMA dans le domaine radio, montrent deux structures distinctes mais bien reliées entre elles par un événement de fusion. Crédits : Takuya Hashimoto et al. 2019

« Avec les données d’ALMA et de l’HST, combinées à une analyse de données avancée, nous pouvions rassembler les éléments pour montrer que B14-65666 est une paire de galaxies en fusion au tout début de l’Univers » explique Hashimoto. « La détection des ondes radioélectriques de trois composants dans un objet aussi éloigné démontre la grande capacité d’ALMA à explorer l’univers lointain ».

Une fusion à l’origine d’un sursaut de formation stellaire

Selon l’étude, l’objet est maintenant le plus ancien exemple connu d’une fusion de galaxies. Les chercheurs ont également estimé que la masse stellaire totale de B14-65666 représentait moins de 10% de la masse de la Voie lactée. Cela signifie que l’objet en est aux premiers stades de son évolution.

Même si l’objet est jeune, il est beaucoup plus actif en matière de production d’étoiles que notre propre galaxie. Les observations d’ALMA ont détecté des températures élevées et une brillance accrue de la poussière. Les auteurs suggèrent que cela est probablement dû au rayonnement ultraviolet très puissant produit par la formation d’étoiles actives.

Cette formation d’étoiles active est une autre indication de la fusion de galaxies, car les galaxies en collision subissent beaucoup de compression de gaz, ce qui déclenche des sursauts de formation d’étoiles.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.
fusion galaxies hubble alma

Image composite de l’objet B14-65666. La poussière apparaît en rouge, l’oxygène en vert et le carbone en bleu. Les zones blanches sont les régions stellaires telles qu’observées par le télescope Hubble. L’intense rayonnement UV émis par ces régions prouve que la formation d’étoiles y est très active. Crédits : ALMA/ESO/NAOJ/NRAO), NASA/ESA/Hubble/ Hashimoto et al. 2019

Sur le même sujet : La NASA a publié une nouvelle image époustouflante montrant deux galaxies en collision, prise par Hubble

« Nous affirmons que B14-65666 est une galaxie à sursaut stellaire induite par une fusion majeure. Notre prochaine étape consiste à rechercher l’azote, un autre élément chimique majeur, et même la molécule de monoxyde de carbone. En fin de compte, nous espérons comprendre de manière observationnelle la circulation et l’accumulation d’éléments et de matériaux dans le contexte de la formation et de l’évolution des galaxies » déclare Akio Inoue, professeur à l’Université Waseda.

B14-65666 : un modèle pour mieux comprendre les fusions de galaxies

Les fusions de galaxies sont une partie importante de l’évolution des galaxies. Souvent, une galaxie plus grande en absorbe une plus petite. Les petites galaxies peuvent fusionner pour en former de plus grandes, bien que cela semble être rare. Ainsi, la Voie lactée a connu des fusions qui l’ont aidée à atteindre sa taille actuelle. Dans un article de 2018, des astronomes ont présenté des preuves basées sur un siècle d’observations, montrant que la Voie lactée contient une population d’étoiles d’une galaxie différente.

Il y a environ dix milliards d’années, une autre galaxie est entrée en collision avec la nôtre, laissant derrière elle une population distincte d’étoiles dans le halo intérieur de la galaxie. Les auteurs de cet article ont fait valoir que ces étoiles provenaient d’une petite galaxie de la taille d’un petit nuage magellanique.

fusion b14-65666

Vue d’artiste de la fusion galactique B14-65666, située à 13 milliards d’années-lumière de la Terre. Une fusion si précoce permettra aux astrophysiciens d’en apprendre plus sur l’évolution des galaxies. Crédits : NAOJ

Dans environ 4.5 milliards d’années, la Voie lactée entrera en collision avec la galaxie d’Andromède et fusionnera. La galaxie résultante s’appellera peut-être Milkdromeda. Et actuellement, la Voie lactée fusionne avec, ou absorbe, la galaxie fantôme beaucoup plus petite appelée Antlia 2 (Ant 2).

« Bien que nos données actuelles ne montrent pas d’objets compagnons autour de B14-65666, les futures données d’ALMA pourraient révéler des galaxies compagnes autour de B14-65666. Compte tenu de la richesse des données disponibles et de la nature étendue dans l’espace, B14-65666 est l’une des meilleures cibles pour les observations de suivi avec ALMA et le télescope spatial James Webb » concluent les chercheurs.

Sources : PASJ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

definition galaxie grande structure Une galaxie est une grande structure cosmique composée d'un assemblage d'étoiles, de gaz et de poussières. Il en existe plusieurs types, classés selon leur masse et leur morphologie, formées à différentes... [...]

Lire la suite

annee lumiere distance astronomieL'année-lumière est une unité de longueur utilisée pour exprimer des distances astronomiques. Elle est définie par l'Union Astronomique Internationale (UAI) comme la distance parcourue par la lumière dans le vide pendant une année julienne (365.25 jours). Elle vaut environ... [...]

Lire la suite

907 Partages
907 Partages
Partager via
Copier le lien