Cet oiseau rare est mâle d’un côté et femelle de l’autre

oiseau rare femelle male pheucticus ludovicianus
Cette fascinante créature est un cardinal à poitrine rose gynandromorphe. | Annie Lindsay

Les oiseaux nous fascinent par leurs chants, leurs couleurs, leur comportement, et par le simple fait qu’ils puissent voler avec tant de facilité. Mais il arrive qu’ils soient encore plus surprenants… Récemment, des chercheurs ont découvert un spécimen rare de cardinal à poitrine rose, qui montre une particularité étonnante : il possède d’un côté le plumage et les caractéristiques physiques d’un mâle et de l’autre, ceux d’une femelle.

L’étrange oiseau a été repéré à Rector, en Pennsylvanie (États-Unis) par des chercheurs spécialisés (ornithologues). Il s’agit d’un cardinal à poitrine rose (Pheucticus ludovicianus) au plumage très particulier : il possède une tache rose sur la poitrine (comme la plupart des spécimens de l’espèce), un trou rosâtre ainsi que des plumes noires sur son aile droite — des nuances révélatrices des mâles. Mais sur son côté gauche, l’oiseau chanteur présente un plumage jaune et brun, des teintes typiques des femelles.

Annie Lindsay, responsable du programme de baguage d’oiseaux de la réserve naturelle Powdermill du Carnegie Museum, était partie capturer et baguer des oiseaux portant des étiquettes d’identification avec ses collègues de la réserve naturelle à Rector, le 24 septembre, lorsqu’un collègue l’a interpellée sur son talkie-walkie pour l’avertir de la découverte de l’oiseau. Lindsay, une fois qu’elle a pu observer l’oiseau, a immédiatement su de quoi il s’agissait : une créature mi-mâle, mi-femelle. Pour employer le terme scientifique exacte, il s’agit d’un gynandromorphe.

« C’était spectaculaire. Cet oiseau est dans son [plumage] non-reproducteur, donc au printemps, quand il sera dans son plumage reproducteur, il sera encore plus nettement mâle-femelle », déclare Lindsay. Les couleurs de l’oiseau deviendront encore plus éclatantes, et « la ligne entre le côté mâle et le côté femelle sera encore plus évidente ». De tels oiseaux sont très rares. En effet, Lindsay déclare n’avoir vu qu’un seul autre oiseau similaire, mais dont le gynandromorphisme était moins frappant.

À LIRE AUSSI :
Pour la première fois, des chercheurs extraient l'ADN d'insectes incrustés dans de la résine

Gynandromorphisme : plus fréquent chez les oiseaux et les insectes

Les gynandromorphes sont présents dans de nombreuses espèces d’oiseaux, d’insectes et de crustacés tels que les crabes et les homards. Cet oiseau est probablement le résultat d’un événement inhabituel où deux spermatozoïdes fécondent un ovule possédant deux noyaux au lieu d’un.

L’ovule peut alors développer des chromosomes sexuels mâles d’un côté et des chromosomes sexuels femelles de l’autre, ce qui résulte en un oiseau avec un testicule et d’autres caractéristiques mâles sur une moitié de son corps et un ovaire et d’autres qualités femelles sur l’autre moitié. Contrairement aux hermaphrodites, qui possèdent également des organes génitaux des deux sexes, les gynandromorphes sont entièrement mâles d’un côté du corps et femelles de l’autre.

Sur le même sujet : Une étude montre qu’une forme de conscience élaborée existe chez certains oiseaux

Les scientifiques ne savent pas si ces oiseaux se comportent davantage comme des mâles ou des femelles, ou s’ils peuvent se reproduire. Le biologiste de l’UCLA Arthur Arnold a étudié un diamant mandarin gynandromorphe qui utilisait un chant et un comportement de mâle pour attirer les femelles. Mais davantage d’études seront nécessaires pour savoir si le comportement lié à un sexe est plus dominant que celui de l’autre chez les gynandromorphes, déclare-t-il. De telles recherches sont cependant difficiles, car ces créatures sont très rares.

En 64 ans de baguage d’oiseaux, le centre de recherche aviaire de Powdermill a enregistré moins de 10 oiseaux de ce type. Après s’être émerveillés de leur nouvelle découverte sur le terrain, Lindsay et ses collègues ont emmené le cardinal à poitrine rose au laboratoire, ont mesuré l’envergure de ses ailes et lui ont arraché quatre plumes afin d’obtenir son ADN pour de futures études. L’équipe a ensuite pris des photos et des vidéos pour les diffuser sur TikTok, avant de le laisser l’oiseau s’envoler.

À LIRE AUSSI :
COVID-19 : l'aéroport d'Helsinki utilise des chiens renifleurs pour détecter les infections, et les résultats sont prometteurs
Source : Carnegie Museum of Natural History

Plus d'articles
cerveau-stimulation-electrique
Cerveau humain : son fonctionnement et ses mystères