Une étude montre qu’une forme de conscience élaborée existe chez certains oiseaux

corbeaux conscience perception
| Mr.TinDC

Un groupe de chercheurs a prouvé que des oiseaux peuvent posséder une forme de conscience similaire à celle des mammifères. Des résultats montrant également que la conscience serait apparue plus tôt dans l’évolution que ce qui était affirmé jusqu’à présent.

Réputés pour leur intelligence, certains corvidés (une famille d’oiseaux dont les corneilles noires et les corbeaux font partie) montreraient des capacités cognitives proches de celles des singes. C’est ce que suggère un groupe de neuroscientifiques de l’Université de Tübingen en Allemagne.

Chez les humains et les primates non humains, le néocortex est la région du cerveau qui joue un rôle primordial dans les processus cognitifs de la perception, permettant de détecter des stimulus sensoriels. Pendant de nombreuses années, des spécialistes se sont interrogés si d’autres animaux avec une structure cérébrale complètement différente et sans néocortex possèdent également des capacités de perception cognitives. Cependant, aucune étude n’avait permis jusqu’ici de répondre à cette question.

Le professeur Andreas Nieder, qui dirige le groupe de l’Université de Tübingen, a voulu démontrer que cette capacité existe bien chez les corvidés. « Les résultats de notre étude indiquent une nouvelle façon d’observer l’évolution de la conscience et ses contraintes neurobiologiques », déclare Nieder.

Les chercheurs ont entraîné deux corbeaux pour qu’ils fassent signe de la tête lors de l’apparition de stimulus sur un écran. La majorité des stimulus n’étaient pas complexes, avec différents essais montrant des figures lumineuses ou rien, et les corbeaux réagissaient comme prévu à ce qui leur était présenté. Puis d’autres stimulus plus difficiles à percevoir (voire à la limite du visible) leur ont été exposés. Certaines fois, ils signalaient qu’il n’y avait rien alors qu’il y avait bel et bien un stimulus. C’est principalement durant cette partie de leur expérience que les scientifiques observaient l’effet des perceptions dans leur cerveau.

À LIRE AUSSI :
Des formes de vie éteintes depuis des millions d’années ont été retrouvées au fond de l'océan

En effet, lorsque les oiseaux répondaient aux stimulus visuels, les chercheurs mesuraient simultanément l’activité d’une unique cellule nerveuse grâce à des électrodes, et ils y ont constaté une activité entre l’instant de la présentation du stimulus et la réponse comportementale qu’elle a engendrée. En revanche, la cellule nerveuse ne montrait aucune activité face aux stimulus passés inaperçus. Il était même possible pour les chercheurs de prédire leur perception subjective selon le niveau d’activité des neurones. On parle de subjectivité car il arrivait également que les corbeaux puissent croire avoir aperçu des stimulus qui s’avéraient inexistants.

La conscience pourrait se développer dans d’autres zones que le néocortex

« Les cellules nerveuses qui représentent la perception visuelle sans composante subjective sont censées répondre de la même manière à un stimulus visuel d’intensité constante », explique Nieder. « Nos résultats, cependant, montrent de manière concluante que les cellules nerveuses à des niveaux de traitement plus élevés du cerveau de la corneille sont influencées par des perceptions subjectives, ou plus précisément, produisent des perceptions subjectives ».

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Vous allez aussi aimer : Les corbeaux sont si intelligents qu’ils peuvent planifier 3 étapes à l’avance lorsqu’ils utilisent des outils

Des conclusions qui laissent présumer au groupe que les origines de la conscience dans le règne animal pourraient être encore plus éloignées que ce que l’on pense. « Les derniers ancêtres communs des humains et des corbeaux vivaient il y a 320 millions d’années », déclare Nieder. « Il est possible que la conscience de la perception soit née à l’époque et se soit transmise depuis ».

À LIRE AUSSI :
Un calmar géant de 6 mètres filmé pour la première fois !

Les chercheurs suggèrent également qu’il est possible que la conscience de la perception se soit en fait développée indépendamment chez des espèces encore plus éloignées. Mais s’il y a un point important à retenir de cette étude, c’est que la capacité de conscience peut se développer dans d’autres zones que le néocortex.

Source : Science

Laisser un commentaire
  1. Les corneilles me sont très proche, la marche quotidienne, ayant en poche quelques croc pour chien , nous ont liés d’amitiés. Les plus familiers viennent pratiquement à mes pieds, ils savent vous interpeller à votre arrivée en hochant de la tête, tout en croassent.
    Dans se qui semble être un couple , c’est le mâle qui passe en premier à la bectance, tout en doublant sa prise dans son bec.
    Il s’empresse également à cacher une partie de son menu dans le sol qu’il recouvre d’herbes, il semble penser aux lendemains.
    Parmi eux je m’aperçois qu’ils ont le plumages grisonnants.
    Je téléphone auprès d’un Institut afin d’avoir un avis , auquel cas je pourrais transmettre des bactéries humanoïde, cela auprès d’un ornithologue, très vite je reçois un avis certes très scientifique , de ces oiseaux comme les pies qui prolifèrent , et qu’il ne vaut pas qu’ils se rapproche de l’homme. Je pense avoir répondu à votre question ! Pas du tout … Dans le même contexte mais la branche entomologie concernant la guêpe, suite à une étude d’autodidacte, désirant faire part de l’intelligence de cet insecte, à savoir , ils viennent nombreux sur ma main , voir sur doigt déguster du miel, mais mon étonnement , lorsque l’une delle rentre dans mon appartement alors situé à mon bureau , elle viens se poser sur mon auriculaire dépourvu de miel, elle ressort , le temps d’aller mettre le nectar sur le même doigt, elle y reviens butiner le nectar.
    J’espérais obtenir de mon scientifique une petite prise de position dans l’opinion ,cela anonymement. Il me relate le cas d’un Japonais nu recouvert d’abeilles. Pour moi c’était loin d’un scoop, phénomène courant avec les butineuses ( comme les guêpes ) qui déglutine sur un visage, à l’occasion de l’accompagnement d’une reine. Revenons à nos corvidés ,qui peut être égoïstement aiguaie mon existence de tout les jours.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.